mercredi 16 octobre 2019 00:58:15

Hypertension artérielle : Un adulte sur trois en souffre

Un adulte sur trois souffre d’hypertension artérielle, un état pathologique qui est à l’origine de la moitié des décès environ dus aux accidents vasculaires cérébraux et aux cardiopathies.

PUBLIE LE : 06-04-2013 | 23:00
D.R

Un adulte sur trois souffre d’hypertension artérielle, un état pathologique qui est à l’origine de la moitié des décès environ dus aux accidents vasculaires cérébraux et aux cardiopathies.

Selon les estimations   de l’organisation mondiale de la santé (OMS), la proportion de l’hypertension artérielle (HTA) augmente avec l’âge: elle est de 10 % entre 20 et 39 ans et de 50 % entre 50 et 59 ans. La prévalence la plus forte chez l’adulte est observée dans certains pays africains à faible revenu où elle dépasse bien souvent 40 %.
Ces chiffres alarmants, ont poussé l’OMS à célébrer, cette année, la journée mondiale de la Santé sous le thème de l’hypertension. Une  occasion pour insister sur  l'importance de prévenir les complications liées à l'hypertension artérielle et la nécessité de l’autocontrôle régulier de cette maladie sournoise qui accroît le risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’insuffisance rénale. Elle peut aussi, si elle n’est pas traitée, provoquer la cécité, une arythmie cardiaque ou une insuffisance cardiaque. Les syndromes hypertensifs sont aggravés par plusieurs facteurs notamment le diabète, l'obésité.
Les données de l'OM relatives aux facteurs de risques, révèlent que 12 % de la population mondiale souffrent d'obésité dont la majorité c’est des femmes.     En Algérie, l’hypertension occupe la première place en termes de prévalence des  maladies non transmissibles avec un taux de 26 % chez le sujet adulte âgé de  25 ans et plus, a estimé le Dr  Djamila Nadir, sous directrice du programme des maladies non transmissibles, au ministère de la Santé, de la Population et de la  Réforme hospitalière.  
En s'appuyant sur une étude réalisée par le ministère de la Santé en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Nadir précise que l’HTA touche actuellement environ 49% de la population algérienne âgée de 60 ans et plus et risque de toucher à l'horizon 2015 plus de 1.600.000 personnes et plus de 2 millions à l'horizon 2020. Et d’ajouter que les maladies cardio-vasculaires (MCV) ont doublé ces dernières années  en Algérie, puisque les motifs de consultations pour MCV sont passés de 4,4 % en 1990 à 8,87 % en 2002 et ont été prédominés par l'HTA dans 60 % des cas.          
L'hypertension artérielle, encore appelée le tueur silencieux, qui représente, actuellement, un véritable problème de santé publique, peut être évitée grâce à une bonne hygiène de vie.
Beaucoup de gens ignorent qu’ils sont atteints de cette maladie, qui dans la plupart des cas, n’entraîne pas des symptômes. C’est pourquoi les autorités mondiales de santé insistent sur la prévention et le traitement qui permettent  de réduire sensiblement l'impact de cette affection qui ne cesse de faire de victimes.          
Certaines personnes parviennent à limiter leur tension artérielle en changeant de mode de vie, en diminuant la consommation  de sel et en adoptant un régime alimentaire sain et équilibré. La lutte contre  le tabagisme et l'alcoolisme et la pratique régulière d’une activité sportive sont fortement recommandés à cet effet.   
Kamélia H.

Seulement 23,5 % des hypertendus ont atteint la cible tensionnelle    

L'atteinte de la cible tensionnelle (ACT) n'a pu être réalisée que chez 23,5 % des hypertendus, selon une étude scientifique menée par les laboratoires Sanofi en collaboration avec des médecins des secteurs public et privé.           
Cette prévalence est variable en fonction de plusieurs paramètres.  Elle est meilleure chez le sujet de sexe féminin (24,8 %) par rapport au sujet de sexe masculin (21,1 %).            
Le Pr Djamel-Eddine Nibouche, spécialiste en cardiologie au CHU Nafissa-Hamoud (ex-Parnet) qui a supervisé cette étude a indiqué qu'elle a concerné un échantillon de plus de 2.000 hypertendus dont 1.534 femmes et 891 hommes âgés de plus de 18 ans.          
Cet échantillon a été traité et suivi en ambulatoire (consultation) par 123 médecins dont 64 généralistes, 37 internistes et 22 cardiologues.          
L'étude qui a concerné plusieurs régions du pays dont 91% du Centre, 22% de l'Est, 21 % de l'Ouest et 8 % de la région de Biskra vise à définir la prévalence de l'atteinte de la cible tensionnelle chez un échantillon de malades  connus et suivis médicalement. Elle a pour objectif aussi de déterminer les facteurs ayant entravé  la réalisation de l'ACT et les raisons de ce déséquilibre. Il a été démontré que la prévalence de l'hypertension artérielle est  plus élevée en cas d'absence de pathologie associée : diabète, insuffisance rénale (39 %), alors que la prévalence la plus basse est retrouvée chez le sujet diabétique (9,7 %). Selon l'étude, si un sujet est hypertendu pendant plus de dix ans, ses  chances d'atteindre la cible tensionnelle sont de 16,6% alors que le l'ACT peut  être réalisable chez les patients soumis à une bithérapie à hauteur de 25,9 %  et de 23,7 % pour les personnes qui suivent une monothérapie. Parmi les facteurs ayant rendu l'ACT difficile, le tabagisme avec 18,1%,  et ce, en raison de l'effet antagoniste du tabac sur l'efficacité des antihypertenseurs. La meilleure prévalence (34,8 %) est retrouvée dans la tranche d'âge la plus jeune (avant 35 ans), précise l'étude, notant que plus l'âge augmente  (65-79 ans) et plus la prévalence diminue (19 %). «Les chiffres tensionnels plus  élevés et la rigidité artérielle plus importante peuvent donner une explication  à cela». Il est à noter que l'augmentation du nombre d'antihypertenseurs influe négativement sur l'atteinte de la cible tensionnelle (24,8 %) pour la mono ou  la bithérapie et 18,5 % pour la trithérapie. L'étude PACT montre que des efforts importants doivent être faits afin  d'améliorer la prévalence de l'atteinte de la cible tensionnelle, en particulier chez le sujet diabétique ou insuffisant rénal, afin de diminuer la morbi-mortalité  de cette redoutable affection.          
Selon les prévisions de l'OMS, le nombre d'hypertendus dans le monde atteindra 1.156.000.000 en 2025.         
En Algérie, le taux de prévalence de l'HTA a été estimé, ces dernières  années, entre 27 et 33 % du total de la population causant la mortalité de 6 %  des cas, 62 % d'AVC, et 49 % de cardiopathies.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions