samedi 19 octobre 2019 13:38:02

Moussa Benhamadi en marge d’une rencontre jeudi, à l’APN : La 3G sera lancée dans trois semaines au plus tard

Djezzy sera dans trois semaines, au plus tard, une société algérienne à hauteur de 51% qui pourra «accéder au marché de la téléphonie mobile de troisième génération».

PUBLIE LE : 05-04-2013 | 23:00
D.R

Annoncé puis différé à maintes reprises, le lancement de la téléphonie mobile de troisième génération (3G) en Algérie est plus que jamais imminent. Il se fera «juste après l'acquisition de Djezzy par l'Etat, dans deux à trois semaines», a relevé, jeudi, le ministre de la Poste et des Technologies de l'information  et de la communication, en marge d'une rencontre d'évaluation organisée par la commission des transports, de la poste et des télécommunications de l'Assemblée populaire nationale. En effet, «les différents reports qu’a connus cette annonce ont été inévitables», selon M. Moussa Benhamadi, et ce, compte tenu de «l'importance de l'opération d'acquisition de la société Djezzy pour le secteur et l'économie  nationale».
L’avènement de la 3G en Algérie a un double objectif. Il est question, précise le ministre, de «préserver les intérêts de l'Etat» et de permettre à Djezzy qui sera dans  trois semaines, au plus tard, une société algérienne à hauteur de 51%  qui pourra «accéder au marché de la téléphonie mobile de troisième génération».
 A présent, le «processus administratif a été enclenché» et les «dossiers administratifs et techniques concernant  le lancement de la 3G ont été élaborés».
A la question de savoir pourquoi son département est allé au-delà de la date limite fixée, à savoir septembre 2011, Benhamadi répondra catégorique : «Pour la simple raison que l'Etat avait décidé d'acquérir à hauteur de 51% Djezzy qui compte, aujourd’hui, plus de 16 millions d'abonnés».
Le ministre donne également une explication juridique, affirmant que la législation algérienne interdisait à tout opérateur d'accéder au marché  de la téléphonie mobile de troisième génération «si ce dernier est en état de mise en vente ou connaît un changement des principaux actionnaires, comme cela est le cas de Djezzy actuellement».
Parmi les autres bonnes nouvelles annoncées par M. Benhamadi, celle concernant le fait que son département travaille d’arrache-pied pour à la fois intensifier et élargir le réseau des fibres optiques à travers tout le pays.
D’autre part, il réagira à la déclaration de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications qui a affirmé être en attente d’être saisie officiellement par le MPTIC sur le dossier de la téléphonie mobile de troisième génération (3G), expliquant ce retard par la nécessité de procéder «à des consultations», M. Benhamadi souligne qu’il s’agit d'une «démarche objective qui rappelle les procédures administratives permettant l'ouverture de cette nouvelle technologie en Algérie».

140 milliards de dinars pour l'extension du réseau de la fibre optique
Au cours de sa sortie médiatique, le ministre a passé en revue un autre dossier d’une grande importance pour son secteur : la fibre optique à laquelle, aux fins de son extension notamment dans le Sud, 140 milliards de dinars sont consacrés. Cette enveloppe financière supplémentaire, précise le premier responsable du MPTIC, «sera enregistrée dans la loi de finances complémentaire de cette année pour renforcer  et étendre le réseau de la fibre optique aux Hauts Plateaux, les régions du Sud et les régions montagneuses». Quant à l’extension du réseau national de la fibre optique, M. Benhamadi dira que c’est «une opération nécessaire pour le lancement des services de téléphonie et pour augmenter le débit Internet de troisième génération. Celle-ci sera entamée dès acquisition par l'Etat de la société Djezzy». Pour ce faire, il appelle à passer la vitesse supérieure pour «combler» le retard enregistré dans les wilayas du Sud en matière de technologies d'information et de communication.
Par ailleurs, il convient de rappeler que le ministre, à partir de Tiaret, avait annoncé que la fibre optique touchera l’ensemble du territoire national avant la fin de l’année 2015. Une batterie de mesures avait été prise, dans ce contexte, pour redynamiser la situation de manière  à satisfaire une meilleure conception d’Internet haut débit et la fourniture de nouvelles prestations.
«Tous les jeunes postiers contractuels seront titularisés»
Saisissant cette occasion, le premier responsable du MPTIC n’a pas manqué de revenir sur la grève menée par Algérie Poste, rassurant que «les jeunes postiers contractuels, recrutés dans le cadre de contrats de préemploi, seront titularisés après avoir justifié de deux années d'expérience».
Relevant le «manque flagrant» en main-d'œuvre au niveau des bureaux de poste dans les régions éloignées, le ministre a mis en relief la détermination de l'Etat à créer de nouveaux postes d'emploi au profit des jeunes dans différentes wilayas du pays, notamment dans les régions éloignées, les Hauts Plateaux et les régions  frontalières.
M. Benhamadi souligne qu’il œuvrera à pallier «cette lacune» en mobilisant des ressources financières supplémentaires en vue de revoir à la hausse le nombre de postiers. D’autre part, il assure que son secteur sera doté d'un «important nombre de véhicules 4x4 et de nouveaux bureaux de poste de proximité».
De son côté, le président de la commission M. Mahmoud Guemmama a salué les efforts consentis par l'Etat pour le développement du secteur, sans distinction aucune, entre les régions du Sud et du Nord. Selon lui, les visites d'inspection effectuées par les députés de l'APN «ont permis de s'enquérir de près de certaines lacunes que connaît le secteur dans différentes régions du pays et de connaître les prospectives et la feuille de route tracées à cet effet».  
Fouad IRNATENE

------------------------------

Projet de loi définissant les règles applicables aux activités de la poste et des télécommunications
Adapter la loi de 2003 aux évolutions des TIC

L’un des onze projets de loi inscrits dans l’agenda de la session de printemps du Parlement — le texte de loi définissant les règles applicables aux activités de la poste et des télécommunications et celles liées aux technologies de la communication — fait actuellement l’objet d’examen et d’enrichissement au niveau de la commission permanente de l’Assemblée populaire nationale des transports et des télécommunications, en vue de sa présentation en séances plénières devant les députés. Les membres de la commission des transports et des télécommunications de l’APN planchent depuis le mois de mars sur l’examen et l’enrichissement du texte de loi. Entre les auditions du ministre et celles des experts et des partenaires économiques du secteur, la commission compare les informations et fait le parallèle entre les réalisations et les doléances exprimées par les citoyens.  
Le projet de loi définissant les règles applicables aux activités de la poste et des télécommunications intervient dans le cadre de l’adaptation de la législation du secteur de la prise en charge des nouvelles réalités induites par l’évolution du  développement des télécommunications et des mutations technologiques de la poste, dépassées par la loi de 2003. L’objectif du texte de loi vise, en finalité, à consacrer la démocratisation de l’accès aux services de la poste, des télécommunications et des nouvelles technologies.          
En effet, avec l’introduction de la portabilité du numéro permettant au client désireux de changer d’opérateur de garder son numéro, son courrier hybride ou sa banque postale, la loi de 2003, qui a montré ses insuffisances sur le terrain et les lacunes de son application, n’a pas prévu de solutions. Aussi, les nouvelles dispositions introduites dans le nouveau projet de loi répondent à cette volonté en adaptant la législation, d’une part, aux développements intervenus dans le secteur des technologies de la communication et, d’autre part, afin de répondre aux aspirations nouvelles exprimées par les citoyens. C’est dire l’importance de la nouvelle dynamique qui devra s’articuler en particulier sur la  promotion de l’accès à Internet à haut et à très haut débit au profit des citoyens et des entités économiques. Une dimension qui n’est pas prise dans la loi en vigueur, sachant qu’elle a été promulguée dans les conditions particulières de l’époque.           
Le secteur, qui connaît de nombreux progrès et des réalisations importantes en termes d’intensification du réseau de la fibre optique au niveau des régions rurales, des Hauts Plateaux et du Grand Sud avant la fin de cette année, est appelé à poursuivre les efforts au plan de l’amélioration de la qualité des services et de l’utilisation accrue des citoyens à ces nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Consacrer la démocratisation de l’accès aux services de la poste et des télécommunications
Le projet de loi qui intervient à l’heure des grandes mutations nationales et internationales dans le domaine des TIC requiert toute son importance au regard des efforts que déploie l’Algérie dans la modernisation de ce secteur stratégique, qui connaît, actuellement, de grandes transformations et des changements afin de répondre aux exigences induites par ces innovations technologiques.
C’est aussi pour cette raison que le ministre avait précisé que cette initiative devait passer par la consécration du principe de séparation des deux secteurs, de la poste et des télécommunications, et la mise en place d’un cadre juridique à travers la création d’une instance de régulation indépendante. A titre d’exemple, les nouvelles dispositions prévues par le projet de loi, articulé autour de 216 articles, prévoient l’amélioration des prestations offertes au citoyen dans le secteur en consacrant le droit de tous les citoyens à l’accès aux prestations des TIC et de l’e-gouvernance. Il prévoit aussi l’ouverture du  marché de la poste, des télécommunications et des TIC à de nouveaux opérateurs tout comme il introduit de nouveaux concepts dont l’opérateur virtuel et l’opérateur alternatif.   Des mesures qui permettent à certaines entreprises, dont Sonatrach et Sonelgaz, de mettre l’excédent en fibres optiques ou en installations à la disposition des opérateurs en téléphonie.           L’examen du projet de loi, qui se poursuit au niveau de la commission permanente de l’APN depuis le mois de mars, sera finalisé au plus tard le 26 du mois courant à la faveur de l’élaboration du rapport préliminaire du texte et de son dépôt devant le bureau, avant son inscription au débat général.  
Houria Akram

----------------------------

Le projet de banque postale soumis à l’APN
Le projet de la banque postale devant «optimiser le rôle économique d’Algérie Poste» a été récemment déposé, pour examen, auprès de la commission spécialisée de l’Assemblée populaire nationale (APN), a déclaré jeudi à Constantine le directeur général d’Algérie Poste, M. Mohamed-Laïd Mahloul. S’exprimant en marge d’une visite d’inspection des structures relevant de son entreprise, le même responsable a indiqué, à ce propos, que ses services ont déjà ouvert le chantier de ce projet «ambitieux» avec notamment la formation des ressources humaines et la préparation du système bancaire, en tant qu’«étapes-clés» du nouveau projet d’Algérie Poste. Le directeur général d’Algérie Poste a souligné que 8.000 fonctionnaires de la poste ont été formés pour la lutte contre le blanchiment d’argent, avant d’estimer qu’il s’agit là d’une «avancée notable» dans la maîtrise de systèmes postaux de plus en plus performants et sécurisés. S’attardant sur l’évolution et la modernisation du secteur d’Algérie  Poste, M. Mahloul a annoncé l’ouverture de 100 bureaux de poste itinérants, à l’horizon de 2014. Le même responsable a également affirmé que ses services œuvrent à passer au «bureau de poste du futur», équipé de distributeurs automatiques à même d’offrir des prestations postales de retrait d’argent et de versement à la Caisse nationale d’épargne et prévoyance (CNEP). -

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions