lundi 24 juillet 2017 03:34:09

Rentrée politique et sociale : Ouverture demain de la session d’automne du Parlement

C’est demain que s’ouvre, la session d’automne, 2013-2014, du Parlement avec ses deux chambres, Conseil de la nation et l’Assemblée populaire nationale avec un programme chargé qui attend les parlementaires.

PUBLIE LE : 01-09-2013 | 0:00
D.R

C’est demain que s’ouvre, la session d’automne, 2013-2014, du Parlement avec ses deux chambres, Conseil de la nation et l’Assemblée populaire nationale avec un programme chargé qui attend les parlementaires.

Une série de projets de loi qui vont être débattus en séances plénières en vue de leur promulgation dont le projet de la loi de finances pour l’exercice 2014, la dernière tranche du plan quinquennal du programme national du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.
La session d’automne intervient, également, dans un contexte politique marquant l’actualité de ce dernier trimestre de l’année en cours avec le déploiement de la classe politique et les préparatifs de certaines formations en procédant à la tenue de leur congrès en vue de leur structuration organique sur la scène nationale, à l’instar du FLN qui vient d’élire son nouveau secrétaire général. C’est le cas du RND qui met les dernières touches dans le processus d’élection de ses congressistes pour la tenue de son congrès et l’élection de son secrétaire général avant la fin de l’année.
La session d’automne qui coïncide avec l’organisation de la conférence sociale dédiée à l’économie constituera une opportunité pour les partenaires nationaux, les confédérations patronales et les organisations syndicales, d’élargir le dialogue au sujet du contrat social et d’approfondir la réflexion au sujet de la stratégie nationale d’une industrie performante en articulation avec les autres secteurs producteurs et dont le processus d’élaboration, initié par le ministre de l’Industrie et des PME, connaît de grands efforts d’explication et de sensibilisation à travers les visites de terrain qu’effectue, Chérif Rahmani, actuellement.
En effet, l’Algérie qui négocie son adhésion à l’OMC a le devoir de définir des objectifs à sa politique industrielle alors que depuis ces dernières années elle n’a cessé de fournir des efforts sur le plan législatif, règlementaire et financier en vue d’améliorer l’environnement et de renforcer les capacités des entreprises autour des pôles industrielles, notamment les PME par plus d’investissement pour être compétitives et rentables en vue de se placer sur le marché interne et externe.
La conférence de la mi-septembre aura à son ordre du jour un des importants sujets de dialogue et de concertation notamment avec les confédérations patronales et le gouvernement, l’examen de la nouvelle politique industrielle, un dossier qui est relancé en ayant été soumis devant le Conseil de gouvernement en juin  dernier. Les divers partenaires politique, économiques et sociaux  seront appelés à se prononcer sur des propositions pour se doter d’un canevas de travail sur les plans du développement d’un ensemble de faisceaux relevant des exportations, de l’emploi, des segments qui seront appelés à contribuer à créer davantage de valeur ajoutée plus de débouchés aux filières industrielles stratégiques dont le pays recèle un potentiel et dispose d’atouts  compétitifs, une fois mis judicieusement en exploitation.
Le processus de cette stratégie vise selon le ministre du secteur à libérer le pays de sa dépendance du secteur des hydrocarbures par la création de sources de richesse au niveau  national, en faisant appel au savoir faire international.
Houria A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions