jeudi 23 janvier 2020 16:51:13

Lutte contre les incendies de forêt : 91% des causes de départ de feu sont inconnues

Vers la création d’un corps civil de sapeur-pompiers

PUBLIE LE : 12-05-2013 | 0:00
D.R

Ce sont plus de 100.000 hectares qui ont été décimés par le feu en 2012,
La canicule, l’importance de la biomasse, l’insuffisance d’informations et d’investigations concernant l’origine de départs de feux, les difficultés d’accès, le manque d’efficience des comités communaux, la faiblesse des moyens d’intervention, ainsi que la négligence humaine constituent les principaux facteurs qui aggravent la situation et compliquent les missions des différents intervenants dans la prévention et la lutte contre les feux de forêts.
Le bilan s’alourdit d’année en année, d’où les actions de confortement des capacités et moyens mobilisés dans le cadre de la Commission nationale de protection des forêts (CNPF) composée de 12 départements ministériels et 12 institutions nationales. Réunie, jeudi, au siège du ministère de l’Agriculture et du Développement rural sous la présidence de M. Fodil Ferroukhi, secrétaire général du MADR, la structure en question, qui fait office d’organe de coordination entre les parties concernées devait se concerter sur les actions à entreprendre au titre de la campagne 2013 de prévention et de lutte contre les feux de forêt. La rencontre a permis d’aborder le dispositif opérationnel mis en place, à travers les 40 wilayas concernées, par la DGF, la protection civile, ainsi que par l’ensemble des autres secteurs.
 Le représentant de la Direction générale des forêts a entamé son intervention par un rappel du bilan de 2012 pour affirmer qu’au 31 octobre de cette année, les données ressortent une superficie de prés de 100.000 hectares, soit exactement 99.061 ha qui ont été ravagés par le feu dont 52 204 ha en forêts, 25 839 en maquis, 14.689 ha de broussaille et 6.329 ha constitués d’autres formations. Un bilan sensiblement supérieur à celui de 2011 (19.926 ha). Ces incendies concentrés dans 6 wilayas du nord du pays ont représenté 43% à l’est du pays, 37% au centre et 20% à l’ouest, a affirmé M. Bouzbar. Au titre de l’année 2013, le schéma organisationnel prévoit un déploiement des moyens de manière à améliorer la qualité de l’intervention sur le terrain. Quarante comités opérationnels de wilaya, 461 comités opérationnels de daïra, 1.308 comités opérationnels de communes et 1.562 comités de riverains sont prévus dans le cadre de cette démarche.

Vers la création d’un corps civil de sapeur-pompiers
La DGF a également prévu de mobiliser 369 postes de vigie, 504 brigades mobiles, 21 camions ravitailleurs et 24 camions-citernes, en sus de l’aménagement de points d’eau, soit 2.575 pour approvisionner les moyens d’intervention. Des moyens qui seront appuyés par l’apport de la Protection civile, dont les colonnes mobiles où le nombre sera porté à 40 d’ici 2014, a affirmé le commandant Lahiani, sous-directeur des opérations.
Le représentant de la Protection civile, qui a mis en avant les capacités de son institution en matière de prévention et de lutte contre les feux de forêt, a fait part de la création, cette année, de pools destinés à renforcer les capacités existantes. Insistant sur la sensibilisation du citoyen, il dit la nécessité d’associer ce dernier dans la protection du patrimoine forestier et végétal dans le cadre des comités locaux. L’intervenant a souligné, au passage, que les superficies parcourues annuellement par le feu dépassent celles reboisées, soit 26.000 ha/an, et que plus de 15.000 palmiers ont été ravagées par le feu en 2012. Au titre de la prévention, le représentant de la DGF a énuméré une série de recommandations destinées à renforcer la campagne 2013,  à savoir une optimisation des effectifs des comités de villages, la nécessaire maîtrise des zones sensibles et à haut risque, une application des études d’aménagement, l’option pour la sylviculture préventive d’urgence au niveau des massifs les plus sensibles, un positionnement adéquat des dispositifs au niveau de ces zones et le renforcement des accès.
 La DGF envisage également la création d’un corps civil de sapeurs-pompiers forestiers dotés d’équipements adéquats, à positionner près des massifs forestiers, la formation d’un corps spécifiques d’agents forestiers, ainsi que le renforcement du dispositif de première intervention, et la garantie des conditions pour une meilleure coordination entre forestiers et sapeurs-pompiers. Les autres institutions, dont les travaux publics, Sonelgaz, l’ONM, la SNTF, ont également présenté leur démarche en la matière, notamment en matière d’entretien des routes et voies ferrées, de sensibilisation et de veille.
Le plan d’action n’est pas définitif et peut être, par conséquent, aménagé lors de la rencontre de juin du comité, a affirmé le SG du MADR. M. Fodil Ferroukhi a également rappelé que la prévention et la lutte contre les feux de forêt ne se limite pas à la DGF et à la Protection civile, mais qu’elle implique les collectivités locales, d’autres institutions, ainsi que le citoyen. Il fera également part de l’étude de la disposition relative à l’implication des détenus dans la démarche. Pour sa part, le DGF, M. Mohammed Seghir Nouel, a indiqué que son institution examine la possibilité de faire recours à la Défense nationale dans le cas des massifs accidentés et dont l’accès est difficile, d’autant plus que le survol aérien permet d’éviter l’élargissement du feu, a-t-il déclaré.
D. Akila
                                                                                                  

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions