jeudi 15 novembre 2018 08:17:19

MCA, Après son limogeage «officiel» par la Sonatrach : Menad décidé à défendre ses droits

On le dit haut et fort, la sanction de deux ans (1 an avec sursis) contre Djamel Menad, par la commission de discipline de la LNFP, est franchement imméritée et démesurée.

PUBLIE LE : 19-05-2013 | 0:00
D.R

On le dit haut et fort, la sanction de deux ans (1 an avec sursis) contre Djamel Menad, par la commission de discipline de la LNFP, est franchement imméritée et démesurée. Elle est tout simplement injuste envers l’entraîneur émérite qu’il est et l’excellent joueur qu’il était, ayant servi la sélection nationale des années durant. Menad est connu pour son charisme, sa riche carrière et sa conduite irréprochable tout au long de celle-ci. Reconverti en entraîneur, il fait du bon boulot là où il passe, comme c’est le cas avec le MCA cette saison. Après ce qui s’est passé lors de la finale de la Coupe d’Algérie, qui a vu l’équipe mouloudéenne boycotter la cérémonie de remise des médailles par les officiels, on comprend bien que les instances footballistiques nationales procèdent à des sanctions, mais ce que l’on ne comprend pas, par contre, c’est cette attitude incompréhensible du deux poids deux mesures de cette même ligue nationale, à travers la commission de discipline conduite par Haddadj ! On ne comprend pas aussi celle des responsables de la Sonatrach, qui viennent de sévir en résiliant les contrats de Menad, Babouche et Chaouchi, alors que le seul et principal responsable devant payer en premier lieu la note, n’est autre que le président du conseil d’administration, Kamel Hocine Amrouche. En effet, contrairement à Omar Ghrib qui ne figure pourtant pas sur l’organigramme «officiel» du club, Amrouche, lui, n’a nullement été touché par une quelconque sanction de la part de Sonatrach. Il a seulement écopé d’une amende de 20 millions de centimes. Pourtant, il était dans le même navire que toute l’équipe lors du naufrage face à l’USMA et il s’est lui-même attaqué juste après le match à l’arbitre Haïmoudi à travers les ondes de la radio pour le pointer du doigt, l’accusant d’avoir défavorisé le Mouloudia. Au fait, le premier qui devait être touché par les sanctions, c’est lui, en tant que premier responsable du club, de surcroît présent avec l’équipe au moment des faits. Pour revenir à Menad, les propos tenus par Amrouche, juste après la décision de son éviction par Sonatrach, l’ont irrité. Il lui a dit texto lors de son audition : « Je t’informe que tu es limogé, que tu ne peux pas travailler au MCA et que tu ne seras pas payé... ». S’apercevant qu’il n’a reçu aucun écrit dans ce sens, il a tout simplement repris le chemin de l’entraînement. C’est par la suite qu’un huissier de justice lui a transmis la décision de son limogeage, il y a seulement trois jours de cela. Par ailleurs, il faut noter une aberration de taille : ce même Amrouche avait sollicité l’avocat du club, pour qu’il introduise un recours au profit de Ghrib, Menad, Babouche, Chaouchi et… lui-même auprès de la ligue nationale ! Allez-y comprendre quelque chose !!! Le club les sanctionne puis on demande à l’avocat d’introduire un recours pour que les sanctions soient revues à la baisse ?! Apparemment, ce sont les 20 millions de centimes que Amrouche doit débourser qui le dérange, ni plus ni moins ! On n’a rien contre Kamel Amrouche, mais il est de notre devoir de dire les choses telles qu’elles se présentent. Une chose est sûre, Menad ne se taira pas et nous a affirmé qu’il ne supporte pas l’injustice et qu’il agira selon les lois du pays pour défendre ses droits contre ce qu’il qualifie de «hogra» caractérisée qui ne dit pas son nom.
Affaire à suivre...
Mohamed-Amine Azzouz

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions