dimanche 15 dcembre 2019 13:04:39

Malgré les appels de la tutelle : L’intersyndicale des professionnels de la santé décide de reconduire la grève

L'Intersyndicale des professionnels de la santé poursuit le mouvement de grève cyclique de trois jours, à partir de demain avec un nouveau « rassemblement national » devant le siège du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

PUBLIE LE : 26-05-2013 | 0:00
D.R

L'Intersyndicale des professionnels de la santé poursuit le mouvement de grève cyclique de trois jours, à partir de demain avec un nouveau « rassemblement national » devant le siège du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Cette décision a eu lieu vendredi, lors de la réunion de cette organisation non reconnue par le ministère de tutelle et qui regroupe quatre syndicats agréés à savoir, le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), le Syndicat national algérien des psychologues (SNAPSY), et le Syndicat national du personnel de l'enseignement du paramédical (SNPEPM).
Les membres de l’intersyndicale ont convenu de reconduire le mouvement de protestation. Un mouvement qui a été entamé depuis quatre longues semaines et dont seuls les malades paient les conséquences.
Déterminée de continuer cette grève, l'Intersyndicale dénonce, dans un communiqué publié suite à sa réunion ce qu’elle qualifie de « mesures répressives » que la tutelle aurait prises, notamment les « retenues sur salaires », les « affectations arbitraires » et le « recours aux réquisitions et aux mises en demeure ».
Parmi les revendications de l’intersyndicale, on cite l'application des amendements des statuts des différents corps, des corrections dans le régime indemnitaire, l'amélioration des conditions socioprofessionnelles, et surtout généralisation de la prime de contagion à l’ensemble du personnel du secteur.
Pour sa part, le ministère de tutelle a exprimé au début du mouvement, sa volonté de « poursuivre le travail en commun » avec ses partenaires sociaux pour « consolider les acquis et améliorer davantage les conditions socioprofessionnelles des travailleurs de la santé, notamment les personnels des corps communs ».
M. Abdelaziz Ziari, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, avait indiqué le 16 mai dernier que les contacts avec les syndicats reconnus légalement du secteur pour discuter de leurs revendications se poursuivaient dans le cadre d'un dialogue « constructif ».
 L'intersyndicale des professionnels de la santé n'étant pas reconnue, il refuse en tant que responsable de négocier avec elle, tout en assurant toutefois que son département ministériel était disposé à poursuivre le dialogue pour « trouver des solutions dans la mesure de ses moyens ». Le dialogue « constructif » permettra de parvenir à des solutions, a-t-il estimé, prévenant qu’« en cas de positions jusqu’au-boutistes le ministère recourra, lui aussi, à des mesures extrêmes ».
Toujours côté tutelle, le chargé de communication au ministère, Slim Belkessam, a indiqué que le ministère souligne la nécessité d'accorder la priorité au dialogue. Il a affirmé, par ailleurs, que le ministère est prêt à répondre aux préoccupations objectives et œuvre à la prise en charge des revendications légitimes.
S. SOFI

Selon le ministère de la santé
Les praticiens de la santé publique "devraient abandonner les revendications rédhibitoires"
Les praticiens de la santé publique "devraient abandonner les revendications rédhibitoire" a soutenu vendredi le chargé de la communication du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Slim Belkessam. "Le dialogue et le respect mutuel ont porté leurs fruits concernant les revendications des paramédicaux dans le cadre des engagements pris par l'administration, on est arrivé à la fin de la grève des paramédicaux, les praticiens de santé publique devraient s'en inspirer", a estimé Belkessam dans une déclaration à l'APS. Il a ajouté que les organisations composant l'intersyndicale devraient "abandonner les revendications rédhibitoire, arrêter la grève illégale et renouer le fil du dialogue avec l'administration".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions