lundi 23 octobre 2017 15:57:59

Cherif Rahmani à Chlef : L’Algérie ambitionne d’exporter du ciment à l’horizon 2017

«Grande est la détermination du Président de la République et tout aussi forte est la volonté politique du gouvernement, à sa tête le Premier ministre, pour la relance de l’industrie durant la décennie à venir»

PUBLIE LE : 11-09-2013 | 0:00
D.R

«Grande est la détermination du Président de la République et tout aussi forte est la volonté politique du gouvernement, à sa tête le Premier ministre, pour la relance de l’industrie durant la décennie à venir», a affirmé, hier à Chlef, le ministre de l’Industrie, de la Petite et moyenne entreprise, et de la Promotion de l’investissement, M. Cherif Rahmani, devant un parterre composé, notamment, des principaux opérateurs économiques de la wilaya.

Une affirmation étayée par la reprise en main du secteur et localement par le lancement de la troisième ligne de la cimenterie de Chlef située dans la zone industrielle d’Oued-Sly. En fait, une toute nouvelle usine qui permettra, une fois entrée en production, de doubler carrément la production annuelle qui passera ainsi de 2 millions de tonnes/an à 4 millions. Pour rappel, la cimenterie d’Oued-Sly qui relève du Groupe industriel des ciments d’Algérie est entrée en production en 1978 et a connu une extension avec une deuxième ligne de production en 1980.
Le représentant de l’entreprise française qui a décroché le marché de réalisation s’est engagé à être au rendez-vous au bout des 33 mois contractuels pour livrer clé en main, cette nouvelle cimenterie. Une cimenterie qui permettra la création de 2.500 emplois, dont 450 directs, avec l’apport de 200 universitaires. Par ailleurs, avec la technologie de pointe et l’automatisation des équipements, cette usine, outre la réduction des consommations énergétiques en électricité et en eau sera moins polluante avec le dépoussiérage par filtres à manches.
Ainsi, avec une production de l’ordre de 18,7 millions de tonnes actuellement, la filière cimenterie, avec l’apport de cette nouvelle cimenterie et celle d’Aïn-Kebira dans la wilaya de Sétif, ainsi que la réalisation de plusieurs autres cimenteries privées, atteindra, à l’horizon 2016-2017, une production de 37 millions de tonnes, un seuil qui ouvrira les portes de l’exportation. C’est  justement ce défi-là qu’a tenu à relever M. Cherif Rahmani, en citant au passage l’exemple de l’entreprise Poval de Berrouaghia qui a failli mettre la clef sous le paillasson. «L’Algérie a une base industrielle, elle a eu un passé industriel et je crois en son avenir industriel», a-t-il martelé, en appelant les opérateurs et les élus locaux à s’unir pour relever justement ce défi, car représentant tout simplement, loin de toute chapelle politique, une «cause nationale».  
Deuxième point à l’ordre du jour de cette visite de travail, l’installation du comité de wilaya pour le  développement de l’industrie locale. Présidé par le wali et élargi aux opérateurs économiques locaux entre banquiers et entrepreneurs, cet espace est voué à l’aide et à l’accompagnement de l’investissement. Un investissement pour lequel la wilaya de Chlef a, pour ainsi dire, énormément investi.
Dans son bref exposé, le wali de Chlef a annoncé la réalisation prochaine de deux nouvelles zones industrielles sur 300 hectares, le lancement prochain de la réalisation de la liaison ferroviaire Chlef-Ténès, une bretelle autoroutière qui reliera également Ténès et son port aux Hauts-Plateaux en passant par Tissemsilt, l’approbation prochaine des dix projets d’expansion touristique sur la façade maritime, autant d’atouts à même d’attirer l’investissement et de valoriser les immenses potentialités dont dispose cette wilaya.
A. M. A.       
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions