jeudi 13 aot 2020 18:11:27

Sahara Occidental : Le Congrès et des ONG américaines rencontrent le Comité algérien de solidarité avec le peuple sahraoui

Les forces d’occupation marocaines expulsent un journaliste italien de la ville d’El-Ayoune occupée

PUBLIE LE : 15-05-2013 | 23:00
D.R

Une délégation du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) a été reçue mardi à Washington par des membres du Congrès des États-Unis, ainsi que par des ONG américaines qui soutiennent la cause sahraouie, dans le cadre d'une visite qui se poursuivra à New York et à Boston. La délégation algérienne, composée du vice-président du CNASPS, Tayeb Zitouni, et d'un membre de ce comité, Hassiba Boulmerka, a rencontré successivement des membres démocrates et républicains de la Chambre des représentants, ainsi que la présidente de la fondation US-Western Sahara, Suzanne Scholte, et la directrice des plaidoiries de la fondation RF Kennedy Center pour la justice et les droits de l'homme, Marselha Gonçalves Margerin. Lors de ces rencontres, la délégation du CNASPS s'est entretenue du dossier du Sahara occidental avec ses interlocuteurs américains tout en les saluant pour les efforts intenses qu'ils continuent de déployer, depuis plusieurs années, pour défendre la cause sahraouie auprès du gouvernement américain, a indiqué à l'APS M. Zitouni, qui est aussi le vice-président du Comité exécutif des cités et gouvernements locaux unis d´Afrique (Cglua). ''Ces efforts engagés inlassablement par un certain nombre de membres du Congrès et des ONG américaines commencent, incontestablement, à réaliser des résultats favorables pour la cause sahraouie, même si du chemin reste à parcourir'', a affirmé le vice-président du CNASPS. A ce propos, il s'est félicité que pour la première fois, le gouvernement de la première puissance mondiale eut initié un projet de résolution au niveau du Conseil de sécurité demandant l'introduction au sein de la MINURSO du mécanisme de la surveillance des droits de l'homme au Sahara occidental occupé. ''Le travail accompli par des élus et de la société civile américains a permis d'avancer d'un grand pas puisque le gouvernement américain, à travers son projet de texte, a apporté un soutien important au peuple de Sahara occidental occupé en appelant l'ONU à la protection des droits de l'homme sahraouis violemment bafoués par le Maroc''.
Même si ce projet de résolution n'a, finalement, pas été retenu en raison de son blocage par certaines parties, ''cela ne peut être considéré comme un échec puisque la question des droits de l'homme des Sahraouis sera, désormais, suivie de plus près'', à la faveur de l'appel soutenu de la résolution adoptée par le Conseil de sécurité à renforcer et à promouvoir la protection des droits de l'homme au Sahara occidental et à élaborer et à appliquer des mesures indépendantes et crédibles pour assurer le plein respect des droits de l'homme des Sahraouis, soutient-il. Précisant que le retrait de l'initiative américaine ''ne résulte ni d'un abandon ni d'un changement dans la position des Etats-Unis, mais plutôt d'un blocage par certaines parties à l'ONU'', M. Zitouni a fait savoir que ses interlocuteurs américains, qu'il a rencontrés, entendent poursuivre leur action afin que l'initiative américaine soit relancée l'année prochaine au niveau de l'organe de décision des Nations unies lors de son examen de la question sahraouie. Par ailleurs, le représentant du CNASPS a également rappelé que le ''forcing'' mené par des élus et ONG américains en faveur de la question sahraouie avait amené le Congrès à adopter, en 2011, une loi qui conditionne l’octroi de l'aide militaire américaine au Maroc par le respect des droits de l’homme au Sahara occidental. Pour ce faire, avant l’affectation de fonds au profit du Maroc, le secrétaire d’Etat américain est tenu, depuis, de soumettre aux deux chambres du Congrès un rapport sur les droits de l'homme et sur les mesures prises par le gouvernement marocain en matière de respect des droits des Sahraouis d’exprimer leurs opinions concernant le statut et l’avenir du Sahara occidental, ainsi que du droit d’accès, au Sahara occidental, des organisations des droits de l’homme, des journalistes et des représentants des gouvernements étrangers. Après sa visite dans la capitale fédérale américaine, la délégation du CNASPS se rendra également à New York où elle rencontrera, notamment, les ambassadeurs-représentants permanents de plusieurs pays membres de l'ONU pour réitérer la justesse du combat du peuple sahraoui et son attachement à l’application des résolutions des Nations unies et à la question des droits de l'homme. Les deux représentants du CNASPS se déplaceront aussi à Boston où il seront reçus, notamment, par le maire de cette ville de l’Etat du Massachusetts, afin d'exprimer leur hommage aux victimes du double attentat terroriste qui a fait trois morts et 180 blessés lors du marathon de Boston, le 15 avril dernier, a indiqué pour sa part Hassiba Boulmerka, ex-championne olympique en athlétisme. Il s'agira d'exprimer la solidarité du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, qui est aussi l’émanation de la société civile algérienne dans toutes ses composantes, aux victimes de cet attentat, a-t-elle insisté. A la faveur de cette visite, la délégation algérienne va offrir des ouvrages littéraires et des produits de l'artisanat algérien à la bibliothèque et musée John F. Kennedy, dont une partie avait été incendiée le jour même de l'attentat terroriste du 15 avril dernier, mais sans qu'il y ait un lien avec cette attaque. Ce complexe culturel formé d'une bibliothèque et d'un musée avait été construit en hommage au 35e président des Etats-Unis, John Fitzerald Kennedy. Le Sahara occidental, considéré depuis 1964 par l'Onu comme un territoire non autonome, est la dernière colonie en Afrique que le Maroc, soutenu par la France, occupe depuis 1975.
APS

Les forces d’occupation marocaines expulsent un journaliste italien de la ville d’El-Ayoune occupée
Les forces d’occupation marocaines ont expulsé le journaliste italien Gilberto Mastromanio de la ville d’El-Ayoune (capitale du Sahara occidental occupé), a indiqué hier l’agence de presse sahraouie (SPS). Le journaliste italien est arrivé dans la ville d’El-Ayoune pour réaliser un reportage sur la situation qui prévaut dans les territoires occupés suite à la dernière résolution du Conseil de sécurité sur la question du Sahara occidental. Le journaliste italien était arrivé en provenance de Rome dans la ville d’El-Ayoune occupée d’où il a été expulsé sans motifs par les forces d’occupation marocaines, selon la même source.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions