dimanche 20 octobre 2019 09:56:44

Cyber-espionnage américain : Barroso demande un contrôle de la sécurité de la Commission européenne

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a demandé un contrôle de la sécurité de la Commission, après des allégations d'espionnage des institutions européennes par les Américains, a annoncé hier sa porte-parole, Pia Ahrenkilde-Hansen.

PUBLIE LE : 01-07-2013 | 23:00
D.R
Le président de la Commission européenne, José  Manuel Barroso, a demandé un contrôle de la sécurité de la Commission, après  des allégations d'espionnage des institutions européennes par les Américains,  a annoncé hier  sa porte-parole, Pia Ahrenkilde-Hansen.          
"Compte-tenu de ces allégations, le président Barroso a ordonné aux  services compétents de la Commission de procéder à un contrôle complet de la sécurité", a déclaré la porte-parole.          
Elle a répété la position de la Commission, demandant une "pleine clarification",  de la "clarté" et de la "transparence" de la part des autorités américaines.          
Le magazine allemand Der Spiegel avait rapporté samedi que l'Agence de sécurité nationale (NSA) américaine surveille non seulement la communication  entre les citoyens européens, mais comprend également un programme d'écoute  ciblant des bureaux de l'UE.          
Le magazine cite des documents confidentiels qu'il a réussi à obtenir en partie d'Edward Snowden, l'ancien agent de la CIA qui est actuellement toujours  bloqué dans un aéroport de Moscou, après que les Etats-Unis ont émis un mandat  d'arrêt contre lui.          
Il a divulgué un projet de surveillance classé secret mené par la NSA,  connu sous le nom de code PRISM, qui peut retracer des courriels et des appels téléphoniques à l'échelle internationale.           
Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine  Ashton, a indiqué que "les bureaux de l'UE à New York et à Washington avaient  tous les deux déménagé depuis la date à laquelle remontent les allégations"  d'espionnage.          
"Nous avons un système de sécurité complètement nouveau", a ajouté Michael Mann, ajoutant que les accusations "font apparemment référence à une situation  ancienne".           
Pour sa part, un porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a déclaré hier que les Etats-Unis doivent "rétablir la confiance" avec leurs alliés européens,  après ces révélations.          
Le gouvernement allemand a communiqué à la Maison-Blanche son "étonnement"  durant le week-end, a déclaré le porte-parole, Steffen Seibert, ajoutant que  cette affaire devait faire l'objet d'éclaircissements.
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions