mardi 07 juillet 2020 17:48:50

Manifestations, gel de la Constituante : La Tunisie s'enfonce dans la crise

La Tunisie était dans l'attente hier de la réponse des islamistes au pouvoir après la mobilisation massive dans la rue de leurs détracteurs et la suspension de la Constituante, qui ont encore approfondi la crise déclenchée par l'assassinat d'un opposant.

PUBLIE LE : 08-08-2013 | 0:00
D.R

La Tunisie était dans l'attente hier de la réponse des islamistes au pouvoir après la mobilisation massive dans la rue de leurs détracteurs et la suspension de la Constituante, qui ont encore approfondi la crise déclenchée par l'assassinat d'un opposant. Le parti islamiste Ennahdha, la présidence et le gouvernement d'Ali Larayedh n'avaient pas réagi hier, dans la matinée à ce double coup de théâtre de la veille. Ennahdha, arguant de sa légitimité issue de l'élection de la Constituante en octobre 2011, a exclu depuis le début toute démission du cabinet ou dissolution de l'Assemblée nationale constituante, réclamés par les opposants. Les islamistes ont proposé en retour une coalition élargie, un scrutin le 17 décembre, et évoqué un vague projet de référendum de sortie de crise, projet difficile à mettre en place en l'absence de Constitution et de loi électorale, deux ans et demi après la révolution. Dans la nuit de mardi à hier, l'opposition, soutenue par le puissant syndicat UGTT, a tenu son plus grand rassemblement depuis le début de la crise, le 25 juillet, avec la mort par balles du député Mohamed Brahmi. Cette manifestation marquait aussi les six mois de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, deux crimes attribués à la mouvance jihadiste. Des journaux tunisiens espéraient également que les deux camps se rendent à l'évidence et, face à la division du pays, acceptent de faire des concessions. L'armée a cependant lancé une vaste opération «aérienne et terrestre» contre un groupe qui serait lié à Al-Qaïda au Mont Chaambi (à la frontière algérienne) et responsable de la mort de dix soldats depuis le 29 juillet. La police a de son côté, multiplié les opérations «antiterroristes» depuis la semaine dernière tuant dans des incidents séparés deux hommes et en arrêtant une dizaine d'autres. Ceux-ci ont été accusés de préparer des attentats et des assassinats politiques.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions