mardi 12 novembre 2019 15:49:24

Crédits bancaires, M. Laksaci : “La BA relancera le projet de la centrale des risques avec une nouvelle société”

“Les crédits à l'économie progressent de 6,27% au 1er trimestre”

PUBLIE LE : 12-06-2013 | 0:00
D.R

La Banque d'Algérie (BA) compte lancer un nouvel appel d'offres pour sélectionner la société qui va lui créer une nouvelle centrale à risques modernisée, après l'échec de l'entreprise sélectionnée, lors du premier appel d'offres, à mener le projet, a indiqué lundi dernier son gouverneur M. Mohamed Laksaci. Sans révéler son nom, le gouverneur a indiqué que la société sélectionnée au cours du premier appel d'offres a mis du temps pour lancer le projet de la centrale à risques, poussant la BA à chercher après un autre prestataire en mesure de l'exécuter. La BA a en effet retenu deux options : celle de moderniser la centrale existante et la création d'une nouvelle centrale selon les normes internationales en vigueur en termes des risques encourus par les banques dans l'octroi des crédits aux entreprises et aux ménages, précise M. Laksaci au cours d'un point de presse qui a suivi la présentation du rapport trimestriel sur la situation monétaire et financière du pays. Quatre centrales sont gérées par la BA, à savoir, la centrale des risques des entreprises, celle des ménages, celle des chèques impayés et celle des bilans, même si toutefois la centrale des risques ménages n'est pas encore opérationnelle. Interrogé par ailleurs, sur la révision de l'allocation touristique, dont le montant devrait être revu à la hausse pour lutter contre le marché parallèle de la devise, le gouverneur s'est abstenu à donner des précisions, affirmant que c'est "une mesure discrétionnaire que son institution ne pouvait révéler". Le gouverneur a laissé cependant entendre que cette mesure est toujours d'actualité puisque la BA travaillait toujours sur ce dossier, contrairement à la déclaration du ministre des Finances, M. Karim Djoudi, qui avait affirmé en avril dernier qu'elle "n'est plus à l'ordre du jour". Sur le plan monétaire, M. Laksaci a annoncé la mise en circulation dès ce ramadhan de grosses quantités de pièces de monnaie de petite valeur afin de relancer leur utilisation dans le pays. La BA entamera par ailleurs, dès cette année, la publication des rapports sur la stabilité financière du pays. Le premier rapport de ce type portera sur la période 2009-2011 et sera suivi par d'autres, d'une façon périodique et continue, annonce le gouverneur. La Banque d’Algérie a commencé lundi dernier la publication d'un rapport trimestriel sur les tendances monétaires et financières du pays. Auparavant la BA ne produisait que des rapports semestriels. Autre élément nouveau que le gouverneur a mis en exergue dans le cadre de ce nouveau rapport, c'est la publication pour la première fois par la BA de l'indicateur des transferts des banques vers l'étranger. Au total des données de règlements de banques, ces transferts ont enregistré une hausse globale de 6,7% au premier trimestre 2013 par rapport à la même période de 2012.

“Les crédits à l'économie progressent de 6,27% au 1er trimestre”
Le financement bancaire de l'économie a connu une progression de 6,27% au premier trimestre 2013 à 4.568 milliards (mds) de dinars, dopé par les mesures de facilitation bancaires prises par le gouvernement en janvier dernier, indique le rapport de la Banque d'Algérie.
A fin mars 2013, les crédits bancaires aux entreprises privées ont atteint 2.044,5 milliards (mds) de DA contre 1.947,05 mds de DA durant la même période de l'année 2012, alors que les crédits bancaires accordés aux entreprises publiques se sont établis à 2.205,2 mds de DA. A ce titre, M. Laksaci a annoncé de nouvelles dispositions bancaires pour le financement de logements promotionnels qui vont se traduire, selon lui, par une hausse des crédits hypothécaires. "Le dynamisme des crédits bancaires à l'économie traduit l'amélioration de la structure et des conditions de financement, suite à l'important soutien financier apporté par l'Etat aux PME", commente le gouverneur. Toujours dans le financement de l'économie, M. Laksaci précise que le fort rythme de progression des crédits à l'économie a été le principal élément déterminant de l'expansion monétaire au premier trimestre 2013 même si cette dernière a connu une décélération par rapport à la même période de 2012.
L'agrégat de la masse monétaire M2 (monnaie fiduciaire et dépôts bancaires) a, en effet, enregistré un taux de croissance de 3,45% de janvier à mars 2013 contre 5,98% au titre du premier trimestre 2012. Mais, eu égard au niveau élevé de l'inflation enregistré au cours de l'année 2012, la BA a introduit dès la mi-janvier dernier un nouvel instrument de reprise de liquidité à six mois à un taux de rémunération de 1,50% qui vise à absorber le surplus des liquidités des banques. "C'est un coût important, celui supporté par la BA pour résorber la liquidité qui se traduit en inflation", signale à ce propos le dirigeant de la BA.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions