dimanche 08 dcembre 2019 23:45:47

Evaluation du coût réel de la baguette de pain : La commission poursuit ses travaux

Le « prix réel de la baguette de pain est de 11,72 DA », tel est le résultat de l’enquête effectuée par la Commission mixte ministère du Commerce-Union nationale des boulangers, installée il y a une dizaine de jours.

PUBLIE LE : 01-04-2013 | 0:00
D.R

Le « prix réel de la baguette de pain est de 11,72 DA », tel est le résultat de l’enquête effectuée par la Commission mixte ministère
du Commerce-Union nationale des boulangers, installée il y a une dizaine de jours.  

En effet, cette commission composée d'un représentant des ministères du Commerce, des Finances, de l'Union nationale des boulangers (UNB), de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) et du groupe industriel Eriad (Entreprise des industries alimentaires, céréalières et dérivés), a été mise sur pied suite aux revendications des boulangers portant, notamment sur l’augmentation du prix du pain.
Rappelons que cette commission a effectué des visites de terrain au sein de quatre boulangeries répertoriées au niveau de quatre wilayas du pays, à savoir Béchar, Oran, Constantine et Alger.
Le résultat de l’enquête ne constitue pas une surprise pour les boulangers dans la mesure où ses derniers ont procédé,  par le passé,  à l’évaluation du coût réel d’une baguette de pain et sont arrivé au même résultat à savoir 11,72 DA, auquel il faut ajouter les 20% de marge bénéficiaire.
Il est à souligner que les boulangers ont exigé une révision à la hausse du prix du pain ou dans le cas contraire des subventions supplémentaires de sorte à compenser les pertes colossales qui menacent l’avenir de la profession.
Rappelons que l’Union nationale des boulangers a remis mardi dernier, au ministère de tutelle, un dossier avec une fiche technique portant sur le coût de revient d’une baguette de pain. Ce dernier invoque, entre autres, la hausse du prix de la main-d'œuvre et celle des charges liées à la confection du pain. Pour faire face à cette situation, l’Union des boulangers proposent un aide financière de l’Etat pour l’octroi du matériel de boulangeries et leur maintenance.  Pour sa part le ministère du Commerce a réitéré, à plusieurs occasions, son engagement à prendre en charge les problèmes des boulangers. Il a affirmé, hier, qu'il accorde au règlement des problèmes des boulangers, dont celui du prix du pain, ''une grande importance''. ''Le ministère du Commerce accorde une grande importance au dossier  du pain, notamment pour le prix de ce produit'' subventionné par l'Etat, a indiqué dans une déclaration à l'APS le chargé de communication du ministère, M. A.  Tifour. ''Il (le ministère) suit de près l'évolution de ce dossier, et la détermination  du prix du pain fait actuellement l'objet d'une étude menée par une commission nationale composée des principaux concernés par ce dossier'', a-t-il précisé.            

Selon M. Tifour, ''cette commission n'a pas encore achevé ses travaux (pour déterminer le prix du pain). La commission travaille toujours  et informera sitôt ses travaux terminés tous les concernés sur ses conclusions'', a-t-il ajouté, précisant que ''le ministère veut trouver les solutions aux problèmes des boulangers''. Cette commission mixte, mise en place pour évaluer le coût réel de la baguette de pain, "communiquera ses conclusions à la fin du mois" de mars, avait indiqué mardi dernier le ministre du Commerce, Mustapha Benbada.          "Cette commission rendra les conclusions de son enquête nationale à la fin mars. A partir de là, on pourra proposer des solutions", a-t-il précisé. Le ministre avait annoncé que les portes du dialogue sont toujours ouvertes aux représentants des 21.000 boulangers qui exercent à travers le pays, ajoutant que les discussions ont permis de répondre à certains points de leurs doléances.
Pour appuyer ses dires, le ministre a cité, à titre d’exemple, la réduction de l’impôt qui est passé de 12 à 7% avec la suppression de la taxe de l’environnement qui est estimée à 9.000 dinars par an, en plus des crédits octroyés par l’Etat pour l’acquisition de groupe électrogènes afin de régler le problème des coupures d’électricité.  Il convient de noter que le prix du pain, produit subventionné à la base par l'Etat, n'a pas connu de hausse depuis 1996 et s’est fixé à 7,5 DA pour le pain ordinaire est à 8,5 DA pour celui amélioré.
 Kamélia H.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions