lundi 11 dcembre 2017 23:53:24

9e forum national des omnipraticiens : 7.000 médecins formés en 9 ans

Chaque année depuis neuf ans « le Fascicule de la santé », une association médicale et scientifique, s’est fixé comme mission de mettre à niveau des médecins généralistes sur les dernières avancées médicales et de les former aux nouveautés scientifiques pour une meilleure prise en charge des malades.

PUBLIE LE : 15-05-2013 | 0:00
D.R

Chaque année depuis neuf ans « le Fascicule de la santé », une association médicale et scientifique, s’est fixé comme mission de mettre à niveau des médecins généralistes sur les dernières avancées médicales et de les former aux nouveautés scientifiques pour une meilleure prise en charge des malades.

«Une formation continue doit être obligatoire pour tous les praticiens que ce soit pour ceux qui exercent depuis 20 ans que pour ceux qui sortent fraîchement des facultés de médecine », nous dira Dr Abderrahmane Salah Laouar, premier responsable du « Fascicule de la santé » qui organise depuis hier le 9e forum national des omnipraticiens, autrement dit les médecins généralistes a El Hamma. Près de 7.000 praticiens  ont ainsi bénéficié de ces formations depuis le premier forum organisé en 2005.  Placé cette année sous le signe de la sensibilisation à certaines maladies et pathologies qui devraient être prises en charge de manière prioritaire, telles que la délicate problématique de la vaccination, notamment contre certains cancers, contre des allergies, des maladies des os, le traitement de la douleur… « les thèmes débattus lors du forum sont définis après un sondage fait auprès des médecins pour connaître leurs besoins en matière de nouveauté scientifiques », dira M. Laouar.
L’organisateur du forum profite de l’événement pour lancer un appel urgent aux autorités concernés afin de se pencher sérieusement sur l’urgence d’inscrire sur la nomenclature des vaccins, la vaccination contre le cancer du col de l’utérus, appliqué dans 144 pays et constitue une prévention à 100% contre la maladie « les responsables de la santé promettent depuis 2006 d’introduire ce vaccin sur la liste nationale sans pour autant que cela soit appliqué», regrette M. Laouar qui estime que la raison de ce retard est le tabou qui entoure cette maladie.
Le médecin explique que le vaccin doit être administré à la maturité naturelle de toute jeune fille, autrement dit à l’âge de 12 ans, toutefois et selon le médecin, les parents refuseraient cette vaccination automatiquement car ils estiment que leur fille à cet âge ne peut avoir de rapport sexuel et donc pas de cancer de l’utérus. « Il est urgent de faire un véritable travail de sensibilisation pour toute la société », estime le médecin. Par ailleurs, Dr Laouar appelle à la mise en place d’une autorité d’experts, d’une cellule de veille ou une autorité sanitaire afin de contrôler efficacement les médicaments introduits en Algérie et rester vigilants quant aux médicaments interdits ailleurs et toujours en vente chez nous. Il appelle carrément à revoir le système de santé totalement obsolète.     
    Farida Larbi

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions