samedi 19 octobre 2019 13:35:58

Tizi Ouzou, Suite à une forte mobilisation citoyenne : L’otage d’Ath Zmenzer relâché par ses ravisseurs

Le jeune Ali Laceuk enterré hier Dans son village natal : Dans le calme et la dignité

PUBLIE LE : 05-05-2013 | 23:00

Enlevé lundi dernier par des individus armés au lieu-dit «Aguelaguel», non loin du chef-lieu de commune d’Ath Zmenzer, daïra de Beni Douala, quinze kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, le jeune Yazid Kahil, fils d’un entrepreneur, a été enfin relâché sain et sauf par ses ravisseurs, dans la soirée de samedi dernier, apprend-on de sources locales. L’otage a été abandonné par ses ravisseurs non loin du domicile familial, sis au village Ighil El Mal, aux environs de 23h30, avant qu’il ne soit conduit à son domicile où les membres de sa famille étaient visiblement soulagés par le dénouement heureux de cet enlèvement. La libération du jeune Yazid est intervenue après une large et intense mobilisation de la population de la localité d’Ath Zmenzer qui a initié, par le biais de la cellule de crise mise en place au lendemain de ce kidnapping, des actions en faveur de la libération sans condition de l’otage, âgé de 24 ans. Une grève générale et une caravane de sensibilisation ont été déclenchées par cette cellule de crise respectivement jeudi et vendredi derniers pour exiger la libération dans les plus brefs délais du jeune enlevé. Nos sources ont indiqué que la libération du jeune Yazid est intervenue suite à cette forte pression et mobilisation de la population de la région qui a affiché son refus catégorique de se soumettre à la demande de paiement de rançon exigée par les ravisseurs en contrepartie de la libération de ce fils d’entrepreneur. Les auteurs de cet enlèvement auraient exigé à la famille de l’otage le paiement d’une rançon de 250 millions de centimes en contrepartie de la libération de son enfant, selon des sources très informées, qui nous ont également précisé que la famille de l’otage a refusé de satisfaire l’exigence des ravisseurs.  
Bel. Adrar 

Le jeune Ali Laceuk enterré hier Dans son village natal
Dans le calme et la dignité
C’est dans une atmosphère chargée de tristesse que le jeune Ali Laceuk, retrouvé mercredi dernier sans vie à l’intérieur d’un puits au village Taazibt, commune de Naceria (Boumerdès), plus de deux mois après sa disparition, a été enterré dans l’après-midi d’hier au cimetière de son village natal, Talla Khelil, commune d’Ait Mahmoud, daïra de Béni Douala, une quinzaine de kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou. Une foule très nombreuse, triste, digne et non moins consternée, a accompagnée le jeune Ali, ravi aux siens à la fleur d’âge (24 ans) par un criminel sans scrupule qui était de surcroît une connaissance de la famille, à sa dernière demeure. L’enterrement s’est déroulé dans la dignité conformément à la volonté de la famille de la victime qui a invité tous ceux qui sont venus compatir à sa douleur de faire preuve de sagesse durant les funérailles. Le défunt Ali Laceuk, porté disparu depuis le 22 février dernier, date à laquelle il avait un rendez-vous avec celui qui l’avait exécuté de sang-froid, a été repêché mercredi dernier, soit plus de deux mois, en état de décomposition avancée de l’intérieur d’un puits au village Taazibt (Naceria). Juste après cette découverte macabre, les services de sécurité de la wilaya de Boumerdès ont procédé à l’arrestation de quatre individus, dont le principal présumé auteur de cet acte sauvage qui n’est autre que celui avec lequel la victime avait rendez-vous le jour de sa disparition.
     Bel. Adrar

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions