vendredi 22 mars 2019 22:34:36

À l’initiative d’Aniss : Rencontre sur la prise en charge de la femme enceinte vivant avec le VIH/sida

La 2e édition des Journées thématiques sur la prise en charge de la femme enceinte vivant avec le VIH/sida a eu lieu, durant deux jours, à l’Institut national de formation supérieure des sage- femmes, à l’initiative d’Aniss, en partenariat avec l’Association française SOLIMED et en collaboration avec la DSP et le Centre de référence de prise en charge du VIH/sida du CHU d’Annaba.

PUBLIE LE : 26-03-2013 | 0:00
D.R

La 2e édition des Journées thématiques sur la prise en charge de la femme enceinte vivant avec le VIH/sida a eu lieu, durant deux jours, à l’Institut national de formation supérieure des sage- femmes, à l’initiative d’Aniss, en partenariat avec l’Association française SOLIMED et en collaboration avec la DSP et le Centre de référence de prise en charge du VIH/sida du CHU d’Annaba. Les travaux de la rencontre qui se sont déroulés en séances plénières et en ateliers  s’inscrivent dans le sillage de l’engagement du mouvement associatif quant à  la mise en œuvre du Nouveau plan stratégique national de lutte contre le sida 2013/2015 qui fixe la PTME comme une des stratégies prioritaires. Les débats ont été animés par des spécialistes nationaux et français de l’hôpital La Pitié Salpêtrière de Paris dirigé par le docteur Loïc Epelboin, ainsi que par les acteurs associatifs membres du Réseau algérien contre le sida coordonné par Aniss.   
 Même si  dans notre pays, l’épidémie est à faible prévalence avec un taux de personnes vivant avec le VIH inférieur à 1% de la population générale, de nouvelles contaminations sont toutefois signalées. Selon les spécialistes de la question, les femmes et par conséquent les enfants semblent être les plus vulnérables. Des statistiques font ressortir entre  6.000 et  12.000 femmes vivent  avec le VIH/sida à leur insu et seulement 8% de ces femmes contaminées ont accès aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, entraînant ainsi un nombre croissant de nouveaux-nés porteurs du virus. Dr Scander Soufi, coordinateur du Réseau algérien contre le sida et président de l’association Aniss, coorganisatrice des journées, avance : «Nous avons enregistré un grand retard dans l’implémentation des programmes de prévention de la transmission du VIH de la mère enceinte à l’enfant, mais de grandes avancées ont été réalisées dernièrement à travers la mise en place d’une stratégie nationale sur la PTME. Cette initiative accompagne la dite  stratégie et nous exhortons les responsables institutionnels à accélérer la mise en œuvre effective de cette stratégie à même de protéger des centaines d’enfants du VIH.» La rencontre qui intervient en prolongement de la première édition qui s’est  penchée  sur  la même thématique en 2011 implique les équipes d’infectiologues, de sages-femmes, de bactériologues et d’acteurs associatifs, et cible pour objectif le développement professionnel continu médical autour du VIH des personnels médicaux et paramédicaux. Les travaux se sont articulés particulièrement autour de la prévention de la transmission verticale du VIH et de la formation des personnels de laboratoire dans le suivi biologique des patients porteurs du VIH. Pour le Dr Souf, c’est une opportunité pour «le réseau contre le sida de développer des outils d’éducation thérapeutique et nutritionnelle standardisés et adaptés au contexte des malades en Algérie de façon à induire un  impact réel sur la qualité de vie de ces derniers».
S. Lamari

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions