samedi 15 aot 2020 02:09:31

Mosquée Bilal Ben Rabah de Jijel : Une zaouïa disparue devenue mosquée par la volonté des citoyens

La mosquée Bilal Ben Rabah, inaugurée en 2006 au centre de Jijel, est érigée sur l'emplacement d’une ancienne zaouïa.

PUBLIE LE : 06-08-2013 | 23:00
D.R

La mosquée Bilal Ben Rabah, inaugurée en 2006   au centre de Jijel, est érigée sur l'emplacement d’une ancienne zaouïa. Cette dernière avait failli être remplacée par un établissement commercial si ce n'était la volonté et la force de la foi des citoyens. L'édifice aux deux minarets, s’élevant, majestueux, sur l'avenue Emir-Abdelkader, baptisé depuis 2006 Masdjid Bilal Ben Rabah après que la zaouïa originelle eut porté dans les années 1980 le nom de Masdjid Saïd, continue d’être  plus connu sous l’appellation d’Ez-zaouïa, en souvenir de la zaouïa de la tariqa Rahmania dont c'était l'emplacement à partir des années 1868, une décennie après l'expulsion des citadins jijeliens de la presqu'île sur laquelle était bâtie leur citadelle (Jijel el atiq).
M. Nadir Lakari, enseignant retraité, membre de l'association de la Mosquée Bilal Ben Rabah et ancien membre de l'association de Masdjid Saïd, soutient que «c'est un songe qui a décidé l'acquéreur le plus récent de cette assiette de terrain à y construire une mosquée plutôt que le domicile familial qu'il projetait d'y ériger». La générosité inspirée du dernier acquéreur du terrain, relayée avec  enthousiasme par la population, a mis en 2006 un terme définitif aux «risques» de voir ce lieu du culte musulman dévoyé de la consécration religieuse inspirée  par le cheikh Youras El-Hocine de la confrérie des Rahmania, après son expulsion de la presqu’île, à l'instar de nombreuses familles jijéliennes suite au décret impérial du 16 juin 1858 et de l’arrêté du ministre de la Guerre daté d’octobre 1859 qui a privé à jamais les citadins de Jijel de leur ancestrale Casbah et des mosquées et zaouïas que la ville abritait. «L’on raconte que lorsqu’une église a été édifiée en ce lieu, en 1875, le cheikh fondateur, qui avait fait de son propre domicile un lieu de prière et de recueillement pour les membres de la confrérie Rahmania, a mis les deux meilleures pièces de son domicile à la disposition du large public», indique  M. Lakari. La zaouïa a également été, durant des décennies, un lieu d'habitation pour des familles qui ensuite ont toutes été relogées par l'Assemblée populaire de Jijel.          
Précédée par un couloir nommé «Edahliz», la villa avec étage disposait d'un jardin où, selon la légende locale, le cheikh priait, drapé d'un burnous bleu nuit.  Fermée en 1994 par les pouvoirs publics, la zaouïa et son terrain, mis en vente par les héritiers du cheikh fondateur, devait être remplacée par un établissement à caractère touristique, si ce n'était la vigoureuse protestation de l'association de Masdjid Saïd, soutenue par l'ensemble de la population. Cette destination a été abandonnée à la suite d’une nouvelle vente du  terrain et d'une décision qui fait de ce lieu un «rescapé» de la mémoire de  Jijel el atik, un endroit chargé d’histoire, aujourd’hui ignoré des jeunes générations.

------------------------------

Hadiths

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « La nourriture d’un seul suffit à deux, celle de deux suffit à quatre et celle de quatre suffit à huit personnes. » Rapporté par Mouslim.

——0o0——

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « L’humain n’a point rempli un contenant plus mauvais que son ventre. Des petites bouchées de nourriture suffisent à l’homme pour pouvoir survivre. Mais si vous êtes incapables d’agir ainsi, alors réservez un tiers pour la nourriture, un autre pour la boisson et le dernier tiers pour la respiration.» Rapporté par Ibn Mâjah et authentifié par Albâny.

——0o0——

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les rassasiés dans cette vie sont les affamés dans l'au-delà. » Rapporté par Tabarâny et authentifié par Albâny

——0o0——

Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Je plaiderai moi-même le jour de la résurrection contre celui qui opprime une personne qui a conclu un pacte (avec les musulmans), le dénigre, le contraint à faire ce qui est au-delà de ses capacités ou lui prend une chose sans son accord. » Rapporté par Abou Dawoud et authentifié par Albany.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions