samedi 24 aot 2019 03:57:07

Contestation dans le monde arabe : Des experts dénoncent l’instrumentalisation des mouvements

Des experts ont mis à l’index, samedi soir à Marseille, l’instrumentalisation par certains pays occidentaux des mouvements de contestation populaires dans des pays d'Afrique du Nord et du Proche-Orient, en «fabriquant» des «révolutions pilotées», destinées à déstabiliser les régimes en place, et à préserver leurs intérêts dans ces régions.

PUBLIE LE : 07-04-2013 | 23:00
D.R

Des experts ont mis à l’index, samedi soir à Marseille, l’instrumentalisation par certains pays occidentaux des mouvements de contestation populaires dans des pays d'Afrique du Nord et du Proche-Orient,  en «fabriquant» des «révolutions pilotées», destinées à déstabiliser les régimes  en place, et à préserver leurs intérêts dans ces régions. Le Sahel comme nouveau foyer de déstabilisation régionale et internationale, en raison de la dissémination de divers armements consécutive au conflit en Libye et des menaces qui pèsent sur la sécurité des pays de la région, a aussi été évoquée par ces experts, réunis lors d’un colloque organisé à l’initiative de l’Union des universitaires algériens et franco-algériens (Ufac) sous le thème «Printemps arabes et guerre au Sahel, acteurs et enjeux véritables».          
La tenue de cette rencontre est précisément dictée par «la menace avérée qui vise l’intégrité, la souveraineté et les ressources vitale des pays de ces régions», a souligné le président et fondateur de l’Ufac, Abdelkader Haddouche.                  
Intervenant à son tour, Mme Saida Benhabyles, ancienne ministre et Prix des Nations unies pour la paix civile, a rappelé l'intervention militaire de  la France et de l'OTAN en Libye. «Pour éviter tout quiproquo», elle a indiqué que sa prise de position concernant les «printemps arabes» est loin d’être une «défense des dictatures qui dirigeaient ces pays, encore loin une remise en cause des préoccupations et aspirations légitimes des populations, telles que la liberté, la dignité, la justice sociale et la démocratie».          
Pour Mme Benhabyles, le mal sociétal est «réel» mais le problème, a-t-elle  ajouté, réside dans le fait qu’il a été «instrumentalisé» à des fins géostratégiques, économiques, «servant les intérêts de certains pays et non pas de ceux qui se sont soulevés dans ces régions».          
Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie à l’Unesco, a considéré  que la chaîne de télévision Al Jazeera a joué un «rôle primordial», dans la  manipulation de l’opinion internationale sur le mouvement de contestation populaire  en Tunisie. Hasni Abidi, directeur du Centre d’étude et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Genève) insisté dans son intervention sur l’intégration maghrébine, estimant que les événements que vit aujourd’hui, le monde arabe nécessitent une «réflexion sur cet espace maghrébin tant rêvé». Evoquant le Sahel, Yves Bonnet, écrivain, ancien député et directeur de la direction de la sécurité du territoire, considère que la situation qui prévaut dans cette région est «largement l’héritage du colonialisme européen».  
«Ce qui s’est passé en Libye est le résultat d’une conspiration internationale. Je l’ai déjà dit et les événements m’ont donné raison car on a ouvert la cage aux oiseaux», a-t-il affirmé. «En l’occurrence, ces oiseaux ce sont à la fois des terroristes d’Al Qaïda et des armes qui se sont répandus dans le Sahel, où se sont repliés les  groupes armés du GIA et du GSPC, et contre lesquels l’armée et les services sécurité algériens ont remporté des succès très importants», a constaté cet ancien responsable du renseignement français.     
«Après le chaos provoqué par les méfaits et les horreurs du terrorisme, l’Algérie manifeste aujourd’hui, une grande stabilité», a observé par ailleurs,Yves Bonnet .
APS

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions