jeudi 06 aot 2020 10:58:14

Célébration de la fête du travail : Louh préside les festivités à Mascara

M. Sidi Said, SG de l’UGTA : “La question de l’emploi au centre de nos préoccupations”

PUBLIE LE : 01-05-2013 | 23:00
D.R

Un groupe de travail ministériel s’attelle à l’augmentation de la prime du Sud.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité  sociale, M. Tayeb Louh, a annoncé, hier à Mascara, qu'un groupe de travail ministériel s'attelle actuellement à l'augmentation de la prime du Sud.         
 "Cette commission est en phase d'élaboration de l’augmentation de la prime du Sud sur la base des salaires de 2008 au lieu de ceux de 1995, suite à la révision du statut de la fonction publique", a indiqué le ministre dans une allocution prononcée lors d'un rassemblement à la wilaya, à l'occasion de la fête des travailleurs.         
 Ce travail devra être achevé prochainement, a-t-il ajouté, avant d'annoncer en outre la mise en application, au cours de ce mois de mai, des augmentations annuelles des pensions de retraite au titre de l’année en cours. M. Louh a également indiqué qu’une étude est en cours d’élaboration par les spécialistes pour que l'État prenne en charge tous les intérêts des crédits bancaires destinés aux jeunes dans le cadre des différents dispositifs  et programmes initiés par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,  au profit de la jeunesse.           
Le ministre a mis l’accent, au cours de ce rassemblement, qui a vu la participation d'un grand nombre de cadres syndicaux et de travailleurs, sur "les acquis concrétisés au profit des citoyens et des travailleurs depuis 1999,  notamment avec le retour de la sécurité et de la stabilité au pays", affirmant que "l'Algérie a pu amorcer un décollage économique et social après des années douloureuses ayant enregistré la suppression de 400.000 postes d’emploi et la fermeture de centaines d'usines et d’entreprises".          
M. Louh a en outre rappelé que depuis l’an 2000, l'Algérie a enregistré une refondation de ses infrastructures de base, une politique sociale forte, en plus de l’amélioration du pouvoir d'achat par l'augmentation plusieurs fois du salaire minimum et des salaires des travailleurs de la fonction publique et du secteur économique dans le cadre du dialogue entre le gouvernement et  l'UGTA, à la faveur des divers programmes de développement initiés par le Président de la République.          
D'autre part, le ministre a indiqué que le nombre des bénéficiaires de la carte Chiffa en Algérie a atteint 28 millions.          
Les festivités du 1er mai ont donné lieu à l’organisation de la traditionnelle course des facteurs au centre de Mascara, ainsi qu’une exposition mettant en évidence les dispositifs d’emploi.         
Des chèques ont été remis aux porteurs de projet soutenus par les différents dispositifs d’emploi.

---------------------------------

M. Sidi Said, SG de l’UGTA :
“La question de l’emploi au centre de nos préoccupations”

El Moudjahid : Quel message la Centrale syndicale veut délivrer, en ce 1er mai 2013, aux travailleurs algériens ?
M. Sidi Saïd : Tout d’abord je veux exprimer, au nom de la direction nationale de l’UGTA, au nom des travailleuses et des travailleurs et en mon nom personnel, un prompt rétablissement à Son Excellence le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.
Le message que nous délivrons aux travailleuses et aux travailleurs à l’occasion de la fête internationale du Travail est d’abord un message d’espoir,  de la poursuite des efforts, d’engagement patriotique et de solidarité pour donner à notre pays et à notre économie toutes les ambitions attendues pour une croissance économique et un épanouissement social, tout en les remerciant pour tous leurs efforts, tout en les saluant fraternellement pour leur fidèle engagement à la construction du pays, et au redressement des entreprises, un engagement qui a rendu possible nos aspirations pour une société stable et de progrès social.
C’est aussi l’opportunité pour nous, de  rendre un vibrant hommage à toutes et à tous ceux qui ont contribué, et répondu  à la sauvegarde de la patrie par le sacrifice. Ainsi, l’œuvre de chacun est de contribuer à la consolidation d’une nation indépendante, forte et démocratique. Toutes ces valeurs patriotiques confortent indéniablement l’esprit de l’UGTA.

Le pouvoir d’achat et la création d’emploi sont des préoccupation essentielles pour les citoyens algériens. Quel regard porte la Centrale syndicale sur ces questions et sur les solutions à mettre en œuvre ?
L’UGTA, en plus de la revalorisation des salaires, et des réalisations sociales qui ont été obtenues et qui contribuent fortement au bien-être des travailleurs et de leur famille, ce préoccupe également  d’autres effets tels que l’inflation et le spectre de l’informel qui affectent, comme vous le savez, le pouvoir d’achat.
La question de l’emploi que nous examinons et traitons avec nos partenaires est continuellement au centre de nos préoccupations. Elle fait l’objet de suivi permanent. Il est évident de dire que les programmes actuels de relance économique, par le développement du tissu industriel, et de son redressement, de celui des PME/PMI, et tous les programmes  de développement  économiques engagés constituent à nos yeux la base de la multiplication des postes d’emplois.
L’UGTA s’est constamment impliquée dans ces deux questions. A chaque tripartite et bipartite, l’UGTA a milité pour la multiplication et la création des postes d’emplois. Elle continuera par ces propositions à participer au traitement de ce dossier, tout comme elle n’a cessé de défendre la promotion de la production nationale.
Ces deux questions cardinales sont traitées de manière continue et leur accompagnement revêt un caractère permanent. Il est important de signaler que les partenaires sociaux ont traité avec beaucoup d’attention ces questions dans le cadre des bipartites et tripartites. Les efforts actuellement entrepris pour la relance de notre industrie et de notre économie en générale doivent aux  répondent aux attentes en matière d’emploi.

La nécessite de renforcer le dialogue social et ses instruments n’est plus à démontrer pour consolider les conditions favorables à la croissance. Quelles sont les mesures que préconise l’ugta pour améliorer la mobilisation et la syndicalisation des travailleurs ?
A titre de rappel, le processus du dialogue social a été entamé depuis janvier 1990, grâce à cette volonté partagée, nous avons tenu 14 bipartites et 16 tripartites, lesquelles ont touché l’ensemble des points concernant l’activité économique et sociale. Cette méthodologie d’action basée sur la démocratie sociale a permis de transcender  les écueils touchant les activités économiques et sociales. L’expérience algérienne en matière de dialogue social a été valorisée, consacrée par la conférence internationale du travail en juin 2005 lors de la présentation du lancement du Pacte national économique et social par le Président de la République.
Le cheminement national de ce dialogue social a été couronné par la ratification d’un pacte national économique et social en octobre 2006 par les différents partenaires sociaux.
Cette ratification à l’honneur de notre pays et nous le disons avec beaucoup de fierté, a été saluée par toutes les institutions internationales et les organisations syndicales régionales et internationales. C’est à juste titre que nous disons que l’action syndicale basée et animée par la volonté et la conviction de rechercher de solutions aux multiples préoccupations légitimes des travailleurs s’articule autour de cette noble approche qu’est le dialogue social et le consensus. Cette démarche civilisationnelle nous a permis de répondre aux  différentes préoccupations des travailleurs.
Ceci étant, les résultats de cette dynamique vont à l’endroit du monde du travail, des retraités et de notre société en général. Les travailleuses et les travailleurs ressentent  ces améliorations dans leur quotidien et leur bien-être.
Vous comprendrez que l’UGTA est engagée dans le processus d’amélioration constante des conditions de travail et de vie des travailleurs et de leurs familles et par voie de conséquence d’édification d’une société moderne, de stabilité et de progrès économique et social, tournée vers un avenir prospère.
Nous sommes convaincus que l’UGTA est ressentie positivement par les travailleurs qui jouissent pleinement de la vie démocratique et constructive qui anime la vie syndicale au sein de l’UGTA. L’UGTA appartient à tous travailleurs. Elle répond à leurs aspirations et prend en charge les problèmes socioprofessionnels avec sérénité, dans le cadre du dialogue et de la concertation.
Entretien réalisé
par Yacine Ould Moussa

-------------------------------------

M. Tayeb Louh , ministre  du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale à El Moudjahid
“La pénurie de main-d’œuvre, reste un défi majeur que notre pays  doit relever”

El Moudjahid :  Quel bilan faites-vous au niveau de votre département ministériel en ce qui concerne l'emploi et le chômage et à la lumière de ce qui est constaté sur le terrain et de ce qui est relevé par les institutions et organismes nationaux et internationaux ?  
M. Louh : Le bilan qui peut être fait de l’évolution des principaux indicateurs de l’emploi et du chômage peut être considéré comme extrêmement positif dans la mesure où la courbe du chômage ne cesse de régresser depuis le début des années 2000. Ceci traduit un volume de création d’emploi  qui, non seulement absorbe la demande additionnelle mais également une partie du stock de demandeurs d’emploi.
Ceci est d’ailleurs unanimement reconnu par les institutions internationales spécialisées qui ont observé un recul constant du niveau du chômage dans notre pays. On assiste même, selon les données de  l’Office National des Statistiques, à une baisse du chômage des jeunes et des diplômés, qui demeure toutefois encore élevé par rapport à la moyenne nationale.
Le PNUD et l’OIT, dans un rapport récent, ont souligné l’apport déterminant de l’Algérie dans la baisse du taux de chômage global dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.
Par ailleurs, le FMI, tout en notant les performances de l’Algérie dans ce domaine, prévoit, pour les années à venir, la poursuite de la baisse du niveau de chômage dans notre pays. 

Le gouvernement a rassuré la population, surtout les jeunes, notamment dans le Sud, quant à la disponibilité de l'Etat à prendre en charge sérieusement leurs doléances, qu'est-ce qui se fait concrètement dans ce cadre ?   
Il faut rappeler  qu’une  attention particulière a toujours été accordée par les pouvoirs publics à la promotion de l’emploi et particulièrement de l’emploi des jeunes, que ce soit à travers l’emploi salarié ou bien l’appui à la création d’activités.
Pour ce qui est de la problématique de l’emploi des jeunes, deux mécanismes ont été mis en place par le plan d’action pour la promotion de l’emploi et la lutte contre le chômage pour d’une part, améliorer l’employabilité des jeunes dans le cadre de l’emploi salarié  à travers le Dispositif d’Aide à l’Insertion Professionnelle (DAIP) et d’autre part, pour développer l’esprit d’entrepreneuriat à travers les dispositifs publics de soutien à la création d’activités gérés par l’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des jeunes (ANSEJ) et la Caisse Nationale d’Assurance Chômage (CNAC).
Des améliorations substantielles ont été apportées à ces dispositifs grâce aux mesures décidées lors du Conseil des ministres du 22 février 2011. Pour rappel, ces mesures ont porté notamment, en ce qui concerne les jeunes insérés dans le cadre du DAIP, sur l’amélioration des rémunérations et l’allongement des durées d’insertion et pour ce qui est des dispositifs de soutien à la création d’activités sur la réduction de l’apport personnel, l'élargissement du seuil maximal de bonification des taux d'intérêts sur le crédit bancaire (à savoir 80% au Nord et 95% au Sud et dans les Hauts Plateaux) aux activités dans le bâtiment, travaux publics et l'hydraulique (BTPH) et l'Industrie de transformation, l'extension des périodes de différés à une année sur le remboursement des intérêts et de 3 années sur le paiement du principal du crédit bancaire, l'octroi, si nécessaire, de prêts non rémunérés supplémentaires pour couvrir les frais de location du local destiné à l'activité, pour l'acquisition d'un véhicule aménagé en atelier et pour la location d'un local destiné à servir de cabinet groupé et enfin l'instauration d'une période de trois années durant laquelle la micro entreprise évoluera graduellement vers une fiscalisation totale à l'issue de la période d'exonération.
Par ailleurs, il a été décidé également la réservation d'un quota de contrats publics locaux aux micros entreprises, mesure qui a fait l’objet de l’article 55 ter du code des marchés publics.
Tout récemment, la question de l’emploi des jeunes dans les wilayas du Sud du pays a fait l’objet d’une instruction du Premier ministre. Cette instruction vise :
• à promouvoir le recrutement des  jeunes dans les dix wilayas du Sud, à travers  notamment la priorité au recrutement de la main-d’œuvre locale et  l’amélioration de leurs qualifications par la formation dans les métiers demandés par le marché du travail local ;
• à suivre la concrétisation, sur le terrain, des mesures prévues par cette instruction, à travers l’institution d’une commission intersectorielle présidée par  les walis ;
• à redynamiser la création de micro entreprises par les jeunes du Sud du pays, à travers l’augmentation de la bonification du taux d’intérêt bancaire qui a été portée de 95% à 100%. Par ailleurs, une instruction a été adressée par  le Premier ministre à l’ensemble des établissements bancaires à l’effet de décentraliser la décision d’octroi de crédit au niveau des agences de wilaya ;
• à faire appliquer par les entreprises sous-traitantes une grille de rémunérations qui ne saurait être inférieure à 80% des grilles en vigueur  dans les entreprises donneuses d’ordres.
En ce qui concerne l’emploi d’une manière générale, il importe également de rappeler qu’en complément aux exonérations fiscales prévues par le Code des investissements, le Conseil des ministres du 22 février 2011 a pris d’importantes  décisions en vue de favoriser la création de petites et moyennes entreprises.
Ces décisions portent notamment sur la facilitation de l’accès au foncier pour l’investissement, l’amélioration du financement de l’investissement,  et l’augmentation de l’allégement des charges patronales pour le recrutement des jeunes demandeurs d’emploi,
Les différentes décisions prises par les pouvoirs publics montrent à l’évidence que la question de l’emploi est une  question transversale qui n’est pas du seul ressort des services locaux de l’emploi mais qui doit être abordée selon une approche intersectorielle en privilégiant notamment la promotion d’un développement local visant à mettre en valeur les potentialités de chaque région en orientant les investissements vers des créneaux générateurs d’emploi.     
Et pour assurer la mise en œuvre de ses mesures sur le terrain ; un contrôle rigoureux doit être  pratiqué par tous les secteurs concernés en l’occurrence, l’énergie, la formation professionnelle, le commerce, collectivités locales, etc.

Quelles perspectives pour la prise en charge du problème de l'emploi ?  
En ce qui concerne les perspectives en matière de prise en charge du problème de l’emploi, il convient de se référer au programme du gouvernement pour la période 2013-2014  qui a inscrit la création d'emplois comme objectif stratégiques de la politique nationale de développement. A ce titre, les efforts visant à atteindre l'objectif de création de trois millions d'emplois durant le quinquennat 2010-2014 seront poursuivis et renforcés à travers notamment l'amélioration du taux annuel de croissance économique hors hydrocarbures, la poursuite des programmes publics d'investissements et la promotion d'une économie de production créatrice de richesses et d'emplois.
Dans cette perspective, le programme du gouvernement prévoit d’une part, la redynamisation des filières dans lesquelles notre pays dispose d'un potentiel important et de marchés porteurs telles que l'industrie, le B.T.P.H., le tourisme, les nouvelles technologies de l'information, etc. et d’autre part, la levée des contraintes et la poursuite de l'encouragement de l'investissement productif à travers tout le territoire national, notamment dans les régions du Sud et des hauts plateaux.
Par ailleurs, le programme de mise à niveau des entreprises viables, activant dans les secteurs porteurs, à fort potentiel d'exportation et générateurs d'emploi sera poursuivi et renforcé.
La mise en œuvre de toutes ces mesures permettra la création d'emplois économiques durables qui se substitueront  progressivement aux emplois d'attente créés dans le cadre des dispositifs publics de promotion de l'emploi bien que la contribution de ces derniers soit maintenue avec une orientation plus marquée vers les secteurs productifs.
Pour ce qui est de l’adéquation entre l’offre de formation et les opportunités d’emplois, un effort particulier doit se concentrer autour  du renforcement des liens entre le monde du travail et le monde de la formation. La formation initiale doit être fortement liée aux besoins du marché du travail et doit privilégier les formations sur des spécialités demandées par les employeurs  et qui sont inexistantes sur le marché du travail  local, notamment dans le BTPH, l’agriculture et l’industrie pétrolière.
Ceci dit, la pénurie de main-d’œuvre notamment qualifiée reste un défi majeur que notre pays doit relever. A cet effet, nous devons agir là où le besoin en métiers se fait sentir. C’est en procédant de la sorte que nous pourrons utiliser au mieux les potentiels encore inexploités au sein de notre société afin de bâtir une économie solide, dynamique et concurrentielle.
Entretien réalisé
par Farid Bouyahia

---------------------------------------

Rassemblement à la Centrale syndicale
Un rassemblement a été organisé  hier  à la Maison  du Peuple (Alger) auquel ont participé des travailleurs représentant différentes  entreprises du secteur public de la wilaya d'Alger à l'occasion de la fête des Travailleurs. Une gerbe de fleurs a été déposée à cette occasion au pied de la stèle commémorative érigée à la mémoire de l'ancien secrétaire général de l'Union  générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelhak Benhamouda.  Le secrétaire national chargé de la formation à la Centrale syndicale, Hachemi Benmouhoub, a relevé la nécessité d'œuvrer à la promotion du rôle de la Centrale syndicale pour une prise en charge effective des préoccupations des travailleurs. Il a également souligné l'importance de concrétiser la démocratie au sein des structures de l'UGTA et permettre l'émergence des compétences capables  d'assumer les responsabilités afin de défendre les intérêts des travailleurs. M. Benmouhoub a, dans ce contexte, appelé les militants de l'UGTA à encourager les jeunes et les femmes au sein des structures de l'Union pour "relever les  défis de l'heure".         
Pour l'intervenant, les préoccupations de la Centrale syndicale durant la prochaine étape résident dans la reconstruction de l'Union pour renforcer et promouvoir l'organisation syndicale conformément à ses principes, surtout,  a-t-il dit, "à l'approche de la tenue du congrès de l'Union.

Bejaia
Des marches à l’appel de l’Union de wilaya
Les festivités marquants  le 1er Mai, fête du Travail, a été marqué à Bejaia par une marche de plusieurs centaines  de  travailleurs des différentes sociétés organisée  à l’appel de l’union de wilaya UGTA de Bejaia  qui ont sillonné les principales artères de la ville. Cette marche qui a enregistré  la participation des  travailleurs  et représentants syndicaux locaux s’est ébranlée de la maison de la culture pour s’achever devant le siège de la wilaya  où ils ont dénoncé à travers leur action, la cherté du pouvoir d’achat et exigés l’augmentation des salaires, la régularisation des travailleurs des corps communs et la relance d’un plan de charge pour les entreprises. Les travailleurs des entreprises Getic d’El Kseur et de la Socerca d’Amizour ont tenu à marquer leur présence pour attirer l’attention des responsables locaux sur la situation de leur entreprise. Par ailleurs, outre les facteurs qui ont organisé leur traditionnelle marche à travers les rues de la ville, plusieurs activités sportives et des galas artistiques ont été organisés pour marquer ce 1er mai 2013.
M. Laouer   

Le FFS aux travailleurs
"Etre vigilant" et  "ne pas céder aux manipulations extrémistes"
Le premier secrétaire du FFS a appelé hier à Alger les travailleurs algériens à "être vigilants" et "à ne pas céder aux manipulations et aux tentations extrémistes". "Tout ce qui se passe autour de nous, nous exhorte à être lucides et vigilants. Nous ne devrons pas céder aux manipulations et aux tentations extrémistes", a affirmé M. Ali Laskri au cours d'une rencontre, à l'occasion de la fête des Travailleurs. "Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire que la situation sociale est intenable, que la précarité est excessive (...). Il n'y a pas de solution miracle. La mobilisation pacifique est le seul remède pouvant mettre fin à cette  dégringolade", a-t-il poursuivi. Pour M. Laskri, les mobilisations syndicales récurrentes "incitent à  l'optimisme" et témoignent de "la vitalité de la société" algérienne, ajoutant toutefois qu'il fallait réunir les conditions "d'un saut qualitatif dans l'action  syndicale pour la construction de la société par la voie pacifique". Pour lui, la fête des travailleurs intervient, cette année, dans un  contexte marqué par "la grogne sociale et le regain de tension" entre les travailleurs et les pouvoirs publics. "Le pays subit des transformations économiques très violentes et des mutations sociales rapides et ce sont malheureusement les couches sociales les plus défavorisées qui paient le prix fort", a-t-il dit, observant que le chômage avait atteint des proportions "alarmantes et la précarité devient la règle". M. Laskri a appelé, en outre, à "la réhabilitation du politique et du vrai sens de l'action collective et à ne pas céder aux sirènes de la manipulation".

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions