jeudi 15 novembre 2018 14:34:14

Mascara : Une ambiance forte durant tout un mois

Jamais de mémoire de Mascaréen de souche, la cité de l’Emir n’a connu d’aussi intenses veillées nocturnes où, juste après la rupture du jeûne, les cités se vident de leurs occupants.

PUBLIE LE : 08-08-2013 | 0:00
D.R

Jamais de mémoire de Mascaréen de souche, la cité de l’Emir n’a connu d’aussi intenses veillées nocturnes où, juste après la rupture du jeûne, les cités se vident de leurs occupants. Les destinations pour passer du bon temps en famille ou entre amis sont aussi variées que diverses même dans les hameaux les plus reculés de la wilaya, les placettes, les cafés, crémeries et autres forêts récréatives comme celle de khessibia, à la sortie est de Mascara, un lieu de prédilection en matière de détente et de loisirs mais les travaux d’aménagement opérés sur ce site, les équipements tardent à venir  en dépit de toutes les promesses des  responsables locaux pour que ce matériel soit monté par des investisseurs privés comme cela a été le cas dans beaucoup de wilayas, des cafétérias et des grill-room sont installés sous des chapiteaux  qui font le bonheur des visiteurs en quête de quiétude et de défoulement, cependant ce n’est guère suffisant face au grand nombre de personnes qui fréquentent ces lieux qui n’ont pas manqué de nous rappeler qu’il était question d’avoir un aquaparc, c’est pourquoi cette jeune fille nous dira que cette année, à défaut de grives l’on se contente de merles, peut-être que le prochain ramadhan, les installations en question seront opérationnelles, c’est dire et de mesurer dans de tels propos un dépit qui ne dit pas son nom car, dit-elle, j’ai visité le parc d’attractions de Batna et de Bordj Bou Arréridj, c’est sublime comme lieu de repos et de rencontres pour les familles et de jeux pour les enfants qui trouvent leur compte dans toute cette panoplie de jeux proposés pour des prix toute sommes abordables, de l’avis de la famille de cette demoiselle universitaire. Il va sans dire aussi que les traditionnelles parties de dominos et de cartes durent jusqu’à une heure tardive de la nuit font partie du décor. Passé le f’tour, les rues des quartiers sont, en effet, littéralement envahies par une foule dense qui ne respecte malheureusement rien sur leur passage en stationnant leurs véhicules n’importe comment, même sur les trottoirs et sur les deux côtés de la chaussée causant des embouteillages et des gênes à la circulation.
Beaucoup de monde se dirige vers la maison de la culture Abi Ras Ennaciri,  le théâtre régional, les centre culturels et les maisons de jeunes des différentes localités de la wilaya, les activités culturelles d’antan  n’ont pas figuré au programme des soirées ramadhanesques  comme à l’accoutumée  de l’animation festive de ce mois sacré. Les derniers jours de ramadhan, les viandes blanches ont connu une augmentation inexpliquée chez  les bouchers, le prix de vente chez les éleveurs avicoles tournaient autour de 170 DA le kg mais les ménagères  payaient le poulet de chair  pendant la célébration de Leilet el kadr  à 380 voire 400 DA le kg, à ne rien comprendre, lorsque l’on mise sur toutes les mesures incitatives prises par les pouvoirs publics au profit des éleveurs  avicoles comme la baisse ou même l’exonération des taxes, les intermédiaires ont imposé leur diktat  et le poulet de la « Rechta »  a coûté très cher aux bourses moyennes parmi les chefs de familles  qui ont fait avec en faisant de l’adage, « faire bon cœur contre mauvaise fortune », un mot d’ordre pour faire face à cet état de fait. Les baignade nocturnes  dans les quelques piscines de la région qui se comptent sur les bouts des doigts ont fait la joie des chérubins qui barbotent dans l’eau  pendant ces nuits caniculaires de l’été. 
Les lieux de détente, de la fraîcheur en plein air, bénéficient d’une couverture sécuritaire à toute épreuve . Nous nous sommes rendus aux hôpitaux notamment celui du chef-lieu de la wilaya et l’on a remarqué que beaucoup de visites aux malades par les bienfaiteurs et les membres des associations caritatives redonnaient le sourire aux patients et en particulier à ceux ou celles qui sont loin de leurs familles, c’est tout à l’honneur de ce mouvement associatif  très actif et présent pour atténuer le mal être des souffrants et des nécessiteux, les restaurants et les couffins  de ramadhan, des œuvres de charité et d’entraide mais contre toute attente, certains parmi les plus démunis  nous ont fait part de leur grande grogne et  courroux pour des griefs liés essentiellement aux critères d’équité et de célérité dans la distribution de ces couffins. Le mois de ramadhan qui s’achève aura marqué les esprits par toute une action controversée  dans la conception aussi bien  sur le plan spirituel que matériel mais en définitive, les enseignements ont été tirés de cette grande leçon de vie.
 A. GHOMCHI  

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions