jeudi 20 septembre 2018 00:34:28

M. Noureddine Bouterfa PDG de sonelgaz, l’a annoncé hier : “12.000 mégawatts pour faire face à la demande en été”

Un plan d'urgence pour une saison estivale sans coupures

PUBLIE LE : 11-06-2013 | 0:00
D.R

Sonelgaz optera pour un emprunt de 850 milliards de dinars pour couvrir les financements de ses investissements.

Un  plan d’urgence national, destiné à faire face à la demande lors de pointes en électricité,  pendant la période estivale, a été mis en route par Sonelgaz. D’un montant de 95 milliards de dinars, ce plan qui prévoit l’amélioration des moyens de distribution, notamment, a permis de développer un programme de production de près de 2.000 MW de capacités nouvelles et de récupération de près de 800 mégawatts qui étaient en entretien pour le réseau interconnecté nord, soit 2.800 MW, ainsi qu’une capacité supplémentaire de 250 MW sur les  réseaux isolés  du sud. Cet été, par conséquent, « Nous aurons près de 12.000 MW de disponibles », ce qui représente plus de 25% de capacités supplémentaires, a affirmé, hier, le P-DG de Sonelgaz. « Cela  devrait répondre à la demande de pointes de cet été, et bien évidemment, cela dépendra des conditions climatiques », a précisé M. Noureddine Bouterfa. La production, à elle seule, n’étant pas suffisante, un plan d’urgence spécial pour le transport d’électricité, de plus de 180 projets postes, soit 100 postes et 80 lignes de transport, à mettre en service avant l’été a été engagé en parallèle, notera l’invité de la rédaction de la Chaîne III qui indiquera qu’une dizaine d’ouvrages  ne seront pas prêts avant l’été.
La distribution étant l’essentiel des contraintes rencontrées en 2012, il a été procédé à la mise en service de plus de 7.000 postes pour assurer un approvisionnement régulier des ménages. « Actuellement, le programme est mis en service à plus de 80%, le reste devrait être achevé avant juin à 100% » a-t-il affirmé. « Ces capacités nouvelles devraient améliorer nettement la situation, mais l’électricité n’est pas une science exacte et les aléas feraient partie de l’équation », avertira M. Bouterfa. C’est un programme national qui a visé tout le territoire national, sachant que des « moyens supplétifs et des solutions transitoires ont également été mis en place là où les projets n’ont pu être terminés », a ajouté l’intervenant. M. Bouterfa abordera le programme 2013-2017 qui porte  plus de 12.000 MW de capacités supplémentaires pour dire la nécessité d’une politique de localisation des productions en Algérie « surtout lorsque l’on sait que d’ici 2020-2025, plus de 35.000 MW seront produits ». « Va-t-on continuer à importer les turbines à gaz ? » s’est-il interrogé. Nous sommes essentiellement un pays consommateur de gaz, ce qui fait que « nous  devons nous consacrer à une politique industrielle ».  Au chapitre du financement des investissements, M. Bouterfa indiquera que l’endettement de Sonelgaz à fin 2012, a totalisé plus de 1.500 milliards de dinars de dettes, dont plus de 1.000 Mds sont des emprunts bancaires. Aussi, le groupe va encore emprunter pour 850 Mds de dinars pour couvrir ses programmes d’investissements. « Nous allons continuer sur cette voie pour satisfaire nos besoins » a-t-affirmé. « L’autre solution consiste en l’augmentation des tarifs, mais cette option n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant, donc, on l’écarte comme hypothèse de travail ». Dans le même sens, il évoquera le déficit de trésorerie, la société qui a atteint  28 Mds de DA à fin 2012 et certainement  plus en 2013, selon M. Bouterfa qui fera savoir que Sonelgaz  préfinance ses projets à hauteur de  120 milliards  de dinars. « Nous transformons des dettes en fonds propres mais  jusqu’à quand ? C’est la question posée par le premier responsable de Sonelgaz  qui évoquera « un rendez-vous pour l’augmentation des tarifs », précisant que l’échéance n’est pas connue.  Ainsi, « tout le poids de développement du système électrique repose sur Sonelgaz. » Dans le même ordre d’idées, il relèvera que le chiffre d’affaires net de la société a été de 210 milliards de dinars en 2012 alors que Sonelgaz a investi 235 Mds de DA, ce qui ressort que « nous investissons plus que les revenus en valeurs absolues, moins les charges ». « On est très loin des besoins », dira encore M. Bouterfa. Revenant sur le programme de 2020, il indiquera que le plan en question nécessite une enveloppe de 4.000 milliards de dinars, soit environ 40 milliards d’euros. A ce propos, il fera savoir qu’un complexe industriel pour la fabrication de turbines est en projet. « Nous avons obtenu l’engagement d’un partenaire, probablement General Electric, pour concrétiser le projet dans les meilleurs délais », a-t-il déclaré. Sur un autre registre, M. Noureddine Bouterfa parlera de la dépénalisation de l’acte de gestion pour préciser qu’il s’agit de revoir toute une réglementation et non pas l’acte en soi. « Depuis 2007, on revendiquait cette solution. La LF 2013 a pris une disposition qui renvoie à un texte d’application. Nous attendons toujours ce texte ». Et d’ajouter : « Entre-temps, nos gestionnaires sont terrorisés. Nous avons eu un cas en 2013, d’un cadre qui a été  poursuivi pour 28 affaires. C’est une affaire de contrats complexes, une aberration qui nous a porté préjudice ». Et de conclure : « Nous avons toujours travaillé dans la transparence en matière de procédure. Il y a un très haut niveau de conscience, une éthique de l’intérêt et du service public. Nous avons mis en place un code d’éthique, des comités d’audit, mais il y a toujours des actions individuelles. Il faudra aller vers plus de contrôle. »
D. Akila

---------------------

Un plan d'urgence pour une saison estivale sans coupures
Le groupe Sonelgaz a lancé un plan d'urgence lui permettant de mettre en service, cet été, une puissance additionnelle de 2.030  mégawatts (MW) et la remise en service des ouvrages totalisant 768 MW raccordés au réseau interconnecté nord pour un total de 2.800 MW. Ce plan, inscrit dans le cadre des mesures urgentes lancées en 2012, a pour objectif essentiel de satisfaire la demande nationale notamment pendant la période estivale durant laquelle la capacité de production additionnelle et à récupérer s’élève à environ 3.062 MW, dont 2.800 MW pour le Réseau interconnecté nord et près de 262 MW pour les réseaux isolés du Sud. Il s'agit ainsi de renforcer la production d’électricité via la réalisation et la mise en service de nouvelles centrales, l’acquisition et la mise en service  de turbines à gaz mobiles et l’amélioration de la disponibilité du parc de la  société de production d'électricité (SPE) avant la fin de l’été 2013, souligne le groupe dans un document obtenu par l'APS. "Le développement du réseau de transport et de distribution de l’électricité est également programmé de manière à réduire de façon significative les incidents et lever les congestions des réseaux", a-t-on expliqué. Pour ce qui est des nouvelles centrales, totalisant une capacité de 2.030  mégawatts et qui seront mises en service cet été, il s'agit de la centrale de  Koudiet Eddraouch à El Tarf (3x377 MW), Ain Djasser (1x127 MW) à Batna,  Hassi Messaoud (4x17 MW) (Ouargla), la centrale d'El Oued (4x17 MW), de F’kirina (Oum El Bouaghi) (12x20 MW), de M’Sila (12x20 MW), et d'Amizour à Bejaia (156 MW), précise Sonelgaz. Toujours en prévision de la période estivale qui enregistre habituellement des pics de consommation entraînant parfois des coupures de courant, il sera procédé aussi à la remise en service de groupes actuellement en réhabilitation qui sont dotés d'une puissance totale de 768 MW.

262 MW pour les régions isolées du grand Sud
Ces ouvrages, indique la société, sont situés au niveau des centrales de Jijel, Marsat et Ravin Blanc (Oran), Skikda, Bab Ezzouar (Alger) et de M’sila. S'agissant des régions du sud du pays, Sonelgaz a assuré qu'en prévision d'une hausse de 40% de la demande dans les réseaux isolés du Sud et le pôle d’Adrar, 262 MW de capacité de production supplémentaire est à récupérer pour les réseaux isolés du sud et le pôle In Salah-Adrar-Timimoun sera produite cet été. Cette production additionnelle sera destinée pour le réseau (pôle In Salah-Adrar-Timimoun)  où il est prévu la mise en service d’une puissance additionnelle de 68 MW et la remise en service des ouvrages en réparation d’une puissance de 10 MW. Quant aux réseaux isolés du Sud, une puissance additionnelle de 125 MW y  est prévue dont 90% sont déjà mis en service, indique encore le groupe public. De plus, un plan de redéploiement de 15 MW est en cours d’exécution alors qu'un plan de maintenance concernera 44 MW. Parallèlement, les sociétés de distribution relevant de Sonelgaz s'attellent à réaliser avant cet été près de 7.000 nouveaux postes de distribution publique ainsi que 7.878 km de lignes moyenne et basse tensions. Ce programme, rappelle Sonelgaz, devra couvrir la quasi-totalité des communes et notamment les cités urbaines et régions ayant enregistré des problèmes de baisse de tension et des coupures d’électricité durant l’été 2012.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions