mercredi 18 septembre 2019 22:46:44

Clôture de l’Exposition « mémoire et réalisations » de la communication

M. Mohamed Saïd : « Le secteur est appelé à relever de grands défis »

PUBLIE LE : 06-07-2013 | 23:00
D.R
Le quotidien El Moudjahid  parmi les organes de presse honorés.
 
L’exposition du cinquantenaire « Mémoire et réalisations » dédié à la communication, s’est achevé, hier, en apothéose. 
De l’avis de tous les spécialistes et visiteurs, ce Salon a été, à tout point de vue, « une réussite ». 28 ministres, de Mohamed Hadj Hamou, le premier à prendre en charge le département de la Communication à Nacer Mehal, ont été honorés au même titre que certains organes de presse à l’image du quotidien El Moudjahid dont le stand a connu, pendant plus d’une semaine, une affluence appréciable. La remise des prix a eu lieu en présence de membres du gouvernemental ainsi que des figures de proue de la presse nationale.
Se félicitant des acquis réussis, le ministre de la Communication, Mohamed Saïd, a saisi l’opportunité pour rendre un vibrant hommage à « des figures ayant participé de façon active à construire un Etat algérien fort ainsi qu’au développement du secteur de la communication ». La naissance de la presse nationale, dit-il, a coïncidé avec l’avènement du « mouvement national » et plus tard, la « presse révolutionnaire ». 
A ce titre, M. Mohamed Saïd a rappelé qu’au lendemain de l’Indépendance, l’Algérie ne disposait que de 6 organes de presse. 51 ans plus tard, un effort « inestimable a été consenti par les pouvoirs publics. » Aujourd’hui, ce sont 136 quotidiens qui sont proposés au lecteur et « les demandes d’agrément sont de plus en plus croissantes », relève le ministre. Un constat identique est établi quant aux chaînes télévisées.
 L’Algérie, souligne-t-il, qui s’est limitée à trois chaînes régionales, à Alger, Oran et Constantine, « dispose actuellement de 5 chaînes nationales, auxquelles s’ajoutent 56 stations radiophoniques.» Réunies, « elles couvrent plus de 90% du territoire national ». Passant en revue les réalisations du secteur, M. Mohamed Saïd a estimé que  le « tournant décisif qu’a connu la communication a eu lieu avec le multipartisme ». 
S’exprimant devant une assistance nombreuse, il a souligné, comme en politique « cette variété est possible pour la communication », grâce aux « efforts de l’Etat qui ne cesse de porter assistance à tous les médias.» 
Le ministre cite, dans ce contexte, le projet de loi sur l’audiovisuel qui « sera examiné, prochainement, lors du Conseil des ministres.» Ces acquis, ajoute M. Mohamed Saïd, constitue « notre fierté », saluant au passage l’apport des professionnels de secteur. Cependant, le ministre ne veut, en aucun cas, s’arrêter en si bon chemin. Notre préoccupation, précise-t-il, « n’a jamais été la quantité, mais d’inculquer davantage les valeurs de la glorieuse Révolution de Novembre 1954 aux générations montantes.» Dans le même ordre d’idées, le premier responsable de la communication a mis en relief les défis qui se profilent à l’horizon. 
L’urgence est d’acquérir des « équipements de pointe afin d’être concurrentiel avec d’autres pays avancés dans le domaine de la communication.» M. Mohamed Saïd compte, aussi, « gagner la bataille des ressources humaines », évoquant l’impérieuse nécessité de la formation au profit des professionnels des médias. Il a indiqué que le gouvernement avait consenti des crédits financiers à ce volet, notamment pour l’amélioration du niveau des nouveaux journalistes.
Fouad Irnatene
 
« Un édifice médiatique dont nous sommes tous fiers aujourd’hui » 
 
A l’occasion de la clôture de l’exposition « Mémoire et réalisations »  organisée au Palais des expositions, M. Mohamed Saïd a estimé que le secteur de la communication en Algérie « doit faire face à de grands défis,  dont le plus important est la maîtrise des technologies (de l’information) les  plus récentes intervenues dans le monde, afin qu’il puisse se lancer dans la  compétition.» S’exprimant en présence de membres du gouvernement et d’anciens ministres de l’Information, M. Mohamed Saïd a ajouté que parmi ces défis figurait également  la maîtrise des ressources humaines « afin que tout un chacun ait ce qu’il mérite, et pour que la compétence et l’éthique soient les deux critères fondamentaux permettant de distinguer les professionnels de l’information, outre l’esprit de patriotisme qui doit être de mise pour servir les intérêts de la patrie.» 
Evoquant les besoins du secteur de la communication en matière de formation, le ministre a indiqué que le gouvernement a consenti des crédits financiers  à ce volet, notamment pour l’amélioration du niveau des nouveaux journalistes. Par ailleurs, le ministre de la Communication a relevé avec « fierté » les réalisations accomplies par le secteur, tout en saluant les efforts consentis par « ceux qui ont contribué à cet édifice médiatique dont nous sommes tous fiers aujourd’hui, ainsi que la maîtrise des ressources humaines». « S’il est vrai qu’il est du droit du secteur de la  Communication  d’être fier de ces réalisations, cela ne doit, cependant, pas être synonyme d’autosatisfaction ou de narcissisme» car, a-t-il dit, « ce n’est pas la quantité  qui importe, mais il s’agit plutôt de donner une forte impulsion à ce qui a été réalisé».           Cette impulsion exige « un retour aux sources de la Révolution du 1er Novembre afin d’inculquer les valeurs de celle-ci aux générations montantes  à travers l’information et la communication », a-t-il souligné.           
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions