mercredi 19 septembre 2018 09:10:34

Début hier des épreuves du BEM 2013 : M. Baba Ahmed donne le coup d’envoi à partir d’Oran

M. Baba Ahmed : “Pas de deuxième session du baccalauréat cette année”

PUBLIE LE : 10-06-2013 | 0:00
D.R

M. Abdellatif Baba Ahmed, ministre de l’Education nationale, a présidé hier, à partir du CEM "AADL 2" dans la ville d’Oran, la cérémonie du début de la première épreuve des examens du Brevet d’enseignement moyen qui concerne au niveau de cette wilaya  22.119 candidats.

Le chef de l’exécutif de la wilaya, Abdelmalek Boudiaf, des cadres de la direction de l’éducation et des représentants d’associations de parents d’élèves ont assisté à cette cérémonie dont la première épreuve de la matinée concerne la « langue arabe » et les « sciences physiques et technologies». Avec 76,75% de taux de réussite, lors de la session précédente, le secteur de l’éducation d’Oran aborde le BEM ‘‘cru 2013’’ avec optimisme espérant dans la foulée pulvériser ce taux. Pour rappel, le taux de réussite au BEM à l'échelle nationale était de 72,10% pour la session 2012. Au niveau de la wilaya d'Oran, un peu plus de la moitié sont des filles, tandis que 112 candidats passent cet examen en candidats libres. 75 centres (et 13 de secours) ont été ouverts pour accueillir les candidats qui seront encadrés par 5.015 surveillants. Par ailleurs, 830 correcteurs seront mobilisés à la fin de l’examen. Trois centres de correction à  Oran-ville, Gdyel et Es-Senia regrouperont toutes les copies de la wilaya. Prenant à témoin les représentants de la presse nationale, le ministre a estimé que tous les paramètres ont été pris en compte pour que le BEM se déroule dans les meilleures conditions possibles. Avec une moyenne de 10/20 ou plus, les candidats passeront directement en première année secondaire Ceux qui n’auront pas atteint ce seuil pourront compter sur leur assiduité au courant de l’année scolaire, puisque la moyenne annuelle sera prise en compte. En plus des affichages au niveau des établissements scolaires, les résultats seront diffusés à travers le net a rappelé le ministre qui a retenu trois éléments qui conditionnent la réussite : les conditions de la scolarité ; la qualité de l’enseignement et  bien évidemment, la moyenne. Le ministre a  saisi cette occasion pour aborder l’affaire de l’épreuve de philosophie au baccalauréat  qui a déclenché l’ire de nombreux candidats à  travers plusieurs établissements du pays. L’enquête a été confiée à national des examens et concours, le seul organisme habilité à traiter cette question a-t-il souligné. « Pour l’instant, cet Office examine tous les rapports que doivent lui envoyer les responsables des établissements où des incidents ont eu lieu », a-t-il précisé.
Pour revenir à l’épreuve d’hier, nous avons été agréablement surpris par l’attitude « zen » des candidats qui a leur sortie des épreuves du matin nous ont confié que les sujets étaient « très abordables ».
M. Koursi

----------------------------

M. Baba Ahmed :
“Pas de deuxième session du baccalauréat cette année”
Le ministre de l’Education nationale, M. Abdellatif Baba Ahmed, a affirmé, hier à Oran, qu’il n’y aura pas une deuxième session du baccalauréat cette année et que l’Office national des examens et concours (ONEC) a toutes les prérogatives pour prendre les mesures nécessaires. Le ministre a souligné qu’il n'est pas possible d’organiser une autre session du bac. M. Baba Ahmed a en outre annoncé que les résultats seront proclamés le 7 juillet prochain ou deux à trois jours avant cette date et que les pré-inscriptions universitaires seront entamées juste après la proclamation des résultats, estimant, de ce fait, qu'il n'y a "pas de temps suffisant pour organiser une deuxième session du bac".

A propos du sujet de philosophie
Le ministre a relevé que le sujet de philosophie véhiculé la veille de l'épreuve sur le net ne figurait pas parmi ceux proposés le jour de l’examen, et que cette épreuve comportait en définitive trois sujets au choix tirés du programme de l’année scolaire, selon l'aveu des candidats eux-mêmes. Par ailleurs, M. Baba Ahmed a souligné à propos de la revendication du rachat au baccalauréat, que les propositions seront soumises à l'examen, ajoutant "nous n'avons pas déclaré qu'il y aura du rachat l'année prochaine. Ce n’est qu’une réflexion".

Seuil des leçons fixées pour l'examen
Le ministre a estimé qu'un programme amputé n'est pas dans l'intérêt de l’élève. M. Baba Ahmed a signalé, par ailleurs, que le décret exécutif portant sur la prime du Sud pour les enseignants a été signé dernièrement.

Des conditions normales au Sud du pays
Les examens du Brevet d’enseignement moyen (BEM-juin 2013) ont débuté dans de bonnes conditions à travers l’ensemble des wilayas du sud du pays.
Un total qui dépasse les 61.220 élèves étaient attendus pour subir les épreuves de cet examen étalés sur trois jours, répartis à travers plus de 256 centres d’examens retenus par les directions de l’éducation des wilayas de Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Naâma, El-Bayadh, El-Oued, Tindouf, Illizi, Bechar, Adrar et Tamanrasset. Un effectif de plus de 9.676 personnes a été mobilisé pour l’encadrement de ces épreuves, entre superviseurs, surveillants et observateurs, ont indiqué les services de l’éducation. Toutes les conditions nécessaires ont été réunies pour le bon déroulement, de cet événement éducatif. Dans la wilaya d’Ouargla, l’examen a débuté dans des conditions climatiques fraîches, à la satisfaction des 13.680 élèves, dont 77 candidats libres, 59 pensionnaires des établissements de rééducation, et 3 candidats aux besoins spécifiques. Ces candidats sont répartis à travers 57 centres d’examens, dont un centre qui a été ouvert pour la première fois au niveau de la commune d’El Bourma, au profit des élèves de cette région frontalière, selon les responsables de la direction de l’éducation.
A Ghardaïa quelque 7.694, dont 3.300 filles et 31 candidats libres, dont 15 candidats de la population carcérale, subiront cet examen. Vingt-huit centres et plus de 1.800 encadreurs ont été mobilisés pour superviser le déroulement des épreuves, ont précisé les services du secteur. Dans la wilaya de Bechar, un total de 5.825 candidats, dont 3.021 filles ainsi que 42 détenus des centres de rééducations de la wilaya, se présenteront aux épreuves de BEM à travers 33 centres d’examens , dont 17 localisés dans la commune du chef-lieu de wilaya, selon les responsables de l’éducation. Les 17.236 candidats, dont 8.833 filles de la wilaya d’El Oued, ont, à l’instar de leurs pairs des autres régions, été au rendez-vous avec cet examen organisé au niveau de 67 centres encadrés par 2.676 surveillants. Dans la wilaya de Laghouat, ce sont 9.225 élèves, dont 56 pensionnaires des établissements pénitentiaires, qui doivent composer à cet examen prévu dans 35 centres supervisés par plus de 360 encadreurs. Quelque 9.400 élèves, devaient se présenter aux épreuves du BEM 2013 à Adrar, au niveau de 32 centres d’examens. Les 28 centres d’examens retenus dans la wilaya d’El Bayadh ont été au rendez-vous ce matin pour accueillir quelque 5.448 candidats, selon les services de l’éducation. Dans la wilaya de Tindouf à l’extrême Sud-Ouest du pays, 1.059 candidats sont concernés par ces épreuves, répartis au niveau de 3 centres, encadrés par 171 personnes.
Un total de 4.401 candidats de la wilaya de Naâma étaient attendus ce dimanche aux 23 centres d’examens encadrés par un effectif de 874 surveillants et observateurs, ont indiqué les services de l’éducation. Dans la wilaya d’Illizi, à l’extrême Sud-Est du pays, quelque 938 élèves se présentent aux épreuves du BEM, répartis sur 7 centres d’examens, encadrés par 243 surveillants. Plusieurs centres de correction ont été retenus par les services de l’éducation au niveau de ces wilayas. Les autorités locales dans l’ensemble des wilayas du Sud, accompagnées des représentants des associations de parents d’élèves, ont présidé les cérémonies symboliques de lancement des épreuves du Brevet d’enseignement moyen.

97.600 candidats  à l'ouest du pays
Plus de 97.600 candidats ont entamé, à l'ouest du pays, les examens du Brevet d'enseignement moyen (BEM). Sont concernés par ces examens dans la wilaya, 22.008 candidats dont 102 libres répartis sur 75 centres encadrés par 5.020 surveillants, observateurs et agents administratifs.
Dans la wilaya de Tlemcen, 19.801 candidats et candidates, dont 97 libres et cinq handicapés, passent ces épreuves dans 55 centres encadrés par 3.200 surveillants. Deux centres de correction sont retenus à Tlemcen et Maghnia.
La même ambiance est relevée dans la wilaya de Mostaganem qui recense 11.004 candidats répartis sur 42 centres, ainsi que 68 candidats libres et 66 détenus des établissements de rééducation, dont 3 filles et trois candidats handicapés.
Afin d'assurer le bon déroulement à cette opération, 2.094 agents dont 294 encadreurs et 1.800 surveillants ont été mobilisés alors que la correction est prévue au lycée "Ould Kablia Saliha" au chef-lieu de wilaya.
A Ain Témouchent, 5.663 candidats, dont 2.883 candidates et 31 libres, entament les épreuves du BEM en mobilisant 24 centres d'un total de 297 salles encadrés par 1.014 surveillants renforcés par 139 secrétaires administratifs et 31 observateurs. Pour sa part, la wilaya de Tiaret recense 15.868 candidats répartis sur 54 centres. Deux centres sont retenus pour la correction.
Dans la wilaya de Tissemsilt, 5.485 candidats, dont 2.785 filles, passent les examens du BEM, pour lesquels la direction du secteur a réservés 24 centres encadrés par 1.000 agents. Plus de 12.000 candidats sont concernés par les épreuves du BEM dans la wilaya de Relizane au niveau de 46 centres encadrés par 2.500 encadreurs.
Dans la wilaya de Mascara, 50 centres d'examens ont été mobilisés pour accueillir 11.992 candidats, ainsi que 1.785 surveillants et 52 observateurs. Cette wilaya compte aussi 60 candidats libres, 59 détenus et 18 élèves de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

----------------------------

Tizi-Ouzou
11.771 candidats concernés par l’épreuve de tamazight
Les épreuves de l’examen du Brevet de l’enseignement moyen (BEM) ont débuté hier à Tizi-Ouzou dans la sérénité à travers les 51 centres d’examen réservés à cet effet. Le coup d’envoi de cet examen de passage au lycée a été donné par le wali de Tizi-Ouzou, M. Abdelkader Bouazghi, en présence du directeur de l’éducation et d’autres autorités locales à partir du CEM Lotfi de la ville des Genêts où il a eu à s’enquérir de toutes les conditions mises en place pour le bon déroulement de cet examen pour lequel sont inscrits 15.946 candidats, dont 300 candidats libres. Selon le chargé de communication de la direction de l’éducation, M Mohand Tachaâbount, les épreuves ont démarré sereinement dans tous les centres d’examen répartis à travers les quatre coins de la wilaya.
« Aucun incident, aussi minime soit-il, n’a été signalé par les chefs de centres d’examen », a-t-il rassuré, en indiquant toutefois que 76 élèves parmi les 300 candidats libres, soit 25,33 %, et 56 autres candidats parmi les scolarisés, soit 0,32 %, n’ont pas subi l’épreuve de la matinée d’hier pour différentes raisons. Pour les besoins de la surveillance du déroulement de ces épreuves, la direction de l’éducation a mobilisé 3.771 surveillants et 500 encadreurs, a-t-on indiqué de même source. Selon notre interlocuteur, sur les 15.947 candidats inscrits pour cet examen, pas moins de 11.777 candidats sont concernés par l’épreuve de la langue nationale tamazight. Par ailleurs, la direction de l’éducation a instruit les responsables de centres d’examen, qui sont dotés de cantines pour leur majorité, à préparer des repas améliorer au profit des candidats pour les inciter à s’y restaurer et à rester sur place en prévision de l’épreuve de l’après-midi. Concernant les épreuves de la matinée, à savoir la langue arabe et physique, des candidats rencontrés à la sortie de certains centres d’examen ont fait part de leur satisfaction quant aux questions de ces épreuves qui étaient, selon eux, non seulement abordables, mais aussi à la portée de celui qui s’est préparé normalement à cet examen.
Bel. Adrar

----------------------------

Bonne organisation à Alger
Les candidats au Brevet d’enseignement moyen BEM au niveau d’Alger ont rejoint, hier, tôt le matin, les centres d'examen, dans l’espoir de décrocher ce sésame pour accéder au cycle secondaire. Au niveau du centre d’examen du lycée Frantz- Fanon de Bab El-Oued, les candidats semblaient tendus et inquiets, avec des signes d’angoisse et d’appréhension, qui se lisaient clairement sur leurs visages. Certains candidats n’ont pas caché leurs craintes par rapport aux sujets des épreuves. Le même sentiment a été partagé par les parents des candidats qui accompagnaient leurs enfants, mais sans pour autant le montrer. Certains parents sont même intervenus pour rassurer les candidats en leur soulignant qu'il s'agissait d'un examen comme un autre et qu'il n'y avait pas lieu de l'appréhender, d'autant que la première épreuve est la langue arabe. Malika qui accompagne son fils Fouad, un élève représentant un besoin spécifique, l’a conduit vers une salle spéciale pour le rassurer et lui donner confiance en lui. D’autres candidats qui paraissaient plus détendus ont précisé qu’ils ont été bien encadrés psychologiquement par leurs parents et les conseillers à l'orientation scolaire de leur établissement. Après avoir retrouvé leurs noms sur les listes affichées au centre de la cour, les élèves ont rejoint les salles d’examen. Le coup du starter a été donné à partir du même lycée par le directeur de l'éducation d'Alger-Centre, Slimane Mesbah.
Il désignera deux élèves pour ouvrir l’enveloppe qui contient les sujets de l’examen de la première épreuve, à savoir la langue arabe. Les surveillants ont, par la suite, procédé à la distribution des copies. La Même ambiance régnait au lycée Émir Abdelkader, deuxième centre d’examen visité par le directeur de l’académie, qui s'est enquis du déroulement des épreuves pour lesquelles toutes les conditions humaines et matérielles ont été mises en place. Ce responsable a rassuré que toutes les conditions sont réunies pour garantir le bon déroulement de cet examen, soulignant que «d'importants efforts ont été consentis à cet effet.
Les directions de l'éducation œuvrent en collaboration avec les autorités locales de la wilaya d’Alger à assurer aux candidats tout ce dont ils ont besoin à l'intérieur du centre d'examen, notamment l'eau minérale».
Après l'épreuve de langue arabe, les candidats ont eu à subir celle de physique qui souvent constitue pour plusieurs d'entre eux un obstacle. La séance de l'après-midi a été consacrée aux examens d'éducation civique et religieuse. Le BEM qui concerne cette année plus de 603.000 candidats a été institué en remplacement du brevet d'enseignement fondamental (BEF).
Pour l’année 2012, un taux national de réussite de 72,10% avait été enregistré, soit 550.232 admis sur 768.491 candidats. Les résultats de cet examen national et obligatoire seront proclamés le 2 juillet 2013 et permettront de mesurer les acquis des élèves de 4e année moyenne en termes de connaissances et de compétences correspondant au profil de sortie de l'enseignement fondamental.
Salima Ettouahria

----------------------------

4.396 détenus composent cette année
M. Felioune : “Toutes les conditions réunies”
4.396 détenus candidats aux épreuves du Brevet d'enseignement moyen (BEM) ont concouru dimanche au premier jour des épreuves, dans de "très bonnes conditions", a indiqué le directeur général de l'administration pénitentiaire, Mokhtar Felioune.
Après avoir donné le coup d'envoi des épreuves à l'Établissement de rééducation d'El-Harrach, M. Felioune a souligné qu'"aucun dysfonctionnement n'a été relevé" à travers les 37 centres d'examen affectés aux détenus. Toutes les épreuves de l'année scolaire 2012/2013, dont les épreuves d'aptitude et du baccalauréat, "se sont déroulées dans les mêmes conditions", a-t-il ajouté. 47 femmes concourent parmi les 4.396 détenus candidats aux épreuves du BEM, a poursuivi M. Felioune, ajoutant que 500 candidats supplémentaires étaient recensés cette année, "ce qui dénote les efforts consentis par le gouvernement pour encourager l'enseignement au sein des établissements pénitentiaires en tant que moyen de réinsertion et de prévention de la récidive". Le Centre de rééducation "Babar" de Khenchela occupe la première place en termes de nombre de candidats, avec 378 détenus candidats aux épreuves du BEM, suivi du centre de "Boussouf" à Constantine (253 candidats) et du centre de Bordj Bou-Arreridj (253 candidats). Le nombre de détenus bénéficiant de l'enseignement à tous les cycles pour l'année 2012/2013 est de 29.154 détenus dont 22.465 prennent des cours à distance dans les cycles moyen et secondaire, et 891 détenus inscrits dans l'enseignement supérieur. 5.798 détenus suivent des cours d'alphabétisation, en plus des 33.525 bénéficiant d'une formation professionnelle dans 80 spécialités, a ajouté M. Felioune, rappelant que 3.968 détenus apprenaient le Coran.

----------------------------

Établissement de rééducation d'El-Harrach
13 salles pour 142 candidats
Les épreuves du Brevet d'enseignement moyen (BEM) ont débuté, hier matin, dans "des conditions normales" au niveau de l'Établissement de rééducation d'El-Harrach, a constaté l'APS sur place. L'Établissement de rééducation d'El-Harrach a accueilli 142 candidats détenus dans les Établissements de rééducation d'El-Harrach et de Serkadji sur 183 candidats inscrits aux épreuves du BEM dans ce centre et répartis à travers 13 salles. Le directeur de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion, M. Mokhtar Felioune, a indiqué que 42 absences ont été enregistrées au niveau de l'Établissement de rééducation d'El-Harrach, dont 23 ont été libérés après la fin de la durée de leur détention, en sus de 11 autres prisonniers transférés vers d'autres établissements pénitentiaires. Les détenus candidats aux épreuves du BEM de différents âgés au niveau du centre d'El- Harrach ont exprimé leur "satisfaction" quant aux conditions dans lesquelles se déroulent ces épreuves. Tous les moyens ont été mis en place par les ministères de l'Éducation nationale et de la Justice pour assurer "le bon déroulement" de cet examen, a affirmé le candidat S. Z. (19 ans).
Un grand nombre de prisonniers des Établissements de rééducation d'El-Harrach et de Serkadji souhaitent réussir pour "renouer avec la société", a déclaré le candidat A. H. (30 ans). Le centre d'examen de l'Établissement de rééducation d'El-Harrach a accueilli 78 détenus candidats sur 102 inscrits aux épreuves du baccalauréat session juin 2013, rappelle-t-on.

----------------------------

BÉJAïA
Dans la sérénité
Les épreuves du brevet d’enseignement moyen (BEM) ont débuté hier à travers les 50 centres d’examens répartis à travers les communes de la wilaya de Béjaïa. 14.758 candidats, dont 7.815 filles, ont pris part à cet examen qui leur permettra le passage au cycle secondaire. Par ailleurs, 220 candidats libres et 191 détenus participent aux côtés des élèves scolarisés du dernier palier de l’enseignement moyen. Pour l’encadrement des candidats, 3.767 encadreurs et 56 observateurs veuillent scrupuleusement sur le bon déroulement de l’examen. Toutes les dispositions ont été prises la direction de l’éducation de la wilaya, à travers tous les centres d’examen, pour que les candidats trouvent les meilleures conditions pour subir les différentes épreuves.
 M. Laouer

----------------------------

11.915 candidats à Mascara
11.915 candidats ont subi hier les épreuves de l’examen du BEM parmi lesquels figurent 11.847 candidats scolarisés et 68 candidats libres répartis entre 50 centres d’examen, auxquels s’ajoutent également 59 candidats des établissements pénitentiaires et 18 candidats de la RASD. Les épreuves se dérouleront sous les yeux de 52 observateurs répartis entre l’ensemble des centres et 1.785 surveillants. Le coup d’envoi de cet examen a été donné à partir du CEM Mezghiche par le wali de Mascara, en compagnie du directeur de l’éducation de la wilaya et d’autres membres de l’exécutif. Selon la cellule de communication de la DEW, la correction des copies s’est déroulée dans de bonnes conditions par les 207 correcteurs répartis en 68 commissions qui ont corrigé plus de 30.000 feuilles. L’opération a été terminé le 4 juin, et les PV envoyés au centre des examens d’Oran qui communiquera les résultats définitifs à partir du 15 du mois de juin en cours. Nous avons rendu visite à deux centres d’examen du BEM, et nous avons constaté de visu que l’examen se déroulait dans de conditions organisationnelles tant les moyens humains et matériels ont été fournis par les responsables locaux pour la réussite de l’examen de fin d’année scolaire de l’enseignement du moyen. Les candidats nous ont fait part de leur optimisme quant aux premières épreuves faisant partie intégrante du programme scolaire et pédagogique officiel du ministère de tutelle.
A. Ghomchi

----------------------------

Sétif
Pour le meilleur taux de réussite
21.841 candidats filles et garçons ont composé hier pour les épreuves du BEM dans la wilaya de Sétif. Ce chiffre en nette régression par rapport à a l’année dernière et qui était de l’ordre de 29.426 candidats atteste d’un retour à la normale, grâce aux réformes qui ont été impulsées dans ce secteur. Pour ce faire, et à l’effet de permettre aux candidats de passer cet examen dans les conditions idoines, 91 centres ont été ouverts et implantés partout à travers la wilaya, y compris dans les coins les plus reculés. Par ailleurs, et pour aller dans le sens de la formation et de l’intégration mise en œuvre par le ministère de la Justice en faveur des détenus, un centre d’examen est également mis en place au niveau du centre de rééducation de Sétif. Autant de centres (92) qui nécessitent donc la mobilisation de 4.352 fonctionnaires du secteur pour les besoins d’encadrement. Le directeur de l’éducation, M. Ghanem Abdelaziz, a souligné : «Nous avons, avec tous les partenaires qui nous accompagnent, notamment la wilaya, les services de sécurité, ceux de la Protection civile et ceux de différentes directions de l’exécutif, pris toutes les dispositions qui s’imposent afin de permettre à nos enfants de composer dans un climat de sérénité. Il reste que nous gardons bon espoir de conserver notre seconde place au niveau national, sinon faire mieux.» Un examen qui sera également marqué par la présence de 697 candidats qui composeront dans les épreuves en amazigh et qui sont répartis sur 7 centres implantés essentiellement dans des établissements de la zone nord de cette wilaya qui compte 1 centre de regroupement et 2 centres de corrections, indépendamment des 92 observateurs qui sont sur le terrain. Hier, le wali, M. Abdelkader Zoukh, accompagné du président de l’APW et des autorités, s’est rendu le matin au CEM «Chadli Lakhdar» où il a assisté à l’ouverture du plis contenant l’épreuve d’arabe, avant de prendre part à la distribution de copies en guise d’encouragement aux candidats avant de se rendre au CEM «Bouti-Akli» où il s’est enquit des dispositions humaines et matérielles prises pour ce rendez-vous à travers la wilaya.
 F. Z.

----------------------------

SIDI BEL-ABBèS
9.681 élèves au rendez-vous
Le moindre détail d’ordre organisationnel fut observé pour assurer le bon déroulement des épreuves du BEM et réunir les conditions de réussite aux 9.681 candidats, dont 170 libres. Des moyens énormes tant matériels qu’humains ont été déployés pour mieux encadrer les 50 centres d’examen aménagés en la circonstance. Pas moins de 1.657 encadreurs, 359 agents dans le secrétariat et 60 observateurs veillent au bon déroulement de ces épreuves, sans compter naturellement la mobilisation des équipes médicales, de la Protection civile et des services de sécurité pour la prise en charge psychologique des candidats et la protection des centres. Pour le coup d’envoi, le rendez-vous était donné au niveau de l’établissement Belbachir, situé au quartier populaire Sidi-Djillali, où le wali, accompagné du directeur de l’éducation et des cadres de ce secteur, s’est entretenu avec le responsable du centre d’examen et quelques candidats, avant d’assister à l’ouverture des plis contenant la première épreuve d’arabe. Dans la sérénité, ces épreuves se déroulent sous le regard attentif et vigilant des organisateurs présents non seulement pour surveiller le déroulement des épreuves, mais surtout pour rassurer les candidats. Sur ce registre,  aucune anomalie n’est à signaler.
A. B.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions