lundi 09 dcembre 2019 02:40:13

Permis à points : Lutter contre l’insécurité routière

L’entrée en vigueur du permis à points en Algérie permettra sans doute de protéger les citoyens algériens.

PUBLIE LE : 17-07-2013 | 0:00
D.R

L’entrée en vigueur du permis à points en Algérie permettra sans doute de protéger les citoyens algériens.
C’est du moins ce qu’espère le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales Daho Ould Kablia qui mise énormément sur ce nouveau système. «Le permis à points a été mis en place dans le seul but de protéger les citoyens», a estimé le ministre de l’Intérieur lors de sa visite lundi dans la wilaya de Aïn Defla.
Pour M. Ould Kablia, ce permis est une option indispensable pour réduire la mortalité sur les routes algériennes, qui est l’une des plus élevées au monde.
«J’avais même préconisé une mesure plus dissuasive consistant à oblitérer le permis de conduire du contrevenant de telle sorte qu’il aura, en cas de contraventions, peur de le présenter aux agents de l’ordre», a ajouté le ministre. M. Ould Kablia qui a estimé dans ce contexte que la mise en place du permis de conduire à points doit se faire de manière progressive, relevant une absence d’informations chez le citoyen sur cette nouvelle formule.
«L’instauration du permis à points influera (à la baisse) sur le nombre des accidents de la route», a-t-il également précisé, faisant remarquer que le projet est au niveau du ministère des Transports.
Le permis à points qui consiste à mettre un certain nombre de points sur le papier rose que l’on peut ôter à chaque infraction permettrait ainsi de servir d’avertissement.
 Doté d’un capital total de 24 points, le nouveau permis, est défini comme un outil modulaire et pédagogique visant à responsabiliser les conducteurs et à renforcer la lutte contre l’insécurité routière.
Composé de 12 pages avec un numéro de série sur la première page, le nouveau permis de conduire, sous forme d’un livret, de couleur verte, de 11 cm de largeur et 7 cm de longueur, intègre les références du titulaire et de son permis de conduire (probatoire ou définitif) ainsi que les données relatives au suivi du capital points.
Il est délivré par les services chargés de la réglementation et des affaires générales de la wilaya, de la circonscription administrative ou de la daïra, territorialement compétentes. Quant au retrait de points, la procédure constitue une mesure administrative automatique et cumulative qui intervient en complément à l’amende forfaitaire ou à la suspension du permis de conduire.
En cas de contestation par les agents habilités à établir des infractions, donnant lieu à la suspension du permis à points, celui-ci est également retiré et transmis aux commissions et juridictions compétentes.
Dans le même sillage, lorsque les commissions de suspension des permis de conduire et les juridictions compétentes prononcent la suspension ou le retrait du permis de conduire pour les contraventions et les délits prévus par la loi, il sera procédé en conséquence, par les commissions concernées dès réception selon le cas des procès-verbaux de contravention ou des décisions de justice, au retrait des points correspondants.
 Une copie de la décision de retrait du nombre de points et transmise par les commissions concernées au fichier des infractions de la wilaya, au fichier des infractions de la circonscription administrative ou de la daïra et au fichier national des infractions aux règles de la circulation routière.  
Le nombre de points affecte le permis de conduire dans son ensemble, quel que soit le véhicule utilisé au moment où le conducteur commet l’infraction.
Dans le cas où plusieurs infractions sont commises simultanément, les retraits de points sont cumulés, qu’il s’agisse de contraventions ou de délits.
En effet, le permis de conduire à points, constitue autre dispositif de lutte contre les accidents de la circulation qui s’ajoute au nouveau code de la route, dit déjà «très répressif». Ce dernier prévoit 34 cas de sanctions à l’encontre des conducteurs qui enfreignent les règles de circulation et 17 cas de retrait immédiat du permis de conduire. Un barème de sanction qui, à priori, devrait dissuader tout réfractaire au code de la route.
Salima Ettouahria
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions