mardi 20 novembre 2018 13:28:43

Bouabdellah Ghlamallah : “Seulement 40% des biens wakfs sont exploités actuellement”

“Sur l’ensemble des biens Wakfs, 40% seulement sont en exploitation »,

PUBLIE LE : 21-05-2013 | 0:00
D.R

“Sur l’ensemble des biens Wakfs, 40% seulement sont en exploitation », a déclaré hier à Blida le ministre des Affaires religieuses et du Wakf,  M. Bouabdellah Ghlamallah, en marge du deuxième séminaire international sur « le rôle du financement islamique dans le développement durable ». Une rencontre organisée à l’université Saad Dahleb où M. Ghlamallah a expliqué que «la valeur des wakfs en exploitation est de 300 milliards de DA et que « le recouvrement de l’ensemble des  biens permettra d’atténuer les difficultés socioéconomique d’un grand nombre de familles nécessiteuses ».         
M. Ghlamallah avait annoncé la récupération de plus de 8.000 biens Wakfs. Il avait indiqué que «les revenus sont modestes ne dépassant pas actuellement 12 à 15 millions de DA. Beaucoup de biens Wakfs sont loués symboliquement sachant que les bénéficiaires ne paient pas les loyers ou le font avec  du retard » a-t-il spécifié,  appelant ses services à revoir les montants et à veiller au payement.
 Il a également plaidé en faveur de la dotation des mosquées en biens Wakfs, soulignant que la grande mosquée d’Alger possède à elle seule, plus de 1000 biens  Wakfs tandis que les nouvelles mosquées ne possèdent aucun bien de cette nature  susceptible de les aider à poursuivre leurs activités.
Le ministre entend  proposer la gestion des biens wakfs au ministère de la Solidarité nationale. «Nous réfléchissons à cette option, car nous pensons qu’elle est profitable  aussi bien pour le Trésor public que pour les citoyens qui devraient bénéficier  de l’exploitation de ces biens. Wakfs contribue dans le développement économique et scientifique de la nation», a-t-il indiqué.
M. Ghlamallah a souligné que son département  avait recensé 8.800 biens wakfs au niveau national, précisant qu’il s’agissait  d’habitations occupées par les imams et qui représentent 60% des biens wakfs,  le reste étant des locaux commerciaux, des bains maures et des douches.»         
 Les recettes des wakfs provenant de la location de ces biens sont minimes,  selon le ministre qui rappelle qu’en 1990, elles étaient estimées à 8 millions de DA. Elles ont atteint «après réévaluation de la valeur de location» 148 millions  DA.        
  La dette de certains locataires des biens wakfs est estimée à 300 millions  DA, a ajouté le ministre rappelant que «son département œuvre à actualiser  les prix de location dans le cadre de la loi.»     
Le ministre a d’autre part, déclaré que «37,5% des fonds de la zakat sont orientés vers  la création de micro-entreprises.» Il a estimé que «ce fonds est destiné non seulement à contribuer à réduire les poches de pauvreté, mais aussi à créer  une dynamique économique.»
De son côté, le professeur Kamel Rezig, directeur du laboratoire du développement économique humain en Algérie à l’université de Saad Dahleb de Blida, a déclaré que «ce séminaire est axé sur le rôle du financement islamique.» Dans ce sens, il a indiqué qu’ «il y a actuellement plus de 7.000 projets de micro-entreprises qui sont financés par le fonds de  Zakat générant ainsi plus 30.000 postes de travail.»  
En ce qui concerne l’apport des biens Wakfs dans l’économie, il a expliqué  que, « pas moins de 111 milliards de dollars de chiffres d’affaires, sont réalisés grâce aux biens Wakfs dans le monde.» Et d’ajouter : «En Algérie on estime que plus de 30.000 emplois supplémentaires qui seront créés dans les deux prochaines années, grâce au secteur des Wakfs.»
Wassila Benhamed

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions