mardi 25 septembre 2018 05:06:04

Coopération : Les opérateurs économiques britanniques veulent renforcer leur présence en Algérie

Les Britanniques veulent renforcer leur présence en Algérie, c'est le principal message exprimé mercredi dernier par les chefs d’entreprise du Royaume-Uni, lors d’une rencontre organisée par le conseil d’affaires algéro-britannique destinée à l’évaluation annuelle des relations entre les deux pays.

PUBLIE LE : 29-06-2013 | 0:00

Les Britanniques veulent renforcer leur présence  en Algérie, c'est le principal message exprimé mercredi dernier par les chefs d’entreprise du Royaume-Uni, lors d’une rencontre organisée par le conseil d’affaires algéro-britannique destinée à l’évaluation annuelle des relations entre les deux pays.  La réunion sur les opportunités d’affaires en Algérie a regroupé des  personnalités à l’instar de Lord Marland, envoyé spécial du Premier ministre chargé du Commerce, de Lord Risby, représentant du Premier ministre chargé de  la Promotion du partenariat avec l’Algérie, et de l’ambassadeur d’Algérie au  Royaume-Uni M. Amar Abba.        
Un grand nombre de chefs d’entreprise de renom ont assisté à la conférence. Les différents intervenants à cette réunion ont mis en exergue l’essor pris récemment par les relations algéro-britanniques, notamment depuis la visite en Algérie du Premier ministre britannique David Cameron, en janvier dernier.       
La coopération algéro-britannique a enregistré une avancée substantielle  en une année, ce qui reflète la volonté des deux gouvernements de développer la coopération dans l’ensemble des domaines, ont-ils indiqué. Lord Marland a souligné, à cette occasion, la volonté du gouvernement de son pays d'approfondir davantage les relations bilatérales avec l'Algérie et  d'élargir la coopération à d'autres secteurs. "Le Premier ministre place l’Algérie parmi les dix pays prioritaires avec lesquels le Royaume-Uni va accroître ses échanges", a-t-il affirmé lors de son  intervention. De son coté, Lord Risby a mis en exergue le fort potentiel économique que  représente l’Algérie, soulignant la nécessité pour les entreprises britanniques de développer leur business dans ce marché.         
"Les relations entre nos deux pays sont remarquables à tous les niveaux  en ce moment", affirme Lord Risby, soulignant "la stabilité de l’Algérie dans  la région, son potentiel économique et le programme de développement quinquennal doté d’une enveloppe de 286 milliards de dollars".

 2013, une année particulière pour les relations entre Alger et Londres
Il a rappelé l’importance et la fréquence des visites effectuées de part  et d’autre par les responsables britanniques et algériens, ce qui ne manquera  pas d’impulser davantage ces relations, a-t-il affirmé soulignant que "nos  relations sont marquées, particulièrement par un dialogue stratégique a la faveur de l’échange de visites de responsables de haut niveau des deux pays".  L’ambassadeur d’Algérie a tenu à mettre en exergue l’évolution positive des relations bilatérales, affirmant que "cette année a été une année particulière" pour nos relations après la visite en Algérie du Premier ministre David Cameron. "C’est une visite qui a permis de relever le niveau des échanges et de  faire le tour de notre coopération", a affirmé M. Abba, rappelant les visites  effectuées par les responsables des deux pays. "Au niveau du partenariat, nos relations s’approfondissent et cela se  constate sur le terrain", a poursuivi M. Abba, citant en exemple la réouverture du British Council, la visite récente en Grande-Bretagne d’inspecteurs de la langue anglaise dans le cadre de la coopération, et des projets de partenariat qui existent entre les deux pays dans les secteurs du tourisme, de la santé,  de l’éducation.
M. Abba a également répondu lors de cette soirée aux questions de chefs d’entreprise britanniques axées notamment sur les conditions d’investissement en Algérie, la sécurité et la législation. Le volume des échanges commerciaux entre l'Algérie et la Grande-Bretagne a dépassé les 4,7 milliards de dollars en 2012, classant la Grande-Bretagne au 7e rang des clients de l'Algérie et son 13e fournisseur, selon les derniers  chiffres des Douanes algériennes. Les échanges commerciaux entre les deux pays avaient atteint 2 milliards  en 2010, selon cette source. 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions