Ville nouvelle de Sidi Abdallah : Partenariat triangulaire pour un développement intégré

Limiter l'hyperconcentration humaine dans la capitale
PUBLIE LE : 14-05-2013 | 23:00

LLe ministère de la Culture contribue, pour sa part, avec 18 projets structurants étalés sur une superficie de 20,35 ha, regroupant un conséquent multiplex (complexe de salles de cinéma, des studios cinématographiques, un théâtre de 1.000 places,  un musée, un centre national de la cinématographie, le siège du ballet national et de l’orchestre symphonique.
Dans le cadre de la mise en œuvre des programmes sectoriels, une opération de grande envergure de réalisations de programmes spécifiques et d’équipements est lancée au titre d’un partenariat entre le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, et les secteurs de l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, dans une première étape, pour rendre effectif le lancement de la ville nouvelle de Sidi Abdallah à travers des projets innovants destinés à  dynamiser la métropole d’Alger.
Cette impulsion, qui vient conforter le programme du gouvernement 2012-2014,  se matérialise au niveau du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme avec un programme de 12.000 logements relevant des programmes de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL), et l’entreprise nationale de la promotion immobilière (ENPI, ex- EPLF) sur 202 ha.
Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique amène sa pierre à l’édifice, avec treize centres de recherche et d’innovation, et de sièges d’agences sous tutelle sur 18, 77 ha, notamment un siège du centre national des énergies renouvelables (CDER), une agence nationale de valorisation des résultats de la recherche.
Cette opération se poursuit dans une seconde phase par la mise en place de nouveaux programmes concernant les autres secteurs intégrés dans le plan d’aménagement de la ville de Sidi Abdallah pour matérialiser les programmes des autres secteurs, tels que les ministères de la Jeunesse et des Sports, de la Formation et de l’Enseignement professionnels, de l’Éducation, de la Santé et du Tourisme.

Limiter l'hyperconcentration humaine dans la capitale
Pour ce qui est du Cyberparc, celui-ci  est un espace d’activités et de recherches centré sur les technologies de l’information et de la communication qui rassemble les différents acteurs du marché, à savoir les entreprises privées et publiques, les établissements d’enseignement et de formation, les instituts de la R&D, les groupes de réflexion et sociétés d’études de marché, les services aux entreprises, incubateurs d’entreprises, les centres de conférence, hôtel de classe internationale, dans le but de créer des synergies, grâce à la proximité et aux interactions entre les membres de la grappe des TIC. Il est en passe de devenir un parc technologique concurrentiel de classe mondiale offrant une infrastructure de pointe et des services aux entreprises et institutions TIC.
Par ailleurs, et avec ses 3.000 à 3.500 hectares urbanisables sur lesquels il est prévu de construire quelque 30.000 logements et une panoplie d’équipements susceptibles d’abriter près d’un demi-million d’habitants, l’agglomération nouvelle de Sidi Abdallah se présente, par sa proximité d’Alger et l’existence effective d’un premier noyau urbain (un millier de logements et divers équipements sociaux), comme alternative concrète et viable à la capitale algéroise qui souffre d’un trop-plein et qui manque désespérément de terrains à bâtir pour contenir sa croissance intra-muros.
Sidi Abdallah, avec d’autres futures agglomérations urbaines sont conçues dans un style moderne où toutes les commodités sont mises en place pour attirer les populations. Tous les moyens sont mobilisés pour faire émerger ces nouveaux pôles.
Rappelons que les projets de villes nouvelles s'inscrivent  dans le cadre d'une politique urbaine et d'aménagement du territoire qui a pour objectif de limiter l'hyperconcentration humaine dans la capitale, génératrice de difficultés de gestion urbaine (réseaux, équipement, circulation), et de mettre un terme à l'extension permanente de la ville.  Il s'agit d'un pôle urbain complet, capable de participer au fonctionnement économique du potentiel métropolitain et de prendre en charge toutes les dimensions (économique, sociale et résidentielle) complémentaires à celles d'Alger. Pour mener à bien le développement de la ville nouvelle, les pouvoirs publics ont créé, en 1997, l'Etablissement public d'aménagement de l'agglomération nouvelle de Sidi Abdallah (EPA-Ansa), chargé, par délégation, d'aménager ce site et d'encadrer la réalisation des programmes publics et privés.
Le projet de ville nouvelle de Sidi Abdallah, située à 25 km à l'ouest d'Alger, sera implanté sur 2.000 ha, formés d'un agréable paysage rustique, apaisant et calme. Il dispose de vues imprenables (versant sud sur les montagnes, versant nord sur la mer), et est à proximité immédiate des villes de Mahelma et de Rahmania. Ce projet répond au concept de développement durable, ce qui fait que la conception de la ville obéit à une haute qualité environnementale.
M. Bouraib
 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com