lundi 19 octobre 2020 15:41:51

L’hebdomadaire français Marianne publie des témoignages exclusifs : Aveux des terroristes du GIA qui ont assassiné les moines de Tibhirine

Il a fallu des années de patience, de rigueur, mais aussi de passion pour les réalisateurs Malik Aït Aoudia et Séverine Labat, pour retrouver les témoins directs dans cette affaire, qui a fait couler un fleuve d’encre, et apporter des preuves irréfutables sur l’implication des terroristes du GIA dans l’assassinat des moines Tibhirine.

PUBLIE LE : 12-05-2013 | 23:00
D.R

L’hebdomadaire français Marianne a publié, dans son dernier numéro, les témoignages exclusifs d’anciens terroristes du GIA (Groupe islamique armé) qui confirment leur implication directe dans l’assassinat, le 21 mai 1996, des sept moines français de Tibhirine (Médéa), deux mois après leur enlèvement au monastère de Notre-Dame-de-l’Atlas durant les années du terrorisme. S’appuyant sur un documentaire qui sera diffusé le 23 mai sur la chaîne française France 3, l’hebdomadaire a consacré sa rubrique “Evènement” à cette tragédie d’il y a dix-sept ans, sous le titre “La vérité sur l’assassinat des  moines de Tibéhirine”, signé par Martine Gozlan qui considère que cette vérité est “une vieille bataille, un autre maquis”. Marianne rappelle alors que les terroristes du GIA ont pourtant revendiqué le crime dans le communiqué 44 de leur bulletin “Al Ansar”, mais que “néanmoins,  pour dédouaner l’islamisme de sa barbarie, certains ont imputé l’assassinat  à une bavure de l’armée algérienne ou à une machination des services secrets”. “C’est dans les journaux, voire devant les tribunaux qu’on s’est affronté. Marianne  aussi s’est retrouvé dans les prétoires pour rappeler les faits, le forfaits, la sauvagerie du GIA”, soutient l’hebdomadaire qui “ne doute pas” que, cette fois encore, “dix-sept ans après les meurtres, la polémique va faire rage” et que “cette fois plus que jamais, l’idéologie, celle qui décrète coupable par nature l’armée et le pouvoir algérien (...) voudra ferrailler contre la force et la vérité du témoignage”. Marianne, qui a suivi étape par étape la réalisation de ce document filmé, qualifié d’“exceptionnel”, affirme qu’il a fallu des années de patience, de rigueur, mais aussi de passion pour les réalisateurs Malik Aït Aoudia et Séverine Labat pour retrouver les témoins directs dans cette affaire, qui a fait couler un fleuve d’encre, et apporter des preuves irréfutables sur l’implication des  terroristes du GIA dans l’assassinat des moines Tibhirine. L’hebdomadaire publie ainsi des extraits de témoignages saisissants de ces terroristes, dont celui de Hassan Hattab, ancien membre du GIA et fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui affirme que  Djamel Zitouni, son rival parmi la chefferie du maquis terroriste, l’a appelé pour lui dire : “Je t’informe que j’ai tué les moines ce matin.” Il rapporte également les aveux d’Abou Imen, dernier geôlier des moines assassinés, qui a assisté à leur décapitation et qui dit, sans état d’âme, “on n’a pas tiré une seule balle. Ils ont tous été égorgés au couteau. L’un d’eux (terroriste) m’a dit +Tiens, égorges !+. J’étais pétrifié. Il m’a poussé et l’a égorgé”. Abou Mohamed, “émir” du GIA, affirme quant à lui que “Zitouni a pris la décision de se débarrasser des moines. Il n’était pas facile de prendre leur corps en entier, alors, ils les ont décapités”, ajoutant qu’ils ont enterré les corps dans les montagnes de Bouguara. Et moi, j’ai emmené les têtes dans une voiture pour les jeter sur la route”. L’hebdomadaire révèle également que l4 enlèvements des moines devait permettre au GIA, qui réclamait en échange la libération d’Abdelhak Layada, de se faire reconnaître comme interlocuteur par la France, estimant que “ce que prouve ce film, c’est que l’ego des politiques français, les imbroglios et les rivalités au cœur de l’ambassade de France à Alger ont joué leur rôle dans ce drame”. Les sept moines français de Tibhirine avaient refusé de quitter le monastère de Notre-Dame-de-l’Atlas, malgré les menaces du GIA qui promettait de tuer tout étranger non musulman resté sur le sol algérien. Ils restaient fidèles aux villageois, au monastère et à la coopérative agricole qu’ils avaient  créée. Cité par Marianne, le réalisateur et journaliste algérien Malik Aït Aoudia, correspondant de l’hebdomadaire en Algérie et co-auteur du film, a déclaré avoir voulu “rendre hommage à ces hommes qui aimaient mon pays et ne l’avaient  pas abandonné malgré le fleuve de sang et la solitude”. “Ma part à moi, c’est de faire toute la vérité sur leur martyre”, a résumé ce journaliste qui est déjà aussi l’auteur, avec Séverine Labat, du documentaire Autopsie d’une tragédie, sorti en 2003.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions