mardi 22 octobre 2019 17:30:52

Malgré les assurances de l’UGCAA : Le pain s’est fait rare à Constantine

Les Aïds se suivent et se ressemblent à Constantine ; tout comme pour celui de l’année passé, les citoyens de la ville et de sa périphérie ont été obligés de prolonger leur jeûne en ce qui concerne une denrée pour le moins incontournable sur leur table : le pain.

PUBLIE LE : 10-08-2013 | 23:00
D.R

Les Aïds se suivent et se ressemblent à Constantine ; tout comme pour celui de l’année passé, les citoyens de la ville et de sa périphérie ont été obligés de prolonger leur jeûne en ce qui concerne une denrée pour le moins incontournable sur leur table : le pain. En effet, en dépit des assurances de l'Union des boulangers locale affiliée à l'UGCAA quant à la permanence qu’assureront durant les deux journées de la fête une trentaine de boulangeries sur tout le territoire de la wilaya, le pain s’est fait particulièrement rare. Il semblerait que la mauvaise foi et la cupidité de certains aidant, tout le dispositif devra être revu tant il s’est, encore une fois, montré d’une grande inefficacité. En effet, il était bien difficile, voire quasiment impossible de trouver du pain durant les journées de jeudi et de vendredi. Même les boulangeries ayant assuré leur permanence au niveau de certains quartiers du centre-ville et des localités environnantes n’avaient ouvert leurs portes que durant quelques heures (de 10h à 14h), générant une grande mais prévisible cohue, ce qui amènera certaines à imposer un système de rationnement, limitant la vente à trois ou quatre baguettes par personne. En parallèle, les restaurants et autres vendeurs de brochettes n’ont curieusement pas trouvé de difficultés à s’approvisionner en pain, ce qui laisse planer des doutes quant aux arguments des boulangers n’ayant pas voulu assurer la permanence sous prétexte que leurs ouvriers ont préféré rentrer chez eux passer l’Aïd en famille, alors qu’il est établi que certains ont assuré le service «portes fermés», les fournées étant destinées d’avance aux restaurateurs. Enfin, l’occasion faisant le larron, les vendeurs informels de pain, lesquels proposaient des baguettes à 40 et à 50 DA, ont bien profité de la défaillance du système, tout en «dépannant» néanmoins pas mal de citoyens obligés de revivre ce calvaire post-Ramadhan pour la énième fois. Signalons que la liste initiale des permanenciers présentée début août par la Direction du commerce avait été, dans un premier temps, rejetée par l'Union des boulangers pour la raison que leurs représentants n’avaient pas été associés à son élaboration, avant que les différentes parties ne se mettent d’accord sur une liste comprenant 28 boulangeries se trouvant à Constantine (centre-ville, Sidi Mabrouk, Bab El Kantara, Daksi…), au Khroub, à Hamma Bouziane, à Zighoud Youcef et à Messaoud Boudjeriou. Pour rappel, des amendes pouvant aller jusqu’à 300.000 DA ont été prévues à l’encontre des commerçants n’ayant pas observé la permanence.      
I. B.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions