Festival international de Timgad Soirée enchanteresse avec : le crooner tunisien Saber Ribaï

Le crooner tunisien à la voix d’or, incontestablement l’un des « chouchous » du public du festival international de Timgad qu’il a marqué de son empreinte pour s’y être produit à plusieurs reprises, a enchanté son nombreux auditoire, mercredi soir lors de 6e soirée de cette manifestation.
PUBLIE LE : 05-07-2013 | 23:00

Le crooner tunisien à la voix d’or, incontestablement l’un des « chouchous » du public du festival international de Timgad qu’il a marqué  de son empreinte pour s’y être produit à plusieurs reprises, a enchanté son  nombreux auditoire, mercredi soir lors de 6e soirée de cette manifestation. Le petit air BCBG de Saber, en costume sombre et chemise blanche, et  son éternel sourire, alliés à une voix chaude et envoûtante qui fait invariablement  pâmer les âmes sensibles, ont une nouvelle fois transporté les spectateurs dans un monde où l’amour et le romantisme règnent en maîtres. Passant allègrement et avec un égal talent du genre oriental Ouaini  marek marrit, Aâlli gara au folklore tunisien Barcha barcha, Sidi Mansour  ya baba ainsi qu’à la chanson algérienne Nedjma Kotbia de Rabah Driassa,  El barah du regretté Guerouabi, Saber Ribaï aura laissé forte impression comme en témoignent les applaudissements nourris du public. La soirée a été ouverte par un hommage à la diva algérienne disparue, Warda, rendu par l’orchestre de Saber qui interpréta en instrumental l’un de ses plus beaux succès, Laoula el malama, conférant un moment d’émotion à cette 6e et avant-dernière soirée du 35e festival de Timgad. Une émotion encore plus vive lorsque le chanteur tunisien interpréta  un morceau de sa composition, spécialement conçu en hommage à Warda dont il  dira qu’il aurait « tellement voulu exaucer le rêve de chanter en duo avec elle ». Saber Ribaï exprimera également sa « profonde joie de retrouver l’Algérie  et de partager avec son peuple la célébration du cinquantenaire de l’indépendance ».  Même s’il peut paraître difficile de succéder au cours d’une soirée  comme celle-ci à un chanteur aussi accompli et aussi adulé, les artistes algériens qui se sont vus confier la tâche «redoutable» d’animer la seconde partie de  la soirée, en l’occurrence Abdallah Mennaï, Cheb Arrès, Farid Houamed et Samir  Toumi, s’en sont très bien tirés.  Le public s’enflamma à nouveau jusque tard dans la nuit, notamment lors des tours de chant de Cheb Arrès, une autre vedette aimée des jeunes algériens, et, surtout du toujours jeune Abdallah Mennaï, égal à lui-même avec sa voix chaude et chevrotante et son inséparable Zorna d’Oued Souf.


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : [email protected]