vendredi 14 aot 2020 13:25:33

Déchets des métaux ferreux et non ferreux : Les exportateurs saisissent la tutelle

La Fédération des récupérateurs et exportateurs des déchets ferreux et non ferreux a menacé, hier, lors d’une rencontre avec la presse, de recourir à une journée de protestation, au cas où leurs revendications ne sont pas prises en considération par le ministère de l’Industrie, d’ici à quinze jours, date butoir du délai accordé par ces derniers.

PUBLIE LE : 21-05-2013 | 23:00

La Fédération des récupérateurs et exportateurs des déchets ferreux et non ferreux a menacé, hier, lors d’une rencontre avec la presse, de recourir à une journée de protestation, au cas où leurs revendications ne sont pas prises en considération par le ministère de l’Industrie, d’ici à quinze jours, date butoir du délai accordé par ces derniers.
Organisée au siège de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), cette rencontre était une occasion d’évoquer les problèmes auxquels sont confrontés les professionnels de cette filière, notamment après l’interdiction de l’exportation des déchets ferreux et non ferreux en 2009. M. Mahieddine Kessai, présidant de la Fédération a saisi cette rencontre pour souligner la nécessité d’ouvrir des canaux de dialogue avec les pouvoirs publics en vue de « relancer l’activité d’exportation des déchets ferreux et non ferreux ». Il a, à ce sujet, indiqué que la fédération a transmis, le 12 mai courant, ses doléances officiellement au Premier ministre et au ministre de l’Industrie, et nous sommes toujours en attente d’une réponse. Dans sa correspondance, les membres de la  fédération réclament une “intervention urgente” des pouvoirs publics pour “la levée de l’interdiction des exportations des déchets ferreux et non ferreux pour permettre aux opérateurs de vendre le stock qui les encombre depuis des années”. Une situation qui s’est aggravée, selon M. Kessai, par l’arrivée de l’aciérie turque Tosyali de Béthioua, Oran, qui a monopolisé l’activité, et qui, de surcroît propose l’achat de la ferraille des opérateurs algériens à un prix symbolique.
Au cours de cette conférence de presse, M. Kessai a expliqué  la situation sociale et financière très difficile dans laquelle se retrouvent aujourd’hui ces opérateurs qui louent des dépôts pour stocker leur marchandise qu’ils n’arrivent pas à écouler.  
Le président de la fédération estime qu'il est indispensable de mettre en place des mesures pour réglementer l'opération de récupération et d'exportation de ces déchets.
Il y a lieu de rappeler qu'une suspension temporaire a été introduite en février 2009 par le ministère du Commerce avant la promulgation de la loi interdisant l'exportation en août 2010, dans le cadre de la loi de finances complémentaire.
      Kamélia H.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions