samedi 26 septembre 2020 18:34:41

Le ministre des Affaires religieuses et du wakf en visite à Blida : La Mitidja, haut-lieu de savoir et de religion

Lecture du Sahih d’El Boukhari et du Maouta’ de l’imam Malek : Le coup d’envoi a été donné hier à Djamaâ El Kebir d’Alger

PUBLIE LE : 12-05-2013 | 23:00
Ph. : Tahar

La Grande mosquée implantée à Béni Merad, dont le projet est à l’étude, accueillera 14.000 fidèles. La salle de prières, à elle seule, s’étalera sur une superficie de 8.500 m2.       

Le premier séminaire national sur les érudits de la région de la Mitidja dont les travaux ont débuté, hier à Blida, constitue « une initiative très positive, l’objectif étant de rendre hommage à ceux qui ont tant sacrifié pour le savoir et la religion.» Cette déclaration émane du ministre  des Affaires religieuses et du Wakf en visite d’inspection dans la ville des Roses où ont vécu de nombreux ulémas et de mémorisateurs du Coran.» M. Bouabdallah Ghlamallah s’est adressé notamment à la génération actuelle l’appelant à « plus d’assiduité afin de préserver le legs de leurs aînés lesquels ont contribué à la préservation de l'identité algérienne.» Dans ce contexte, il a fait savoir que l’Etat, de quelque nature qu’il soit, « ne pourra se développer s’il n’accorde pas d’importance à son histoire ». Les érudits du Coran, à l’image du cheikh Abdelhamid Ibn Badis, ont donné à l’Algérie sa vraie personnalité, a affirmé le ministre invitant les imams présents dans la salle « à assurer la mémorisation du Saint Coran». Appelant à faire de cette manifestation une tradition annuelle, M. Ghlamallah a insisté pour que « la prochaine édition soit plus riche en impliquant l’ensemble des parties concernées, surtout que la Mitidja constitue un lieu de savoir et de savants.»
Le ministre, répondant aux sollicitations des journalistes, est revenu sur le grand projet de la Mosquée d’Alger affirmant qu’il sera « livré à temps ». A propos de l’opération du Hadj 2013, il assure que tout est fin prêt. Les 36.000 futurs hadjis devront passer, d’abord, leur visite médicale ; quant à l’éventuelle réduction du nombre de bénéficiaires de la Omra pendant le Ramadhan, le ministre la trouve « logique du moment où des travaux d’aménagement au niveau de la Sainte mosquée de La Mecque sont en cours.» Concernant les biens Wakf d’El Qods, appartenant à nombre de pays arabes, dont l’Algérie, et qui sont l’objet d’accaparement par les autorités israéliennes, le ministre a estimé qu’il s’agit d’une « provocation à laquelle nous devons réagir fermement.» D’autre part il est revenu sur la propagation du courant salafiste, expliquant que son département « n’est pas contre le salafisme nationaliste.» Lors de cette tournée, M. Ghlamallah a visité le projet de la Grande mosquée implantée à Béni Mered et portant le nom du célèbre sociologue Ibn Khaldoun. Cette mosquée accueillera 14.000 fidèles, la salle de prières, à elle seule, s’étalera sur une superficie de 8.500 m2. Les participants à ce séminaire de deux jours évoqueront le parcours de plusieurs savants religieux issus de la wilaya de Blida, tels Sid Ahmed  Lekbir, fondateur de la ville de Blida, le cheikh Ahmed Ben Kaddour,  Abderrahmane Djilali et Abdelkader Lecheb. L'ancien ministre des Affaires religieuses, le Dr M’hamed Benradouane, a évoqué dans son intervention le parcours du cheikh Abdelkader Lecheb, rappelant que ce dernier avait été savant, imam à Bouinan, enseignant du  saint Coran à la zaouia de Chebli, membre du comité scientifique et mufti. De son côté, le wali de Blida, M. Mohamed Ouchène a souligné que les conférences programmées lors de ce séminaire seront imprimées et offertes  aux bibliothèques des mosquées et des centres culturels « afin de  permettre  aux jeunes de connaître la contribution de leurs ancêtres dans la préservation  de leur identité musulmane ».  
Fouad Irnatene

Lecture du Sahih d’El Boukhari  et du Maouta’ de l’imam Malek
Le coup d’envoi a été donné hier à Djamaâ El Kebir d’Alger
La lecture des ouvrages Sahih de l’imam El Boukhari et El Maouta’ de l’imam Malek ibn Anas, a débuté hier, après la prière de “El Asr “, à la Grande mosquée d’Alger, à l’issue d’une cérémonie présidée par Dr Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et du Wakf, en présence de plusieurs cadres de son ministère. Tradition louable qui perpétue la Sunna du Prophète (QSSSL) dans notre pays, la lecture de ces deux ouvrages de référence en matière de “hadith” débute le premier jour du mois de Radjeb (calendrier lunaire) au niveau des mosquées, pour s’achever le 26 du mois de Ramadhan, coïncide en fait avec « Leïlat El Qadr », ou la nuit du destin, une nuit bénie au sujet de laquelle Sidna Mohamed (QSSSL) a dit : « Quiconque passe la nuit du destin en prières, avec foi et espérance, se verra pardonner ses péchés antérieurs. » Communication orale du Prophète (QSSSL) à ses contemporains, par extension à l’ensemble des musulmans, à travers le temps, le « hadith » rapporte l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Sidna Mohamed (QSSSL), plus connus sous l’appellation de la Sunna. Plusieurs savants musulmans ont recueilli les « hadiths » du Prophète (QSSSL) parmi lesquels se sont distingués particulièrement les imams El Boukhari et Mouslim. Il y a lieu de signaler à cet égard que l’ouvrage célèbre de l’imam Omar Ismaïl El Boukhari rassemble quelque 7.000 hadiths authentiques.
Mourad A.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions