dimanche 20 octobre 2019 07:31:16

Retour sur la visite de M. Sellal dans la wilaya d’El-Bayadh : Un développement tous azimuts

Il est une réalité indéniable que l’action de l’État porte ses fruits, à travers un ambitieux programme de reconstruction nationale.

PUBLIE LE : 15-06-2013 | 23:00
D.R

Il est une réalité indéniable que l’action de l’État porte ses fruits, à travers un ambitieux programme de reconstruction nationale. Cette œuvre, faut-il encore le rappeler,  doit combler le déficit  en termes d’amélioration des conditions de vie des citoyens et entraîner  le pays dans un processus de développement incontestable. N’en déplaise, encore une fois, à certaines voix qui préfèrent semer le doute sur la capacité de l’Algérie à opérer son décollage économique, en misant à tort sur une baisse sensible des prix des hydrocarbures ou sur une réduction de nos réserves en hydrocarbures supposées éligibles, selon de curieuses déductions,  à un inéluctable tarissement dans les 25  prochaines années.
Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a remis les pendules à l’heure en déclarant, depuis la wilaya d’El-Bayadh, que l’Algérie se porte bien, contrairement à tout ce qui se dit et se diffuse, parfois de façon tendancieuse.  Notre pays est loin de s’engouffrer dans l’impasse ; bien au contraire, il recèle des potentialités qui lui permettent d’aller aussi loin que possible dans son vaste processus de développement. «Nous avons les capacités de créer une économie diversifiée. Nous avons découvert un champ de gaz de schiste à In Salah», a-t-il rassuré. C’était une occasion propice pour infliger un cinglant démenti à une «prospective» pseudo-économique. Pour celui qui a eu l’opportunité de suivre M. Sellal  dans chacun de ses déplacements à l’intérieur du pays profond, le ton est à un optimisme de raison, à l’expression d’une volonté inexorable de poursuivre l’effort de construction.  Ce ne sont pas là de vains propos, mais une réalité que l’on peut appréhender à travers tout un faisceau de projets à mener à bon port ou à lancer dans le cadre d’une politique de développement durable.
La population d’El-Bayadh, pour ne s’en tenir qu’à sa seule appréciation, peut en attester aisément.    Au cours de ses visites à l’intérieur du pays, M. Abdelmalek Sellal n’a eu de cesse d’exhorter les autorités locales à déployer un maximum d’efforts pour jeter les bases d’une économie créatrice de richesse, capable d’employer nos jeunes diplômés de l’université, d’insérer dans le monde du travail, le potentiel scientifique issu des grandes écoles, les jeunes de la formation professionnelle, et tous ceux qui sont porteurs de projets d’investissement, ou sont imprégnés d’un sens de l’initiative avéré.  Il agit de favoriser une économie adossée à une restructuration  effective de notre base industrielle, celle-là même qui, à une époque pas très éloigné, faisait la fierté de l’Algérie, une économie fondée également sur un partenariat mutuellement bénéfique. C’est là par ailleurs la grande tendance des trois derniers plans économiques, dont le troisième (2010-2014) a été doté pratiquement d’une manne financière de 286 milliards de dollars. Logement, emploi, agriculture, transport, santé, enseignement, investissement et octroi de microcrédits sont une parfaite illustration de l’implication des pouvoirs publics. Sur tous ces créneaux, les wilayas des zones steppiques, des Hauts Plateaux et celles des 10 wilayas du Sud sont, de l’avis général, loin d’être laissées en rade. Des avantages spéciaux leur sont consentis compte tenu de leurs particularités. Il est permis de dire que le développement social et économique de ces immenses régions est une priorité constante.  L’État fait beaucoup d’efforts en direction des populations qui y vivent et qui demeurent fermement attachées à leur terre. Il s’emploie à   favoriser, autant que faire se peut, l’émergence d’un vaste tissu économique afin de créer les conditions indispensables d’une vie équilibrée.  Il convient de rappeler, notamment en direction de ceux qui se confinent dans le déni des réalités, que les pouvoirs publics se sont fait un devoir de répondre aux multiples besoins de ces contrées pour en faire des pôles de croissance.  
M. Bouraib
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions