dimanche 08 dcembre 2019 13:19:24

Matériaux de construction : Des normes d’habitabilité à respecter

Les normes de conformité des matériaux de construction utilisés sur le marché national ne sont pas toujours respectées dans le processus de production, estiment des organismes du secteur du BTP spécialisés dans le contrôle.

PUBLIE LE : 26-08-2013 | 0:00
D.R

Un logement est considéré comme décent lorsqu'il est doté des éléments le rendant conforme à l'usage d'habitation, qu'il respecte des normes minimales d'habitabilité et qu'il ne présente pas de risques manifestes pour la sécurité physique ou à la santé de ses occupants. Un logement faisant l'objet d'un arrêté d'insalubrité (logement insalubre) ou de péril (édifice menaçant ruine) ne saurait être considéré comme un logement décent. Les normes appliquées en Algérie pour les produits les plus utilisés comme le ciment, le béton, les granulats et le rond à béton sont notamment des normes algériennes (NA), internationale (ISO) et européenne (EN), expliquent le Centre d'études et de services technologique de l'industrie des matériaux de construction (Cetim) et le Centre national d'études et de recherches intégrées du bâtiment (Cnerib). Certains bâtiments sont construits par des sociétés étrangères, alors que d'autres avaient pour promoteurs des Algériens. Les deux devaient, pour autant, appliquer les normes universelles de construction. Hélas, ces défauts de réalisation semblent échapper aux services de contrôle pour devenir de véritables cauchemars pour leurs bénéficiaires. La non-conformité des produits aux exigences normatives comme la norme algérienne 5026 de marquage  et d'emballage sont souvent les principales défaillances enregistrées par le CETIM.  Ajouté à cela le retard dans l'application des normes adoptées par les pouvoirs  publics et la commercialisation de produits déclassés comme les ciments maçonnés dont la résistance est inférieure à l'unité de mesure exigée 32,5 (MPA), constatés sur les matériaux de construction. Sachant bien qu’il existe un dispositif juridique fixant les normes de matériaux de construction, notamment le ciment régi par l'arrêté interministériel du 4 juin 2003 relatif aux spécifications techniques et aux règles applicables aux ciments. Ce texte définit, entre autres, trois classes de résistance normale du ciment à savoir les classes 32,5, 42,5 et 52,5.    Par ailleurs, et concernant la conformité du ciment, M. Abdelkrim Selmane de l'Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), a précisé que certains revendeurs de ciment en vrac fraudent sur la qualité de ce matériau en le mélangeant avec du sable ou du « tout-venant ». Pour le ciment importé, il avait relevé que les opérations de contrôle au niveau des ports étaient "rigoureuses", de même que pour les autres matériaux de construction importés. Sur le même point relatif au trafic du ciment, le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a déclaré que le gouvernement a pris la décision d’importer des quantités importantes de ciments. « Actuellement il y a des contrats de 900.000 tonnes. On a donné des facilités aux particuliers pour importer le ciment, mais le plus important c’est la réglementation des prix au niveau de la production et au niveau de la commercialisation », précise-t-il en marge de la conférence portant sur le bilan du contrôle et de la répression des fraudes tenue durant le mois de ramadan passé.
   
Une qualité en deçà des normes
L’Organisme chargé surtout de mettre au point et de développer les matériaux de construction, le Cnerib mène plusieurs actions notamment en ce qui concerne  l'activité de délivrance d'avis techniques sur les procédés de construction, le contrôle de la qualité des matériaux ainsi que les essais sur les matériaux  et les expertises d'ouvrages. Cet organisme a examiné en 2012, une quarantaine d'avis techniques dont onze ont été délivrés et acceptés. Parmi les principaux aspects contrôlés par cet organisme, les études de composition de béton, les essais sur granulats et adjuvants, l'enduit de peinture et les aciers utilisés dans la construction. Le CNERIB procède également, dans le cadre de ses activités, au contrôle du béton sur chantiers, des analyses de l'eau et des essais sur  panneau isolant et sur briques creuses afin de s'assurer de la qualité et de la conformité de ces matériaux. Sur la qualité des matériaux de construction commercialisés sur le marché, le président de l'UGEA, Abdelmadjid Dennouni, avait estimé que ces produits répondent aux normes exigées par les différents organismes de contrôle. Le ciment, le sable, le rond à béton, le bois et d'autres matériaux importés  sont généralement conformes aux normes en vigueur car les contrôles dont ils font l'objet sont « stricts », selon M. Dennouni. Sur ce point le ministre du Commerce a précisé qu’en Algérie l’offre « ne correspond » pas à la demande et qu’il y a trois millions de tonnes de déficit en ciment. En revanche, pour le président de l'Union nationale des entrepreneurs  du bâtiment (UNEB), Salim Gasmi, entre ''10 et 25%'' de matériaux de construction, la plupart importés d'Asie, ne répondent pas aux normes en vigueur, c’est ainsi que les habitations construites récemment et à peine quelques années après avoir été occupées, les premiers couacs ont fait leur apparition. Pourtant l'Etat a imposé aux entreprises chargées de la réalisation de logements et autres infrastructures publiques de respecter scrupuleusement les normes requises afin de faire face aux catastrophes naturelles auxquelles l'Algérie se doit  désormais, d’y faire face.
Kafia Ait Allouache
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions