mercredi 12 aot 2020 01:32:16

Qahwa fi goubli: Gloire à l’ancien temps !

Gloire à l’ancien temps, ce bon vieux temps où on n’avait pas grand-chose mais on était heureux dans cette simplicité ; ni biens matériels ni ostentation le quartier était notre seconde famille.

PUBLIE LE : 17-07-2013 | 23:00
D.R

Gloire à l’ancien temps, ce bon vieux temps où on n’avait pas grand-chose mais on était heureux dans cette simplicité ; ni biens matériels ni ostentation le quartier était notre seconde famille. Et on s’y sentait tellement bien que personne n’envisageait de devoir un jour pourtant lui dire un pathétique au revoir. Si ce n’est non carrément un adieu. Car après certains natifs du quartier sont partis pour mieux revenir par suite, d’autres ont pris l’option rester et sont restés fidèles lelhouma. En plus quel respect autant entre voisins que gens partageant le même territoire. Bon c’est bien ou plutôt ça fait du bien d’évoquer comme cela juste pour le fun tous ces moments forts de chaque trajectoire individuelle. Avant de retomber sur terre et affronter tout ce qui n’est pas conforme à l’original. Et ce n’est pas ce qui manque justement. Tiens pas plus loin qu’hier après la panique qui a suivi la secousse tellurique ressentie à des lieues à la ronde chacun s’en ira de son interprétation subjective. Les uns mettent cela sur le compte des turpitudes humaines et de leur incapacité à garder les pieds sur terre en toute circonstance fussent-ils pauvres, de la middle class ou riches au demeurant, d’autres  sur l’insuffisance de l’adoration du  ciel outre d’autres spéculations tenant plus ou moins la route. En plus lorsqu’on est à jeun on se laisse parfois aller à quelques joutes oratoires dépassant largement la pensée… D’ailleurs ceci est si vrai et si évident que vous aurez sans doute l’occasion de l’apprécier à travers cette chronique qui échappe par endroits à toute rectitude spirituelle les idées ne connaissant plus ou ne reconnaissant plus leurs cases d’origine… Pour la petite histoire avant-hier j’étais persuadé de parler à un cousin alors qu’au bout du fil me répondait un illustre inconnu : khouya samahni ouaqila rak ghalet je ne suis pas la personne à qui vous parlez. Bessellah rahman rahim et c’est maintenant que vous me le dîtes
khoya ?  C’est ainsi que fi  chahr ramdan elmoubarek on assiste souvent et notamment les premiers jours à des scènes vraiment insolites qui relèvent même pour certaines de la science-fiction. Sans pour cela qu’il y ait de la méchanceté ou une réelle intention de nuire. Car au fond ce mois pas tout à fait comme les autres a aussi ce je ne sais quoi qui fait que lorsqu’il se termine et même bien avant qu’on le regrette déjà. Surtout qu’il offre cet immense mérite de ressouder et les liens sociaux en général et les liens familiaux en particulier. Nonobstant évidemment cette dimension toute spirituelle et si chère à tout musulman qui entend expier ses fautes et se racheter de tous ces égarements volontaires ou pas au demeurant. Alors que chacun s’attelle à tirer de ce mois le meilleur profit. Et ce ne sera déjà pas si mal…
A. Zentar

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions