jeudi 13 aot 2020 06:27:03

Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière : « Un programme de 42 parcs industriels dans les 5 prochaines années»

« L’accès à l’information au foncier industriel s’est nettement amélioré »

PUBLIE LE : 06-08-2013 | 23:00
D.R

Dans le cadre des activités de l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (ANIREF), une conférence de presse a été animée hier, au siège de l’agence,  par la directrice  générale, Mme H. Mokraoui. Cette rencontre  a porté essentiellement sur l’état d’avancement du processus de réalisation des 42 nouveaux parcs industriels à concrétiser dans le courant des  5 prochaines années.

Cet important programme occupera une   superficie globale de 9572 hectares  couplée  à des abattements sur les redevances locatives consentis par les pouvoirs publics.
Il va selon les propos de Mme Mokraoui, desserrer l’étau qui s’exerce sur cette ressource. La D.G. de l’ANIREF a  déclaré que le processus de mise en œuvre de ce programme s’est concrètement traduit au triple plan juridique, financier et opérationnel.
Au plan juridique par  la publication du décret exécutif numéro 12-176 du 11 04 2012 portant déclaration d’utilité publique relative à la réalisation de 42  zones industrielles , par une  formalisation avec la direction générale du domaine nationale national,  du mandat type d’aménagement  codifiant les modalités d’accès  aux sites à aménager
Sur le plan financier, la directrice générale a cité la signature de l’accord cadre de financement du programme avec le FNI (Fonds national d’investissements).  Au plan opérationnel, on note le lancement en avril 2012 des différentes études d’impact sur l’environnement, géotechniques et les éludes préliminaires d’aménagement.  
Mme Mokraoui a évoqué le lancement  à partir du mois d’avril 2013,  des appels d’offres nationaux et internationaux restreints en études et réalisation des 8 sites pilotes à Batna, Tizi Ouzou, Rélizane, Mostaganem, Ain Temouchent, Djelfa, Médéa, Ouargla sur  une superficie de 2507 hectares.
De même qu’une organisation interne de l’agence a été effectué pour  lui permettre de prendre en charge cet important programme.
Les principales actions engagés pour  les sites pilotes consistent en l’élaboration du dispositif procédurier encadrant les commissions permanentes  d’ouverture des plis et d’évaluation des offres adossé à  des formations destinées à l’encadrement concerné.

« L’accès à l’information au foncier industriel s’est nettement amélioré »
La directrice générale a fait part de l’annonce  d’une liste de 10 sites complémentaires retenue pour une seconde phase. Ces sites  seront implantés notamment à Sidi bel abbés, M’sila, Jijel, Adrar, Béchar, Oumèche (Biskra), Sétif, Saïda, Naâma.  Les autres sites du programme seront pour leur part, lancés au fur et à mesure de la libération des assiettes foncières. Mme Mokraoui  a également présenté  au cours de cette rencontre avec la presse, le bilan des opérations du CALPIREF  au premier semestre 2013. Ce bilan fait ressortir une évolution notable par rapport à l’année précédente.  Il est ainsi relevé un nombre élevé de sessions soit 64 organisées au niveau de 43 wilayas. 4176 dossiers ont été traités soit une progression de 53%. Les investissements industriels viennent en première position avec 2239 dossiers soit 54% des dossiers traités. Cette part est en progression par rapport au premier semestre 2012 avec 853 dossiers soit 31% du total des dossiers traités fait observer Mme Mokraoui.
Le bilan montre une  répartition spatiale des investissements  industriels relativement équilibrée entre le nord (44%)  et les Hauts Plateaux (49%). le sud occupe une part de 7%. des dossiers industriels. Les avantages accordés aux régions des Hauts Plateaux et du sud semblent produire leurs effets en termes d’incitation à l’investissement.  Le bilan montre également une  structure industrielle diversifiée avec un retour à l’investissement dans les industries manufacturières  comme le textile, l’habillement, les cuirs et chaussure, le bois et papier. Ces branches avaient fortement chuté durant les décennies 90 et 2000 en raison de la très forte concurrence internationale.
On relève aussi un  impact des projets industriels retenus qui est  important avec des investissements projetés compilés  à partir des dossiers retenus,  d’un montant global de l’ordre de 112 milliards de D.A., des projections de création d’emploi par les projets retenus de l’ordre de 50.000 emplois directs. En résumé, déclare la première responsable de l’ANIREF,  l’accès à l’information au foncier industriel s’est nettement amélioré mais la demande demeure pressante.                      
M. Bouraib

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions