vendredi 06 dcembre 2019 18:05:17

Violence en milieu scolaire : Un phénomène à prendre au sérieux

Voilà un phénomène qui nous interpelle tous et qui devrait donc mériter un peu plus d’attention.

PUBLIE LE : 06-05-2013 | 0:00
D.R

Voilà un phénomène qui nous interpelle tous et qui devrait donc mériter un peu plus d’attention. Tant sa progression et sa récurrence inquiètent tous les lecteurs du psy, c'est-à-dire autant les pédagogues, les sociologues que les pédo-pédagoques.
 D’ailleurs, ils sont unanimes à définir ainsi ce phénomène considéré non sans pertinence comme « le reflet de la violence répandue dans une société », selon madame Kaced Malika, qui s’exprime donc es qualité. Il faut savoir que ce phénomène est à caractère universel en ce qu’il concerne pratiquement une bonne partie de la planète. De fait vouloir en faire porter le chapeau aux seuls tiers-mondistes relève de quelque sectarisme primaire. Car ce phénomène mondial donc de par son ampleur a déjà suscité moult inquiétudes des organisations internationales et particulièrement de l’ONU qui aura la bonne idée de lui consacrer carrément une Assemblée générale en 1998 pour rappel. Organisation par ailleurs qui ne se suffira point de ce seul dispositif préventif puisque la même année au demeurant verra « la création de l’observatoire Européen de la violence en milieu scolaire ». C’est dire si ce phénomène est donc pris très au sérieux de par toutes ses répercussions sur l’ensemble de la collectivité. Or et tous les spécialistes le concèdent volontiers « il faut d’abord en connaître les causes pour mieux se prémunir contre les effets ».
Dans les causes principales de tous les dépassements afférent à cette population juvénile les spécialistes y voient notamment « l’absence de communication et de dialogue parents-enfants qui y est pour beaucoup dans la propagation de ce fléau ». Au vrai il y a lieu de distinguer deux facteurs à l’origine de ce fléau : les facteurs endogènes et les facteurs exogènes. Autrement dit les premiers sont imputables essentiellement au milieu familial, les seconds à ce que l’on pourrait appeler la périphérie. Dans cette optique on peut citer pêle-mêle et sans grand risque d’écart : la rue, les mauvaises fréquentations, les jeux vidéo violents, etc. Pourtant il ne faut pas uniquement jeter la pierre aux enfants puisque et toujours aux dires des spécialistes « les mauvais comportements de certains enseignants contribuent hélas aux germes de la violence ». Il en est ainsi lorsque des enseignants font preuve «  de discrimination entre certains élèves ». Outre les fameux châtiments corporels pourtant strictement interdits par la législation en vigueur et dont une partie des enseignants « use et abuse avec une insoutenable légèreté » , prenant parfois le risque créer de provoquer des traumatismes à vie lorsque cela ne se termine pas par un véritable drame. Pour madame Malika Kaced qui sait de quoi elle parle l’urgence de recourir aux nécessaires garde-fous « saute aux yeux ». Elle propose dans cette optique « la création d’un conseiller d’orientation éducative et pédagogique dans les écoles primaires et lycées ». Enfin, d’autres spécialistes pointent du doigt l’ancienne mesure remontant à 1993 et ayant trait « à la fermeture des ITE  ou instituts de technologie de l’éducation » et son corollaire immédiat, « l’insuffisance de la formation des enseignants ». Comme on le voit donc, on aurait dû peut-être ne pas trop précipiter les choses, bien qu’il ne soit jamais trop tard pour bien faire…
    A. Zentar
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions