lundi 19 novembre 2018 11:16:32

Sahara Occidental : Amnesty International appelle à une enquête indépendante et impartiale sur la torture

Geôles marocaines : Les prisonniers sahraouis en grève de la faim

PUBLIE LE : 18-05-2013 | 0:00
D.R

L’organisation des droits de l’homme Amnesty International  (AI) a appelé hier à une enquête indépendante et impartiale sur les allégations selon lesquelles six militants sahraouis, dont un enfant, ont été torturés, par les forces de sécurité marocaines, en garde à vue au Sahara occidental occupé. «Les rapports selon lesquels les forces de sécurité marocaines ont utilisé la torture et les mauvais traitements contre les six détenus sahraouis pour les faire parler sont profondément troublants», a déclaré Philip Luther, directeur d’Amnesty International pour le Moyen-Orient l’Afrique du Nord, ajoutant que les allégations doivent être soigneusement étudiées et les responsables de ces actes traduits en justice. Les six militants pour la cause sahraouis, actuellement détenus à la  prison civile de Laâyoune, ont été inculpés de «violence contre des fonctionnaires publics», «participation à un rassemblement armé» et «dégradation de biens publics», passibles d’une peine allant jusqu’à 10 ans de prison. Les six détenus ont déclaré au juge d’instruction qu’ils avaient été  torturés et maltraités, et que leurs «aveux» avaient été extorqués sous la torture durant la garde à vue.
L’Organisation a demandé la présence de l’ONU au Sahara occidental pour une surveillance adéquate des droits de l’homme dans la région et l’établissement de rapports indépendants et impartiaux sur la situation actuelle, y compris  les allégations de torture et d’autres mauvais traitements», a encore ajouté ce responsable.   Cette présence jouera un rôle «clé» dans la documentation des violations  des droits de l’homme qui, autrement, ne sont pas signalés et préviennent des  accusations sans fondement dans les autres cas, ajoute Amnesty International.

Geôles marocaines :
Les prisonniers sahraouis en grève de la faim
Les prisonniers politiques sahraouis à  travers les différentes prisons marocaines ont entamé mercredi une grève de la faim de 24 heures, pour dénoncer le crime commis par les autorités de l'occupant marocain dans la prison de Ait Melloul, causant la mort du prisonnier sahraoui Bourhim. Cette action intervient pour dénoncer le crime "odieux" commis par  l'occupant marocain dans la prison de Ait Melloul à l'encontre du prisonnier  Bourhim Mohamed, décédé à cause de la négligence de l'administration de cette  prison, a indiqué jeudi l'agence de presse sahraouie (SPS). Cette grève de la faim est menée par les prisonniers politiques sahraouis dans la prison de Salé 1 (22 prisonniers), les prisonniers de Ait Melloul (60  prisonniers) et ceux de Tiznit (56 prisonniers politiques), dont des prisonniers  sahraouis de droit public, ainsi que les prisonniers politiques de la Prison Noire (Carcel Negra) à El-Ayoun occupé. Le groupe du chahid Bourhim Mohamed, composé de 22 prisonniers politiques,  avait entamé une grève ouverte de la faim depuis le 29 avril avant le décès du prisonnier Bourhim le 8 mai.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions