mercredi 08 avril 2020 17:44:29

Amar Ghoul, lors d’une visite d’inspection dans la Capitale : La protection du littoral d’Alger en point de mire

Autoroute Est-Ouest « COJAAL doit accélérer le rythme des travaux et être à la hauteur de ses obligations contractuelles »

PUBLIE LE : 11-05-2013 | 0:00
D.R

Le ministre des Travaux publics met en relief «l’impact attendu des différents projets d’aménagement du littoral de la wilaya d’Alger sur l’activité économique, touristique et de loisirs au niveau de plusieurs sites de la côte algéroise». Long de 79 kilomètres, le littoral d’Alger, à travers les projets d'infrastructures maritimes, «doit être protégé de l’érosion». Le ministre des Travaux publics en fait une priorité. Effectuant jeudi une visite d’inspection au niveau de la capitale, Amar Ghoul a donné des instructions pour que cesse «toute anarchie donnant à la ville une image de désolation». Il ne veut plus de décharges au niveau du littoral, appelant les citoyens à s’organiser davantage et à créer des associations. Pour mot d’ordre, le ministre a choisi la propreté. Et d’insister, également, pour mieux achever les projets, sur la «création des espaces publics de loisirs pour les familles et la jeunesse, les personnes handicapées le long de cette côte». Lui emboîtant le pas, M. Rabhi Mohamed Abdenour, directeur des travaux publics de la wilaya d'Alger, a affirmé que l’aménagement de la côte, entre les quartiers du Lido jusqu’à Mohammadia, une fois achevé, «accueillera 6.000 à 7.000 estivants». Y seront réalisés, des espaces de détente et une plage artificielle. Ce projet qui sera réceptionné dans une année coûtera 700 millions de DA, ont précisé des responsables de la direction des travaux publics. M. Ghoul s’est enquis, par la suite, des derniers travaux de protection du rivage de Surcouf (Aïn Taya) contre le phénomène de l’érosion marine, en appelant l’Entreprise des travaux maritimes (Meditram) à engager des travaux permettant de gagner des superficies sur la mer. Dans ce contexte, il convient de préciser que l’autre priorité de M. Ghoul est d’achever les projets à temps et de permettre aux citoyens de trouver des espaces de repos sans altérer l’originalité de la nature. A cet effet, il met en relief «l’impact attendu des différents projets d’aménagement du littoral de la wilaya d’Alger sur l’activité économique, touristique et de loisirs au niveau de plusieurs sites de la côte algéroise». Ces projets inscrits dans le cadre du Schéma national d’aménagement du territoire (Snat) devront, notamment, favoriser l’activité économique, surtout à travers la création d’emplois au niveau des ports de plaisance et des espaces de loisirs du littoral d’Alger. Et d’ajouter : «Je veux des œuvres bien complètes, aucune livraison partielle de projets ne sera permise.» Par ailleurs, et concernant le chantier de la pénétrante 2e rocade sud à la RN24, section Boudouaou El-Bahri-Réghaïa, celui-ci «doit être livré en entier au plus tard fin juin», insiste le ministre. En termes de chiffres, six projets d’aménagement d’infrastructures maritimes sont actuellement «en cours de réalisation à l’ouest, au centre et à l’est de la capitale». Des projets de détente pour les familles algéroises et qui devraient être opérationnels dès cet été. D’autres opérations seront «prochainement lancées», a annoncé le ministre qui énumérera, entre autres, celles de la protection du rivage de Palm Beach, du Club des Pins (Staouéli) et d’Aïn Benian, le dragage du port de Sidi Fredj et la réalisation d’un abri de pêche à El-Marsa (est d’Alger). Un autre projet maritime est aussi actuellement en cours de réalisation sur la plage les «Sablettes» à Hussein Dey, où des promenades et des aires de jeu le long d’une bande côtière s’étendant du Caroubier à El-Hamma seront aménagées. Cet espace sera ouvert en partie dès cet été. Tous ces projets, relève le ministre de Travaux publics, constituent «d’importants espaces de détente et de loisirs pour les familles». Des espaces qui vont être équipés en infrastructures de services nécessaires au confort de ces familles qui s’y rendront, notamment, durant la saison estivale.         
Fouad Irnatene

Autoroute Est-Ouest
« COJAAL doit accélérer le rythme des travaux et être à la hauteur de ses obligations contractuelles »
Interrogé en marge de cette rencontre sur le retard accusé dans la réalisation de la partie est de l’autoroute Est-Ouest, Amar Ghoul s’est montré catégorique, affirmant que le consortium japonais COJAAL est «sommé d'accélérer le rythme des travaux au niveau du tronçon Constantine-Skikda, et de le livrer dans les délais  impartis». COJAAL, qui a été payé, «doit améliorer le rythme des travaux sur les tronçons restants pour l'achèvement le projet dans les plus brefs délais», a affirmé le ministre qui a tenu à souligner que le coût total des travaux de base ou complémentaires devant être réalisés dans le cadre de ce chantier «a été versé le 12 mars 2013 au Fonds national de l’investissement». «L'Etat, précise-t-il, a honoré son engagement ; et maintenant, c'est au partenaire japonais d'être à la hauteur  de ses obligations contractuelles.» Une information qu’a déjà confirmée Mohammed Ziani, directeur général des autoroutes, dans une déclaration à El Moudjahid. A ce sujet, le ministre a ajouté que pour ce qui est de l'état d'avancement des travaux du tronçon qui passe par Constantine (65 km), «tout est pratiquement achevé. Ne reste que le bitumage sur 250 mètres et l'aménagement des trois tunnels sur ce tronçon». Cet ouvrage comprend 5 échangeurs et 9 viaducs.  Il y a lieu de rappeler que 35 km du projet reliant Aïn smara à El-Merij (Khroub) ont été totalement ouverts à la circulation. D'un coût de plus de 11 milliards de dollars, l'autoroute Est-Ouest, qui s'étend  sur 1.200 km, relie les deux frontières du Maroc, jusqu’à la Tunisie.   
F. I.


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions