mardi 12 novembre 2019 15:50:43

La sûreté nationale célèbre les deux événements : Deux dates clés

L’offensive du nord-Constantinois et le congrès de la Soummam ont été visités, hier, à l’occasion du forum de la sûreté nationale qui a célébré à sa façon la journée nationale du Moudjahid, qui coïncide avec le 20 août.

PUBLIE LE : 20-08-2013 | 0:00
D.R

L’offensive du nord-Constantinois et le congrès de la Soummam ont été visités, hier, à l’occasion du forum de la sûreté nationale qui a célébré à sa façon la journée nationale du Moudjahid, qui coïncide avec le 20 août.           
Une date chargée d’histoire, soutient Abdelhafid Amokrane, ancien officier de l’Armée de libération nationale (ALN) et ex-ministre des Affaires religieuses. « Il faut savoir que la glorieuse Révolution de Novembre 1954 a eu plusieurs étapes historiques, et la date du 20 août en fait naturellement partie », a-t-il indiqué à l’école de police de Châteauneuf (Alger) en présence du président de l’association « Machaâl Chahid », Mohamed Abbad.
Deux événements « majeurs » et « déterminants » dans la Révolution algérienne ont eu lieu, en effet, lors de cette date, à une année d’intervalle toutefois. Le 20 août 1955 d’abord, avec cette offensive du nord-Constantinois mené par le héros Zighoud Youcef contre l’ennemi français et lancée en plein jour, à midi plus précisément.
C’était le 1er jour de Moharem de l’année hégire 1375. Une étape « clé » dans le combat libérateur, au regard de son « ampleur » et de son « influence » sur le cours de la Révolution armée. Cependant, le prix à payer fut fort, 1.200 morts côté algérien. Mais l’impact de cette offensive, qui a eu lieu dans 25 villes, a été retentissant, assure Mohamed Salah Bouslama, l’un des témoins de cette opération. « Zighoud Youcef comptait à l’époque faire comprendre à l’opinion internationale que la cause algérienne était juste. Le combat était légitime et la Révolution était menée par tout un peuple, pas uniquement, comme le prétendait le colonialisme, par un groupe de terroristes. L’objectif a été largement atteint », a-t-il affirmé en faisant remarquer que les renseignements français n’ont rien vu venir tant le secret était jalousement gardé par les initiateurs de l’offensive.  Mohamed Salah Bouslama confie néanmoins qu’avant l’offensive du 20 août 1955, Zighoud Youcef avait organisé deux autres actions, certes de moindre envergure et qui restent à ce jour méconnues sinon rarement évoquées. La première a eu lieu le 8 mai 1955 et la seconde le 5 juillet 1955. Les deux opérations ont ciblé plus particulièrement les colons et les harkis. Quant au congrès de la Soummam, tenu le 20 août 1956, dans la wilaya de Bejaia, Abdelhafid Amokrane voit en lui un tournant « décisif » dans l’histoire de notre Révolution et considère que ce congrès a permis de structurer les organes de Révolution, même si l’occasion était propice pour certains responsables de tirer les choses au clair.
« Parmi les recommandations décidées à la fin des travaux, on citera la création du Conseil national de la révolution (CNRA) et aussi le Comité de coordination et d’exécution (CEE) », a-t-il affirmé en révélant dans la foulée que le congrès s’est tenu dans six communes de Bejaia et a duré 11 jours sans que les forces ennemies ne se rendent compte de ce qui se passait sous leur nez.
S. A. M.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions