mardi 22 octobre 2019 17:37:26

Commerces fermés : Oran reste toujours dans l’ambiance de l’Aïd el Fitr

La paralysie de l’activité commerciale constatée durant les deux jours de l’Aïd el Fitr, semble se prolonger dans la ville d’Oran, où de nombreux commerces demeurent fermés

PUBLIE LE : 12-08-2013 | 23:00
D.R

La paralysie de l’activité commerciale constatée  durant les deux jours de l’Aïd el Fitr, semble se prolonger dans la ville d’Oran,  où de nombreux commerces demeurent fermés, a-t-on constaté dimanche dernier dans  plusieurs quartiers de la ville d’Oran. A l’exception des cafés, des marchands de tabac et journaux, de quelques  pharmacies et autres supérettes, tous les autres commerces n’ont pas assuré  leurs prestations habituelles. Les consommateurs se sont trouvés contraints de partir à « la conquête » d’une baguette de pain, de quelques légumes ou  d’un sachet de lait, et autres produits de première nécessité. En dépit de l’appel lancé par l’Union des commerçants à l’adresse des boulangers pour assurer une permanence durant les deux jours de l’Aïd,  nombreux étaient ceux qui n’ont pas respecté leur obligation, prétextant l’absence  de leurs artisans partis célébrer cette fête avec leurs familles.    
Ce dimanche, les boulangeries ont commencé peu à peu à reprendre leurs activités. Certains ont préféré céder, dès les premières heures de la  matinée, leurs fournées de pain à des revendeurs qui profitent de cette « pénurie » déguisée. Jeudi et vendredi derniers, la baguette de  pain a atteint les 50 dinars »,  dans certaines places d’Oran, comme Gambetta, connues pour ce genre de  commerce illicite.   Les vendeurs de pain traditionnel comme « mat’lou Maghnia », « khobz  s’mide » ou encore « khobz Souri », n’ont pas raté cette occasion pour se remplir  les poches en triplant les prix de la galette.    
A quelques jours de la célébration de l’Aid, les commerçants ont commencé à déserter les marchés et les produits ont commencé à disparaître des étalages aussi bien les légumes, mais également les autres produits comme le lait,  la limonade et mêmes l’eau minérale. Le consommateur peu exigeant a été contraint de revoir à la baisse  ses critères de consommation, achetant des denrées d’une qualité douteuse, et même des produits dont la date de péremption est dépassée. Les seuls commerces ayant prospéré durant ces derniers jours sont ceux qui se sont reconvertis dans la vente des jouets et autres gadgets, qui ont fait fureur auprès des enfants, soucieux de dépenser l’argent collecté durant l’Aïd auprès de leurs parents.
APS

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions