samedi 07 dcembre 2019 11:54:04

FIA : Clôture de la 46e édition

La 46e Foire internationale d’Alger (FIA) a pris fin hier après six jours d’expositions, de rencontres professionnelles et d’animations destinées au grand public et aux opérateurs économiques venus en force pour nouer des partenariats avec des entreprises étrangères.

PUBLIE LE : 04-06-2013 | 0:00
Ph. A. Hammadi

La 46e foire internationale d’Alger, tenue du 29 mai au 3 juin 2013, et le nombre de forums organisés dans le pays montrent  l’intérêt que suscite le marché algérien et la volonté des pouvoirs publics de diversifier à la fois les structures de production de notre économie et les partenariats sous toutes leurs formes lui permettant de se hisser rapidement aux standards internationaux.

En effet, un observateur avisé ne manquera d’enregistrer le nombre de délégations économiques en visite en Algérie ainsi que le nombre d’accords de partenariats et de coopération signés par les opérateurs algériens et leurs homologues internationaux.
Il n’est point besoin de souligner l’importance cruciale pour notre pays de mettre en œuvre une dynamique puissante de croissance et de création d’emplois pour les années à venir dans tous les secteurs pour lesquels le marché intérieur dispose de larges possibilités d’expansion et par conséquent offre par là même de nombreuses opportunités d’investissements et de coopération.
 Ce n’est donc pas un hasard si le credo retenu par cette 46e édition de la FIA s’appelle Renouveau économique. Les opérateurs algériens, confrontés aux défis de l’ouverture des marchés sont appelés à améliorer leur compétitivité et par conséquent doivent mobiliser de nouvelles ressources notamment technologiques, organisationnelles et managériales qu’un partenariat gagnant-gagnant pourrait leur apporter de façon rapide et efficacité.
Il est vrai qu’on ne peut réaliser la croissance et le développement « par effraction » mais pour gagner du temps et de l’argent, un partenariat bien ciblé et pertinent, en termes de secteur de prédilection et de choix d’activités, peut impulser une nouvelle phase pour les entreprises algériennes et l’économie nationale.
Les défis de la qualité, de la compétitivité ; de la formation, de la productivité, de la normalisation, de la certification, du management, de l’investissement matériels et immatériels, de l’exportation  ne sont pas simples à relever. Ils sont tous, devrions-nous dire, prioritaires afin de rattraper le retard et améliorer l’offre nationale de biens et services et notre degré d’autonomie et d’intégration.    
  Le succès de ces challenges exige tant de la part des entreprises que des institutions publiques des efforts, des stratégies, des instruments d’intervention puissants et rigoureux et un cap fixe à moyen et long terme.
Le marché algérien et ses opportunités doit pouvoir offrir et constituer une attractivité où les intérêts de chaque partenaire sont bien étudié et identifié afin que l’atout du marché algérien soit bien « joué » dans le cadre d’un succès partagé, notamment en cette période  de crise  où la  croissance reste faible et lente à se dessiner dans le monde. Aussi il est bon que toutes les manifestations économiques qui se déroulent ces derniers mois dans notre pays puissent conférer de la visibilité et de la lisibilité  aux opérateurs algériens et étrangers au sujet des possibilités de « croiser » les moyens, de « mutualiser » les ressources, de diviser les « risques » et enfin de multiplier les profits économiques, les résultats financiers et les progrès sociaux.
Ce qui est la moindre des choses lorsqu’on sait les ressources plurielles dont dispose le pays et les besoins qu’exprime  la société algérienne pour bâtir un avenir solide et réaliser ainsi une autonomie optimale dans la conduite de son destin, un destin de préférence épuré de toute dépendance.
Le caractère non renouvelable des hydrocarbures doit pouvoir rapidement imprimer, voire imposer à notre économie et à ses acteurs institutionnels et privés, une grande prudence conjuguée à une vision audacieuse au service de la gestion avisée de nos marchés et surtout de la maîtrise des équilibres actuels et  futurs de notre pays.
Yacine Ould Moussa

Tour des stands
La Foire internationale d’Alger (FIA), première foire africaine, a ouvert ses portes à des milliers de visiteurs et surtout aux professionnels, entreprises et opérateurs économiques, s’entend, sur le thème ‘‘Renouveau économique’’. Cette 46e édition confirme à sa manière que la Foire internationale d’Alger n’a pas cessé de se développer pour devenir aujourd’hui un des plus grands événements économiques internationaux. Les visiteurs ont tout simplement pu faire le grand tour du monde, à travers les stands des plus grands professionnels qui ont présenté leurs nouveaux produits. Pour les opérateurs économiques présents à cette manifestation, c’est une occasion unique de connaître les évolutions du marché et les dernières tendances qui se renouvellent sans cesse. Mais la FIA cette fois, c'est aussi 950 entreprises qui viennent avec leurs dernières nouveautés. En effet, plus de 950 entreprises, en provenance d’une trentaine de pays, y ont présenté leurs produits jusqu’à hier. L'ambiance est à l'optimisme : le regain d’intérêt des consommateurs algériens et l'appétit des entreprises laissent entrevoir de belles perspectives de croissance. C’est vrai que l'économie mondiale ne tourne pas encore à plein régime, mais ce genre de manifestation sert, pour les opérateurs, de baromètre qui permet de mesurer le comportement des consommateurs. Beaucoup d’opérateurs en profitent, c’est le cas de Mahmud S., représentant turque au Moyen-Orient, de la société Evlen, spécialisée dans la broderie sur tissu. Il s'est réjoui de cette première participation à la FIA et indique que son entreprise compte déjà ouvrir un premier showroom à Alger pour commercialiser ses produits.
À la vigueur de la demande intérieure s'ajoute, en effet, un autre facteur : l'Algérie devient un marché intéressant pour beaucoup d’investisseur. Ainsi, pour ceux qui découvrent pour la première fois l’Algérie, ils apprécient de la même manière que ceux qui la connaissent déjà. Cette 46e édition de la FIA, fait la part belle à l’industrie, toutes activités confondues. Les professionnels espèrent notamment faire des affaires rentables dans de nombreuses activités telles que l’agroalimentaire, le textile, les services... Cette édition est également marquée par une augmentation et par la diversité des produits exposées. Le Cameroun est d'ailleurs l'invité d'honneur de la Foire. Pour de nombreux participants, la Foire devait y lancer une campagne de promotion destinée au public algérien.
Farid B.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions