Le ministre du commerce, M. Mustapha Benbada, lors d’une visite à la FIA : La règle 51/49% ne sera pas révisée

Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a effectué hier une visite d’inspection aux pavillons de la foire internationale d’Alger (FIA) consacrée à la production nationale.
PUBLIE LE : 02-06-2013 | 0:00

Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a effectué hier une visite d’inspection aux pavillons de la foire internationale d’Alger (FIA) consacrée à la production nationale.

S’exprimant en marge de cette visite, le ministre a souligné que « la foire internationale d’Alger est devenue un rendez-vous économique national et international, c’est un espace d’échange d’idées et de contacts. » Il dira dans ce sens qu’ « il est important de profiter de toutes ces chances pour les transformer en des contacts réellement bénéfiques pour l’économie nationale. » Nous avons remarqué, a-t-il souligné, « à travers cette visite que la production nationale  a connu une amélioration sensible. » Selon lui « la confrontation de nos produits à la concurrence est très importante. » Tout en expliquant que « celle-ci permettra l’amélioration de la qualité de nos produits et l’innovation ».
Il ajoutera dans ce sens que « la fermeture des frontières aux produits internationaux porte préjudice à l’économie nationale ». Et de poursuivre  « la protection de nos produits est obligatoire surtout en cas de concurrence déloyale ». Mais a-t-il encore ajouté « une marge d’ouverture  de nos frontières à  certains  produits est nécessaire ». Dans ce cadre a-t-il  souligné « le gouvernement doit créer un climat serein pour une concurrence loyale, en mettant, en place des règles et des lois pour la surveillance».  Le ministre a exprimé à cette occasion sa  satisfaction quant aux progrès qu’a connus la production nationale en indiquant  « qu’aujourd’hui nous avons des capacités pour concurrencer beaucoup de produits sur le marché ».  Pour relancer la production nationale, Benbada a relevé « qu’il faut investir dans la normalisation »,  tout en reconnaissant que « nous avons enregistré un grand retard en la matière ».
Selon lui, « il est temps de donner les moyens qu’il faut à l’institut national de la normalisation et à toutes les institutions de régulations ».  A une question de  savoir s’il y aura des Salons professionnels, le ministre a répondu en toute transparence, que « toutes les manifestations organisées au niveau de la Safex sont destinées aux professionnels et en particulier au grand public ». Et de poursuivre « la Safex anime une trentaine d’événements professionnels chaque année ». S’agissant de la règle 51/49%, le ministre a souligné que « celle-ci est une décision souveraine prise par l’Etat. Nous avons remarqué qu’avant  l’adoption de celle-ci  qu’il n’y a pas un investissement durable, mais plutôt rentable.» C’est pour cela a-t-il expliqué que « le gouvernement a mis  en place cette  règle  pour  mieux gérer le transfert des capitaux  étrangers  ».
En ce qui concerne la subvention du transport de marchandises de première nécessité  pour le  Sud, le ministre a fait savoir qu’« il y a un système de péréquation pour les transports des marchandises au profit de cette région du pays.»
 Il dira à cet égard qu’ « il existe un arrêté ministériel qui fixe les produits subventionnés ». Le ministre a cité à titre d’exemple le prix du ciment  en indiquant que ce produit est moins cher qu’au nord. Parce que, a-t-il précisé « le transport est subventionné ».
Makhlouf Ait Ziane

Les visiteurs séduits

Les firmes participant à la 46e édition de la Foire internationale d'Alger (FIA) ont mis à profit la procession incessante de visiteurs pour exposer leurs nouveaux produits au grand bonheur des particuliers et des familles ainsi que des professionnels qui se sont déplacés en masse pendant le week-end. Des services financiers inédits et des offres uniques dans le domaine médical ainsi que des nouveautés dans le secteur agroalimentaire et électroménager ont été les produits qui ont attiré des foules importantes de visiteurs.
Ces derniers ont eu à découvrir le concept de banque mobile proposé par un établissement d'un pays arabe pour faciliter le retrait d'argent en dispensant  le client de se déplacer à son agence. Le principe consiste en l'aménagement d'un fourgon blindé équipé de deux distributeurs automatiques de billets.
L'expérience est encore à l'état d'essai mais le concept pourrait être généralisé dans les cités et les places publiques "si les conditions de sécurité le permettent", a indiqué à l'APS un employé de la banque. Toujours dans le domaine bancaire, les citoyens ont montré un intérêt  particulier à l'usage des centres d'appel des établissements algériens à cause des facilitées proposées pour joindre par téléphone des téléconseillers capables  de fournir des renseignements sur les méthodes d'octroi de crédits et aptes  à transmettre des informations sur d'autres opérations financières.
Un usager des services bancaires rencontré au stand d'une banque algérienne  a exprimé sa satisfaction suite à l'introduction de ces nouvelles offres dans  le paysage financier algérien car il considère que celles-ci "facilitent énormément la tâche" aux clients puisqu'elles permettent une économie de temps tout en émettant le souhait que les télécommunications "puissent être à la hauteur de ce défi pour en finir avec les ruptures des connexions". D'autres visiteurs sont attirés par des concepts proposés par des pays arabes dans le domaine médical qui ont déjà fait leurs preuves en Algérie  et qui sont en train d'évoluer avec l'ouverture de bureaux permanents dans le pays.
C'est le cas des hôpitaux jordaniens qui s'empressent de cibler les personnes atteintes de certaines maladies pour leur proposer des soins à l'étranger. Dr Mohamed Mansour, assistant médical d'un hôpital spécialisé en Jordanie,  a déclaré que cette entité vient d'obtenir un accord pour l'installation d'un bureau en Algérie pour la prise en charge de malades. La prochaine étape dans l'agenda de ces structures est l'ouverture de  cliniques spécialisées en Algérie, affirme Dr Mansour.


Agroalimentaire : et électroménager pour préparer  le ramadhan

Une fois que les visiteurs ont fait le tour des stands des firmes proposant des offres hautement spécialisées dans le domaine des finances et de la santé, ils se tournent vers la prospection d'autres secteurs susceptibles de leur fournir des solutions de satisfaction des besoins quotidiens comme ceux de l'alimentation ou de l'équipement domestique.
Nombreux sont les chefs de famille à arpenter les allées de la Foire  avec femme et enfants pour s'enquérir des dernières innovations dans le domaine de l'électroménager et de l'équipement de maison dans la perspective de nouvelles  acquisitions à l'occasion du prochain ramadhan attendu dans quelques semaines. "Je suis intéressé par les nouveaux téléviseurs à écran plat", a affirmé  un citoyen affairé à poser moult questions sur les fonctionnalités et les prix des téléviseurs d'une marque locale, tandis que l'épouse est plutôt attirée  par les mixeurs et autres fours halogènes et hachoirs.
"Les offres spéciales proposées lors de la Foire sont intéressantes  et sont parfaitement à la portée de mon budget équipement", se félicite une  femme ne sachant plus où donner de la tête devant une telle variété de produits. Des packs comportant un sèche-cheveux, un hachoir, un robot et un fer à repasser sont proposés à 9.400 dinars alors que pour un montant de 98.900  dinars, le client a droit à un réfrigérateur, une cuisinière et une machine  à laver. Les fournisseurs mettent l'accent sur la solidité de leurs produits et sur leur basse consommation en énergie ainsi que sur les procédés technologiques innovants de leur production. Toujours dans le souci de préparer le futur mois de ramadhan, les consommateurs  sont friands de découvertes dans le domaine de l’agro-alimentaire et les fabricants ont bien l'intention de ne pas laisser échapper cette aubaine offerte par la  Foire pour faire étalage de leur savoir-faire.
Qu'ils soient représentants de firmes étrangères ou fabricants locaux,  les industriels tentent de séduire le consommateur avec divers mets destinés  à garnir la table des foyers. Certaines sociétés ont misé sur des aliments qui ont fait une entrée  récente sur le marché algérien pour séduire les ménagères tel ce représentant  d'une marque belge qui expose des laits spéciaux allégés en protéine ou en lactose. Devant les stands des fabricants de fromage et de pâtes, de torréfacteurs de café et de confiseurs, de longues files d'attente se forment pour profiter des séances de dégustation.    Les commerciaux s'adonnent avec beaucoup de disponibilité à des cours didactiques en se transformant en nutritionnistes pour vanter les mérites de leurs divers aliments. "Je suis venue goûter des cafés pour choisir ceux offrant le meilleur arôme pour égayer les soirées de ramadhan en famille", affirme une femme fière d'étaler ses talents d'amateur de "grands crus" tandis que ses enfants filent  droit vers les stands proposant des confiseries. Quelques familles effectuent même des achats sur place et n'hésitent pas à remplir leurs couffins de quantités sachets de pâtes, confirmant par là  que la fièvre acheteuse n'est jamais aussi forte qu'à l'approche du ramadhan.





 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com