mercredi 12 aot 2020 01:21:59

Prise en charge des revendications des travailleurs : “Consolider le dialogue social”

Renforcer la confiance entre les partenaires sociaux

PUBLIE LE : 21-06-2013 | 23:00
D.R

L’impératif de croissance économique et donc la nécessité de développer l’outil de production national ont fait que les pouvoirs publics ont consenti les aides, les facilités et les encouragements nécessaires pour accompagner les entreprises publiques dans leurs efforts d’assainissement de leur situation financière, de mise à niveau, d’amélioration de leurs performances et donc de sauvegarde de l’emploi.
Cependant, cette démarche ne peut porter tous ses fruits en l’absence d’une réelle implication des partenaires sociaux (employeurs et représentants des travailleurs) pour relever les défis imposés dans un climat apaisé que seuls le dialogue et la concertation ont le pouvoir d’asseoir durablement.
C’est pourquoi je réitère encore une fois les vertus du dialogue et de concertation, et vous invite particulièrement à prendre toutes les mesures utiles, pour, notamment :
- inciter les partenaires sociaux à dynamiser le dialogue ou à mettre en place, selon le cas, le cadre adéquat d’une concertation permanente et constructive, à tenir les réunions périodiques prévues par  la loi pour examiner, en commun, la situation des relations socio-professionnelles et les conditions générales de travail au sein de l’entreprise et à respecter toutes les étapes du dialogue et de la négociation avant le recours à d’autres formes de contestation qui mettent en péril l’entreprise et l’emploi ;
- suivre la situation sociale des entreprises et organismes relevant de votre secteur et apporter toute l’assistance et le soutien nécessaires aux partenaires sociaux pour rapprocher les points de vue, prévenir toute détérioration du climat social et concourir au règlement de tout différend collectif de travail dans l’intérêt bien compris de l’entreprise et des travailleurs.
La consolidation du dialogue social doit donc permettre de renforcer la confiance entre les partenaires sociaux et à ces derniers de partager les informations, d’affiner la stratégie, de coordonner leurs actions et de protéger l’entreprise, centre essentiel de création de richesses, de toute perturbation pouvant porter atteinte à ses objectifs d’amélioration des conditions de vie des travailleurs et de contribution au développement national.
J’insiste particulièrement sur l’application diligente des dispositions de la présente instruction, dont la sérénité du monde du travail et les performances attendues de l’outil de production sont grandement dépendantes.


Sellal insiste sur la consolidation du dialogue social

Dans une instruction adressée le jour même de la tenue du forum du CNES aux walis et présidents de SGP, le Premier ministre a signifié son attachement «aux vertus du dialogue et de la concertation» pour exhorter les concernés à prendre les mesures qui s’imposent susceptibles «d’inciter les partenaires sociaux à dynamiser le dialogue social», sinon à «mettre en place le cadre adéquat d’une concertation permanente et constructive». Le Premier ministre suggère, dans cette optique, la tenue de «réunions périodiques qui permettent d’aborder la situation des relations socioprofessionnelles et les conditions générales de travail dans l’entreprise». Il s’agira de favoriser «le dialogue et la négociation» à même de prévenir toute action de contestation qui «mettrait en péril l’entreprise et l’emploi», souligne l’instruction. En effet, si les pouvoirs publics ont «consenti des aides, des facilités et les encouragements nécessaires pour accompagner les entreprises publiques dans leur effort d’assainissement financier, de mise à niveau, d’amélioration de leurs performances et donc de sauvegarde de l’emploi», ces objectifs ne pourront être faisables «en l’absence d’une réelle implication des partenaires sociaux pour relever les défis imposés dans un climat apaisé que seuls le dialogue et la concertation ont le pouvoir d’assoir durablement». L’autre mesure formulée à l’adresse des concernés consiste à «suivre la situation sociale des entreprises et organismes» relevant de leurs secteurs respectifs, à même d’y apporter «toute l’assistance et le soutien nécessaires» et, par la même occasion, «prévenir» toute éventuelle «détérioration du climat social et concourir au règlement de tout différend collectif de travail dans l’intérêt», et de l’entreprise et des travailleurs. En fait, le renforcement du dialogue social amène à «renforcer la confiance entre les partenaires sociaux» et permet à ces derniers de «protéger leur entreprise de toute perturbation» susceptible de nuire à ses objectifs de développement et de prospérité.     
D. Akila


M. Sidi Saïd appelle à la concertation

Le secrétaire général de l'Union général des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a appelé jeudi, dans un message adressé aux unions de wilaya et aux fédérations nationales de l'UGTA, à l'implication des instances et des responsables syndicaux dans la sensibilisation au "dialogue et à la concertation" dans la prise en charge des revendications et des contestations. "L'UGTA, consciente des enjeux du développement économique et social de notre pays, qui ne cesse de défendre l'économie nationale (...) a toujours incité et encouragé le dialogue et la concertation à tous les paliers de l'entreprise, et du monde du travail", a indiqué dans ce message, M. Sidi Saïd. Cet axe "cardinal" de la politique de l'UGTA (dialogue), a-t-il expliqué, "est une vertu" de l'écoute et de la négociation collective dans la vie de l'entreprise, lieu d'emplois et de création de la richesse.
L'UGTA réagissait à l'instruction du Premier ministre Abdelmalek Sellal, adressée au membres du gouvernement, aux walis et aux présidents des Sociétés de gestion des participations (SGP), portant sur la "Dynamisation du dialogue social", et décidée suite à la séance de travail qu'il avait tenue au siège du Premier ministère avec M. Sidi Saïd. L'UGTA "donne du prix à cette méthode de prévention de différend et de consolidation de la confiance entre partenaires, pour éviter toute perturbation dans cette phase de relance de la politique nationale du développement industriel et de la promotion de la production nationale", a encore indiqué M. Sidi Saïd dans son message.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions