samedi 21 septembre 2019 09:54:12

La présidente de l’association Iqraa au Forum d’El Moudjahid : « Nous plaidons pour l’instauration d’une journée nationale d’Alphabétisation »

Dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre l’analphabétisme et l’illettrisme : Un spot de sensibilisation télévisuel sera lancé en octobre

PUBLIE LE : 07-09-2013 | 23:00
Photois : Nesrine T.

Pour marquer la célébration de la journée mondiale de Lutte contre l’analphabétisme qui coïncide, depuis 1965, avec la journée du 8 septembre de chaque année, la présidente de l’Association Iqraa a annoncé, hier, au forum d’El Moudjahid, le lancement de sa deuxième campagne d’Alphabétisation intitulée Djazair bila oumia 2015 (Algérie sans analphabétisme à l’horizon 2015). Ce projet à la hauteur des ambitions de l’association sera réalisé avec l’appui de Nedjma qui a scellé un partenariat exemplaire avec Iqraa. Mme Aïcha Barki, dont le nom est intiment lié à la lutte contre l’analphabétisme, a saisi cette occasion pour appeler les pouvoirs publics à instaurer la journée nationale d’Alphabétisation.

Partant du constat que la maîtrise de l'écrit donne à l'individu l’accès aux informations les plus basiques de la vie courante et conditionne la participation aussi bien à la vie politique qu'à la vie sociale et économique que l’UNESCO a pris la décision de créer la journée internationale de l'Alphabétisation qui a lieu, chaque année, le 8 septembre. Une occasion pour marquer une halte et faire le point sur un combat qui est loin d’être dépassé. Car de nombreux pays connaissent encore des taux d’analphabétisation importants. Notre pays n’échappe pas à ce fléau, même si de grandes batailles ont été remportées puisque grâce à toutes les actions entreprises le taux d’analphabétisme, estimé au lendemain de l’indépendance était à plus de 90 %. En 2012 , d’après une étude du CENEAP réalisée avec le soutien technique de Nedjma, il était de l’ordre de 19,1%. Le chiffre peut donner lieu à une certaine fierté, mais pour la présidente de l’Association Iqraa, Mme Aïcha Barki , le défi n’est toujours pas relevé. C’est pourquoi, la campagne de sensibilisation baptisée «Djazair bila oumia» qui démarrera le 1er octobre prochain constituera une occasion pour sensibiliser les citoyens et toutes les institutions étatiques et privées sur la gravité du phénomène et la nécessité d’un engagement commun pour parvenir à son éradication. Un premier bilan sera dressé à l’occasion de la journée arabe d’Alphabétisation qui coïncide avec la date du 8 janvier. Question bilan, Mme Barki ne s’en cache pas. Dans notre pays les résultats de la politique des pouvoirs publics sont satisfaisants, et ce grâce aux efforts réalisés dans ce domaine. A ce titre, elle citera la stratégie nationale mis à la disposition des citoyens, en leur offrant une deuxième chance pour s’instruire et se former ainsi que le nombre d’Algériens et Algériennes alphabétisés depuis 1990 et dont le nombre est de 1.600.000. Lors de sa conférence, Mme Barki a tenu à lire le message de la directrice de l’Unesco adressé à l’association à l’occasion de la journée du 8 septembre. Aussi, elle a rappelé que son association fait sienne les recommandations de la directrice de l’UNESCO, où elle explique que l’alphabétisation est un investissement d’avenir par excellence.   Mme Barki, dont les classes Iqraa sont ouvert à toutes les catégories de la société, refuse que l’on dise que  la mission de son association se limite à l’alphabétisation des personnes âgées. En guise de clarification, elle dira que l’association qu’elle préside effectue un travail colossal, elle a réussi à s’introduire dans les centres pénitentiaires, a également pu «reverser» 15.000 dans les établissements scolaires. Aujourd’hui le challenge de Mme Barki, est d’atteindre 0 % analphabètes en Algérie. Le rêve peut devenir réalité, pour peu que les efforts des uns et des autres soient unifiés dans un même objectif. Du Forum d’El Moudjahid, elle a lancé un appel à toutes les entreprises citoyennes, à s’engager dans «cette œuvre d’utilité publique».
 Pour le moment Nedjma, s’investit dans cette noble action en participant à la confection et la production d’un spot télévisuel de sensibilisation qui viendra appuyer la campagne nationale de lutte contre l’analphabétisme.
Nora Chergui

------------------------

M. Ramdane Djazairi, directeur Adjoint des Relations Publiques et Média de Nedjma :
« Le programme de collaboration avec l’association Iqraa s’inscrit sur le long terme »

Lors de son intervention, le directeur-adjoint des Relations publiques et Media de Nedjma, Ramdane Djazairi, a fait une rétrospective du partenariat réalisé avec l’association Iqraa. De prime abord, M. Djazairi soulignera, que le programme de collaboration avec l’association Iqraa s’inscrit sur le long terme. Il indiquera ensuite que le partenariat de Nedjma avec l’association Iqraa date de 2006, et ce, à travers le financement de plusieurs projets. De ces projets, il citera, notamment, le centre d’alphabétisation et d’insertion de la femme d’El Khroub, wilaya de Constantine, réalisé en 2009, et le centre d’alphabétisation et d’apprentissage à Timassin à Tougourt, lequel centre a été inauguré en avril dernier. Ce même responsable notera que Nedjma a également financé une étude avec le CENEAP, à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de lutte contre l’analphabétisme en Algérie et du cinquantenaire de la célébration de la fête de l’indépendance nationale. Et d’ajouter que «récemment, en février 2013, il a été procédé à la signature d’une convention avec Nedjma pour un partenariat sur 5 ans». A signaler, dans ce sillage, outre les projets financés par Nedjma, cette entreprise citoyenne a mené d’autres actions avec l’association Iqraa. En 2007, déjà, et à l’occasion de la journée mondiale de la femme, Mme Barki a été honorée en tant que femme présidente d’association. Interrogé sur d’éventuels projets à l’avenir avec cette même association, M. Djazairi répondra que Nedjma et Iqraa ont retenu «le principe d’avoir un partenariat sur le long terme en vue de lutter contre l’analphabétisme et pourquoi pas, arriver à   0% d’analphabétisme   en Algérie». Pour lui, c’est clair, d’autres projets pourront voir le jour, à l’avenir. Il affirmera dans ce contexte, que tout prochainement, au mois d’octobre 2013, un spot télévisuel sera lancé, pour la sensibilisation des populations sur la lutte contre l’analphabétisme.
Soraya G.

Un facteur de développement
A l’instar des autres pays du monde, l’Algérie célèbre aujourd’hui, la journée mondiale d’Alphabétisation, et ce, sous le slogan de «l’Algérie sans analphabétisme, à l’horizon 2015». Coïncidant avec le 8 septembre de chaque année, cette journée a été instaurée par l’ Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le 17 novembre. Le but de cette journée est de souligner l'importance de l'alphabétisation pour les individus, communautés et sociétés et aussi d'augmenter indirectement la  «Santé» des individus.
En effet, on estime que plus le niveau d'instruction de la mère est élevé, plus son nourrisson à des chances de passer l'âge de 5 ans. Pour Mme Irina Bokova, directrice Générale de l'UNESCO, «l’alphabétisation est un droit et le fondement de l’apprentissage tout au long de la vie, de l’amélioration du bien-être et des modes d’existence. Elle est le moteur du développement durable et inclusif». A retenir, c’est par sa résolution A/RES/56/116 que l'Assemblée générale onusienne a proclamé, la période de dix ans, débutant le 1er janvier 2003 : «Décennie des Nations unies pour l’alphabétisation».
Soraya G.

------------------------

Dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre l’analphabétisme et l’illettrisme
Un spot de sensibilisation télévisuel sera lancé en octobre 
Nedjma a financé au profit de l’association IQRAA un spot télévisuel de sensibilisation qui s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre l’analphabétisme et l’illettrisme. Par ce spot télévisuel, réalisé par l’agence de communication FP7 MCCANN , qui sera lancé début octobre prochain, il n’est nullement question de culpabiliser les gens ayant perdu l’usage de la lecture et de l’écriture ou ceux n’ayant pas eu la chance d’y avoir accès. Il est question cependant de permettre à beaucoup plus de gens se rapprocher des classes d’alphabétisation, grâce au soutien d’autres personnes sensibilisées sur la question. Et c’est à travers des scènes très simples du quotidien, très courtes également, qu’il est démontré à quel point il peut être physiquement dangereux de ne savoir, ni lire ni écrire. Dans ce spot, les cibles sont variées. Elles ne se limitent pas à des personnes âgées vivant dans des zones enclavées ou à des jeunes n’ayant pas pu poursuivre le cursus scolaire, car s’il est une vérité à dire c’est que beaucoup de femmes et d’hommes sont à ce jour analphabètes. «Aujourd’hui, nous avons des femmes âgées entre 20 et 30 qui n’ont pas pu être scolarisées et qui ont le courage de le dire et partant, de rejoindre les bancs des classes d’alphabétisation», relève Mme Barki.
Soraya G.

------------------------

Qu'est-ce que l'analphabétisme ?
L'analphabétisme, c'est l'impossibilité de lire et d'écrire un énoncé simple. Cette impossibilité est généralement liée au fait d'avoir été privé d'enseignement scolaire.

A ne pas confondre avec l'illettrisme
L'illettrisme, en revanche, c'est le fait d'avoir suivi l'enseignement scolaire primaire sans avoir acquis les bases fondamentales de la compréhension écrite. Tout comme l'analphabétisme, l'illettrisme est un frein important à l'emploi et même s'il n'empêche pas toute vie sociale, il constitue un handicap pour ceux qui en sont victimes.

------------------------

Les principales réalisations de l’association Iqraa
Iqraa a alphabétisé 1 million de citoyens, dont 850.000 femmes; parmi eux, beaucoup se sont inscrits aux cours par correspondance auprès du CNEG. Ils ont même réussi aux examens du BEM et du Baccalauréat.
Plus de 15.000 enfants ont réintégré les bancs scolaires, grâce à la loi sur l’obligation scolaire.
Réalisation de 7 centres pluridisciplinaires de proximité pour les femmes en zone rurale. Plus de 23.000 femmes ont été formées dans divers métiers.
Signature de conventions avec plusieurs institutions.
Réalisation de nombre d’études dans le cadre du CENEAP.
Pas moins de 8 ouvrages pédagogiques ont été réalisés dans la série « Je m’alphabétise par la culture» :
S. G.

------------------------

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions