vendredi 21 septembre 2018 06:10:47

Généralisation de l’octroi de crédits sans intérêts : Sellal booste l’investissement des jeunes

Projets d’investissement réalisés par les jeunes : Généralisation de l'opération d'octroi de crédits sans intérêt

PUBLIE LE : 13-05-2013 | 0:00
D.R

Le Plan national d’aménagement du territoire ambitionne de rendre le Sud plus attractif pour les investissements étrangers dans les secteurs hors hydrocarbures. Outre l’agriculture, la région renferme un potentiel touristique considérable dont l’exploitation n’est qu’à ses premiers pas.

La  visite que vient d’effectuer le Premier ministre dans une wilaya qu’il connaît fort bien, pour y avoir exercé des responsabilités en tant que wali, a eu pour mérite de conforter les citoyens de la région et en particulier les jeunes, objet de toutes les convoitises, qui  n'ont pas caché leur satisfaction et trouvé les motifs de leur conviction à se retrousser les manches,  eu égard aux propos de M. Abdelmalek Sellal qui a su proférer les mots justes pour souligner l’engagement des pouvoirs publics à œuvrer sans relâche et avec la contribution de tous, à persévérer dans la consolidation d’un processus durable de développement dans des régions supposées déshéritées et en marge du progrès.  
Le  Premier ministre a, dans ses débats  avec les citoyens,  expliqué à ses interlocuteurs de Laghouat et d’autres contrées du territoire qu’il ne cesse de sillonner, l'importance  et les objectifs de l'action du gouvernement à répondre à leurs préoccupations.

Une détermination sans faille
Dans le foisonnement des projets de réalisations « plurielles » qui illustre chaque visite d’inspection et de travail  de M. Sellal  dans les wilayas du grand Sud algérien, pour n’évoquer que ce cas de figure, la puissance régalienne de l’Etat impose un devoir  envers ces régions arides mais pleines de potentialités intrinsèques.  
Elle leur a accordé et continue à leur prodiguer  autant de moyens que cela est possible,  pour leur développement, tant il est vrai qu’il n’y aura jamais de laissés-pour-compte du développement, pas plus qu’il n’est raisonnable d’accréditer l’idée d’une « Algérie utile » ou une autre qui ne l’est pas.
Les jeunes peuvent témoigner de l’intérêt que leur porte le Premier ministre en se saisissant à bras-le-corps de leurs problèmes en mobilisant une batterie de mesures qui sont immédiatement applicables sur le terrain. Dans cet ordre d’idée, on retient un Conseil interministériel qu’a  tenu M. Sellal regroupant les ministres de la Formation et de l’Enseignement professionnels, du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, de l’Energie et des Mines, du Commerce, de l’Agriculture et du Développement rural, ainsi que le PDG de la Sonatrach et le directeur de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM).
De cette réunion est sortie une instruction détaillant les mesures à prendre d’urgence en faveur de l’emploi dans les wilayas du Sud. Il fallait renforcer dans le même sillage, l’Etat dans son rôle de régulateur. On cite aussi les mesures pour lutter contre les disparités salariales induites, le plus souvent aux pratiques de sous-traitance. La  rémunération des sociétés de sous-traitance ne pourra plus excéder 20% du montant total de la prestation de service. L’instruction accorde par ailleurs, une priorité de recrutement des jeunes des wilayas du Sud.
D’autres mesures sont prises pour faire bénéficier  les jeunes entrepreneurs de crédits bancaires sans intérêt afin de créer leurs micros entreprises.
Abdelmalek Sellal a pris l’initiative de l’ouverture d’un centre relevant du département de l’énergie et des sections relevant de la formation professionnelle. De même que des mesures administratives sont dressées à l’encontre d’éventuelles  infractions à ces dispositions dont le suivi sera assuré par un comité intersectoriel local présidé par le wali appelé à se réunir tous les mois.
Rappelons que le  ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia,  a mis en évidence les efforts de l’Etat pour promouvoir le développement du grand Sud. Il a indiqué qu’au titre des trois derniers plans quinquennaux, une enveloppe de près de  500 milliards de dinars avait été dégagée pour les treize wilayas du Sud à savoir, Adrar, Tindouf, Tamanrasset, Béchar, Illizi, Ghardaïa, El Oued, Biskra, Ouargla, Laghouat, El Bayadh, Naama, Djelfa. Quelque 122 milliards de dinars ont  été alloués pour la seule wilaya d’Illizi durant la même période. Le Sud a, par ailleurs, bénéficié de plusieurs projets d’infrastructure. Route, hydraulique, etc.
L’aménagement du territoire trouve aussi sa part d’intérêt avec des projets de création de nouvelles agglomérations qui  sont à l’étude : quatre entre In Salah et Tamanrasset, deux entre Reggane et Adrar, ainsi qu’une importante agglomération entre Béchar et Tindouf. Outre cela,  il est prévu de développer une agglomération à Bordj el Haouès entre Illizi et Djanet.

Retour aux métiers de la terre
Estimant que le secteur des hydrocarbures ne peut à lui seul, répondre aux demandes d’emplois dans la  région, le ministre de l’Intérieur a préconisé le redéploiement de la main-d’œuvre juvénile   vers d’autres créneaux comme l’agriculture  et l’artisanat. La fascination du pétrole reste encore vivace dans l’esprit des jeunes qui estiment que les travaux agricoles ne nourrissent pas leur homme. Jugement erronée car de nombreux spécialistes soutiennent que l’essor du monde rural offre des solutions d’avenir et qu’une jeunesse dynamique et laborieuse peut changer le visage du pays profond et de nos campagnes.
Abdelmalek Sellal n’en pense pas moins en annonçant, depuis  Béchar, l’ouverture de plusieurs écoles d’apprentissage aux métiers de la terre pour enclencher une dynamique d’encadrement  de l’agriculture saharienne. Une filière hautement génératrice de profits. 

Le transport ferroviaire, un outil  du développement
Partant du constat abondamment éprouvé que le transport est un facteur de développement, l’Etat algérien a mis le paquet en renforçant le secteur de plusieurs projets ferroviaires intéressant la région et inscrits dans la loi de finance. On cite à ce propos, la ligne Béchar-Adrar longue de 700 km,  la ligne Béchar-Tindouf longue de 900 km qui entre dans le cadre de l’exploitation de la mine de fer de Gara Djebilet, deux autres lignes sont programmées : celle de Laghouat-Hassi Messaoud-El Oued, et les études d’une troisième ligne  In Salah-Tamanrasset ont été lancées.
Ces projets qui mobilisent d’importants budgets ne sont pas le fruit de hasard. Ils figurent dans le Plan national d’aménagement du territoire (PNAT) dont la réactualisation périodique s’effectue tous les 5 ans sur la base de  données socio-économiques.   
Le PNAT qui ne fait pas mystère d’une existence d’un déséquilibre entre le Nord et le Sud s’attelle à un rééquilibrage tendant à  promouvoir l’image de l’Algérie, et assurer un développement durable et raisonné de toutes les régions du pays, à l’horizon 2030.
En conclusion le PNAT ambitionne de rendre le Sud plus attractif pour les investissements  étrangers dans les secteurs hors hydrocarbures. Outre l’agriculture, la région renferme un potentiel touristique considérable dont l’exploitation n’est qu’à ses premiers pas.
M. Bouraib

------------------------------

Les bases de la relance
La visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya de Laghouat traduit, si besoin est, tout l’intérêt que portent les pouvoirs publics au développement du Sud. Cela, au-delà du suivi permanent qui ambitionne de donner leur efficience aux moyens mobilisés pour conduire dans la norme l’action de développement et partant, gérer les dépenses publiques avec rigueur. Force est de dire qu’il a fallu que soient  mis en œuvre le programme du Président et les plans spéciaux Sud et Hauts Plateaux pour que ce large pan du pays mette en place les bases de la relance et espère jouir du bénéfice de la politique d’équilibre régionale que sous-tendent les stratégies conçues spécialement au profit de ces régions. L’impact socio-économique des  projets structurants lancés et la mise en fonction des réalisations à l’actif de la région ne sont plus à souligner. C’est qu’au-delà de l’impératif de résorber tous les déficits, ces projets entendent conférer à la région le rôle qui est sien dans la relance économique tout en s’inscrivant en droite ligne de la quête de la cohérence du développement général. A l’ombre de la nouvelle dynamique impulsée par le programme d’investissements publics, Laghouat, à l’instar de toutes régions du pays, se projette dans l’avenir. Les projets dont elle a bénéficié sont assurément porteurs des meilleures perspectives.  De fait, Laghouat renforce son infrastructure de base et concrétise les investissements  qui sont autant de nouveaux atouts de nature à changer la donne locale et de soustraire toute la région de la léthargie. Point besoin de rappeler que les nouvelles réalisations, à l’image de la briqueterie,  viennent à point nommé pour redynamiser le marché du travail et résorber quelque peu le chômage qui y sévit et menace la cohésion sociale et la stabilité de la région. Il faut aussi dire, même si cela relève de l’évidence, que l’impact recherché de ce regain d’intérêt porté au développement local est de satisfaire les attentes sociales. Il est légitime que la région « revendique » un meilleur statut. L’action de développement en cours et la multitude de projets qui se concrétisent propulseront à coup sûr Laghouat et sa région dans une ère faite de prospérité.          
S. Lamari

----------------------------

Projets d’investissement  réalisés par les jeunes :
Généralisation de l'opération d'octroi de crédits sans intérêt

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a annoncé, samedi à Laghouat, la généralisation à travers toutes les wilayas de l'opération  d'octroi de crédits bancaires sans intérêt aux jeunes, une opération ayant  concerné jusque-là les régions du Sud et des Hauts plateaux.

Intervenant lors d'une rencontre avec les représentants de la société  civile à l'occasion d'une visite de travail dans cette wilaya, M. Sellal a indiqué que le taux d'intérêts de 1% imposé aux crédits bancaires "sera annulé de manière définitive pour tous les projets d'investissement réalisés par les jeunes à travers le pays". Dans le cadre des facilités accordées aux jeunes, il sera procédé à la prolongation de 6 à 10 ans de la durée d'exonération d'impôts et de 3 à 10 ans de la durée d'exonération de l'impôt sur le foncier.
Dans ce contexte, M. Sellal a indiqué que les modalités d'accompagnement des jeunes bénéficiaires des différents dispositifs de crédits pour la création de leurs  propres micro-entreprises productives étaient en cours d'examen. Le Premier ministre a mis l'accent sur l'impératif soutien à l'investissement  dans les secteurs public et privé, la valorisation du partenariat algéro-étranger avec le maintien de la règle 51/49 % au profit des entreprises nationales. A cette occasion, M. Sellal a appelé à adhérer à la formation de la main-d'œuvre locale notamment dans les domaines de l'agriculture et du bâtiment de manière à contribuer à la réalisation des projets de développement. Relevant l'existence d'entraves bureaucratiques qui se dressent face à la réalisation des projets de développement, M. Sellal a réaffirmé la détermination de l'Etat à lutter contre ce phénomène et contre toutes les pratiques négatives y afférentes.   La visite de travail du Premier ministre dans la wilaya de Laghouat à la tête d'une importante délégation ministérielle s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, M. Abdelaziz  Bouteflika. Au cours de cette visite, M. Sellal a inspecté une série de projets socio-économiques

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions