vendredi 20 octobre 2017 02:24:37

Signature d’un protocole d’accord : Création d’une société mixte pour la mutualisation des capacités nationales en fibre optique

Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi a présidé, hier, la signature d’un protocole d’accord pour la création d’une société mixte entre Algérie Télécom, Sonatrach, Sonelgaz et la SNTF, spécialisée dans la mutualisation des ressources et des capacités nationales en matière de fibre optique.

PUBLIE LE : 08-07-2013 | 0:00
D.R

Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi a présidé, hier, la signature d’un protocole d’accord pour la création d’une société mixte entre Algérie Télécom, Sonatrach, Sonelgaz et la SNTF, spécialisée dans la mutualisation des ressources et des capacités nationales en matière de fibre optique.
 Baptisée «Compagnie des infrastructures de Télécommunication d’Algérie (CIT Algérie)», cette nouvelle entité bénéficiera de la mise à disposition des excédents de capacité de fibres optiques de ses actionnaires moyennant une base de tarification au coût marginal dont les modalités feront l’objet d’une convention établie.
 Soulignant que «la société aura pour mission de mettre en œuvre la stratégie de mutualisation et d’interconnexion des réseaux alternatifs de transport et de collecte», le ministre des TIC a ajouté que celle-ci aura à «gérer les excédents de capacité mis à sa disposition par ces actionnaires ou toute autre entreprise publique autre que les opérateurs publics de télécommunications» et «gérer les ressources de fibre optique et les commercialiser au profit des opérateurs détenteurs de licences ou prestataires de services Internet ou à valeur ajoutée autorisés à louer des capacités de bande passante», a-t-il ajouté.
Les documents ont été paraphés par le P-DG d’Algérie Télécom, M. Azouaou Mahmel, le représentant de Sonatrach, le P-DG de Sonelgaz ainsi que le P-DG de la SNTF. Intervenant à l’occasion de la signature du protocole d’accord, M. Benhamadi a déclaré que, suivant les recommandations de la Commission nationale du haut et très haut débit (CNHTD), «nous avons décidé de créer une société qui va appartenir à plusieurs opérateurs économiques algériens, pour le moment publics». Selon le premier responsable du ministère, cette entreprise existait déjà dans le secteur des énergies. «On va ouvrir son capital, la restructurer et lui confier cette mission de mutualisation de la capacité nationale de la fibre optique excédentaire», a-t-il souligné, précisant que «cela est la première action de mutualisation». La démarche est certainement de compléter d’abord la couverture à haut débit, déjà entamé, et progresser dans les offres du très haut débit, soit 2Mbps au minimum pour 85 % des ménages à l’horizon 2015 et 100/50 Mbps pour 85 % des ménages et 8 Mbps au moins pour les 15 % restants à l’horizon 2020.

Une infrastructure de base pour le lancement de la 3G et la 4 G
Avec 55 % des parts, Algérie Télécom est le plus grand actionnaire, contre 20 % pour Sonatrach et Sonelgaz et 5 % pour la SNTF. Il y a lieu de noter que le capital social de CIT Algérie, dont le siège social est prévu à Alger avec des directions régionales, est de 500 millions de dinars.
Il y a lieu de signaler que Sonelgaz détient plus de 12.000 km en fibre optique, Sonatrach  près de 4.000 km et la SNTF compte installer 5.000 km alignés sur son réseau ferroviaire. Pour ce qui est de la deuxième étape de cette initiative, celle-ci «consiste en la création d’un sous réseau dédié aux secteurs utilisateurs et grands consommateurs de la fibre optique tels que l’éducation nationale, l’enseignement supérieur, la santé et la formation professionnelle» dira M. Benhamadi, expliquant que «ce réseau sera fortement équipé en hautes technologies».
Le ministre a exprimé la volonté de son département «d’aller vers une mutualisation de ressources pour une utilisation commune». IL expliquera qu’«il y aura une entité qui va gérer cette infrastructure sur le plan de son fonctionnement global où chaque secteur va se connecter à cette dorsale de très haut débit». Il développera, par ailleurs le fait que «la naissance de cette nouvelle société mixte permettra de créer avec AT l’infrastructure de base sur laquelle s’appuieront les applications et services TIC de demain, l’Internet des objets ainsi que l’Internet du futur». Il s’agit également d’«anticiper le lancement de la 3G et 4G en préparant d’ores et déjà les infrastructures nécessaires et contribuer à améliorer l’offre globale des services de télécommunications du point de vue qualité et faciliter l’accès au plus grand nombre de la population y compris en zones rurales», a-t-il enfin indiqué.
Sihem Oubraham

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions