samedi 24 aot 2019 04:01:19

5e congrès du MSP : Qui succédera à Bouguerra Soltani ?

Tout en se déclarant « disposé à rendre des comptes devant le congrès et les institutions compétentes du MSP », le président partant du MSP affirme qu’il « assume personnellement et entièrement la responsabilité morale de tous les points négatifs entre août 2003 et avril 2013 ».

PUBLIE LE : 03-05-2013 | 23:00
D.R

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), M. Bouguerra Soltani, a appelé le mouvement à «œuvrer sérieusement à réactualiser ses textes et à se restructurer pour s'adapter à la conjoncture qui s'accélère et répondre aux ambitions d'une jeunesse aspirant à un avenir meilleur, loin de l'opportunisme de ceux qui veulent exploiter le mécontentement des jeunes à des fins politiques et idéologiques», a-t-il souligné.

Tout en se déclarant « disposé à rendre des comptes devant le congrès et les institutions  compétentes du MSP », le président partant du MSP affirme qu’il « assume personnellement et entièrement la responsabilité morale de tous les points négatifs entre août 2003 et avril  2013 ». Intervenant à l’ouverture des travaux du 5e congrès de son parti, il a précisé que le MSP a « dépassé le stade du charisme des individus » qui « a caractérisé  les dix dernières années et se trouve aujourd'hui conforté par le charisme des institutions qui préserve tout parti politique de sombrer dans la dictature »,  a-t-il ajouté. Dans ce sillage, le leader du MSP a appelé les Algériens à « adhérer  tous ensemble au processus de développement pour réaliser la prospérité économique et la sécurité sociale ». M. Soltani a indiqué que « cet appel s'adresse à tous les Algériens, car la bataille aujourd'hui est, en premier lieu, économique ». Précisant que son mouvement détenait toujours des cartes  politiques gagnantes « s'il réussissait à rassembler le courant nationaliste en  Algérie, d'autant qu'il avait fourni un gage sincère dans ce sens », M. Soltani a rappelé que « le MSP avait contribué, dans les circonstances qu'aura connues l'Algérie, à la stabilité de l'Etat et la préservation des constantes nationales de l'extrémisme ». Dans ce sillage, il a encouragé les courants islamiques à œuvrer pour la mise en place d'une culture de coexistence, de coopération et d'alliance, et à comprendre que « s'ils n'appliquaient pas le principe d'alternance dans les responsabilités au sein de leurs partis, ils ne le feront jamais quand ils  détiendront le pouvoir », a-t-il développé. Par ailleurs, M. Soltani a estimé que « le MSP doit  élargir son champ politique et s'ouvrir aux compétences nationales pour accueillir davantage de jeunes, de femmes et d'étudiants ». « Le courant islamique en Algérie et dans les autres pays doit s'ouvrir aux nouvelles réalités », a-t-il appelé et ce, dit-il par « l'élaboration d'un projet national qui dépasse les dimensions de son mouvement sous le générique du parachèvement de la construction d'un Etat rassembleur de tous les Algériens », estimant que « ce projet serait le nouveau cadre que le MSP devrait adopter à l'avenir ». « L'Algérie qui célèbre le 50e anniversaire de son indépendance a  besoin de bâtir un rempart national qui préserve ses constantes et son unité  et favorise la confection d'une constitution consensuelle », a-t-il expliqué. A noter que les travaux du 5e congrès du MSP ont débuté jeudi à la coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf en présence de 1.400 délégués. Des personnalités nationales et de délégations de plusieurs pays arabes et étrangers ont participé à l'ouverture du congrès. Etalée sur trois jours, cette rencontre, qui sera clôturée aujourd’hui, devra adopter les projets futurs du parti et sa politique générale, et verra l'élection du nouveau président du mouvement, ses vice-présidents et le président du Conseil consultatif (Majliss El-Choura). Tous les délégués présents sont habilités à diriger le parti, à l'exception du président en exercice, Bouguerra Soltani, qui a réitéré qu'il « ne se portera pas candidat et se contentera de rester dirigeant au  MPS », avait indiqué le président de l'instance nationale du parti chargée de  l'organisation du congrès, Naâmane Laouar. « L'instance a entamé ses activités depuis plus de 8 mois et a pris en charge l'élaboration des projets de résolution qui seront présentés devant les congressistes », a-t-il indiqué. Pour rappel,  le MSP avait tenu son 4e congrès en 2008, et depuis, plusieurs de ses  cadres ont quitté le parti pour constituer leurs formations politiques.
Sihem Oubraham


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions