mercredi 18 septembre 2019 08:03:19

Organismes de conformité adhérer davantage au processus d'accréditation

Le ministère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement a appelé, dimanche dernier à Alger, les organismes d'évaluation de la conformité à adhérer davantage au processus d'accréditation lancé par les pouvoirs publics afin de faciliter les exportations algériennes.

PUBLIE LE : 10-06-2013 | 23:00
D.R

Le ministère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion  de l'investissement a appelé, dimanche dernier à Alger, les organismes d'évaluation de la conformité à adhérer davantage au processus d'accréditation lancé par  les pouvoirs publics afin de faciliter les exportations algériennes. "Nous encourageons les organismes à adhérer pleinement à la démarche de l'accréditation.
Certes, elle est volontaire, mais elle peut devenir à l'avenir obligatoire notamment pour certains types d'activités", a déclaré le chef de  cabinet du ministère, M. Abdelhamid Thamri, lors d'une allocution à l'occasion  de la célébration de la journée mondiale de l'Accréditation. L'accréditation, assurée par l'Organisme algérien d'accréditation (Algerac) qui est chargé de délivrer des certificats, est la reconnaissance formelle de la compétence technique et organisationnelle d'un organisme à effectuer une prestation d'évaluation de conformité définie dans plusieurs domaines tels que l'industrie, l'habitat, les travaux publics, l'énergie et la santé.
Cette démarche reste une activité volontaire dans la plupart des pays  de monde, mais elle est devenue dans de nombreux pays ces dernières années une obligation dans certains domaines réglementés.
Pour M. Thamri, la démarche d'accréditation est indispensable pour  l'adhésion à l'OMC (Organisation mondiale du commerce), l'accès facile aux marchés internationaux et le contrôle rigoureux des produits importés.
"Elle est l'une de nos préoccupations majeures dans le processus d'élaboration de la nouvelle stratégie industrielle qui verra le jour prochainement", a-t-il souligné.
De son côté, le directeur général d'Algerac, Noureddine Boudissa, a  plaidé pour la généralisation du système de l'accréditation sur tous les organismes  d'évaluation de conformité. L'accréditation doit être exigée légalement et délivrée préalablement à l'agrément, selon M. Boudissa qui considère que ce certificat "est un passeport du commerce international et un outil impératif pour la suppression des entraves  techniques aux échanges commerciaux".  
Elle permettra d'offrir une reconnaissance globale aux laboratoires  d'essais, d'étalonnage et aux organismes d'inspection, de contrôle et de certification,  facilitant ainsi l'acceptation des résultats de ces organismes à l'étranger.  Algerac a délivré depuis sa création 15 certificats d'accréditation  parmi les 45 demandes examinées par cet organisme, a fait savoir son directeur  ajoutant que 14 autres certificats seront remis en 2013.  Le même nombre sera également délivré en 2014.
Cependant, le nombre des laboratoires concernés par cette démarche dépasse 2.000, ce qui impose la nécessité d'accélérer ce processus.   
Créé fin 2005, Algerac n'est entré en activité qu'en 2009 pour mener sa mission qui consiste à contribuer au renforcement de la démarche qualité  pour améliorer la compétitivité des entreprises algériennes et faciliter leur  insertion dans l'économie mondiale. Le processus de reconnaissance internationale d'Algerac par ces pairs est en voie de finalisation, selon les responsables de cet organisme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions