mercredi 18 octobre 2017 12:01:31

Paiement de rançons aux terroristes

Trésor US : « Les États-Unis et l’Algérie ont la même approche »

PUBLIE LE : 25-04-2013 | 0:00
D.R

Les États-Unis et l'Algérie partagent la même approche dans la lutte contre le financement du terrorisme, en refusant de payer les rançons aux groupes terroristes contre la libération d'otages, a affirmé M. David Cohen, sous-secrétaire américain au Trésor chargé de La lutte contre le financement du terrorisme et du renseignement financier. M. Cohen a tenu ces propos en réponse à une question de l'APS, lors d'une conférence de presse tenue mardi à Washington, consacrée à la lutte contre le financement du terrorisme au Moyen-Orient. À ce propos, il a déclaré que ''le gouvernement algérien a la même approche que celle des États-Unis, qui est celle de ne pas payer de rançons aux terroristes preneurs d'otages''. Cette position, a-t-il souligné, ''est cohérente avec la politique américaine, et c'est quelque chose que nous soutenons''.
Pour le patron de la lutte contre le financement du terrorisme auprès du département du Trésor, la politique américaine repose sur ''une interdiction ferme du gouvernement des États-Unis à payer des rançons à une organisation terroriste ou à faire toute sorte de concession''.
 Dans ce sens, il a expliqué que les États-Unis étaient convaincus que leurs citoyens ''sont mieux protégés dans le long terme, en faisant comprendre clairement aux terroristes qu'ils ne peuvent pas obtenir de financements par la prise d'otages à travers la recherche de rançons'' auprès du gouvernement américain. Afin de sensibiliser la communauté internationale sur cette question, M. Cohen a indiqué que les États-Unis travaillaient avec les pays à travers l'Europe, l'Afrique du Nord et partout dans le monde dans le but de développer une approche unifiée face à cette forme de financement du terrorisme.
 Selon lui, il s'agit d'un mécanisme auquel recourent de plus en plus les organisations terroristes pour se financer, en citant Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) et Al Qaeda de la péninsule arabique (AQAP). Interrogé s'il pouvait confirmer que la France versait des rançons aux groupes terroristes dans les cas de prise d'otages français, notamment dans la région du Sahel, M. Cohen a répondu : ''En ce qui concerne les Français, nous avons été en consultation active avec le gouvernement français sur cette question, et je pense que je vais m'en tenir là (dans ma réponse, ndlr).'' M. Cohen avait effectué, en octobre dernier, une tournée en Europe où il s'était réuni avec plusieurs hauts responsables en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni, pour tenter de se concerter avec ses interlocuteurs européens sur la lutte contre le versement de rançons aux terroristes.
Qualifiant cette forme de financement comme un "cercle vicieux", ce haut responsable américain avait alors expliqué, lors de sa tournée européenne, que si la communauté internationale a obtenu des succès pour contrecarrer les méthodes traditionnelles d'El-Qaïda pour le financement du terrorisme, ses groupes affiliés, dont essentiellement AQMI et AQAP, tirent leur force des fonds accumulés à travers les rançons versées par des pays dont sont originaires les otages.
Selon les chiffres avancés par M. Cohen, les organisations terroristes ont collecté environ 120 millions de dollars en paiements de rançons, au cours des huit dernières années, précisant que le montant moyen d'une rançon par otage payée à AQMI est passé de 4,5 millions de dollars en 2010 à 5,4 millions de dollars en 2011.
APS

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions