vendredi 20 octobre 2017 04:26:25

colloque à paris sur la mixité dans la gouvernance économique : L’apport de la femme algérienne

L’apport de la femme algérienne à l’économie a été réaffirmé mardi soir à Paris lors d’un colloque international ayant pour thème générique «Coopérer pour une gouvernance économique en promouvant la mixité»

PUBLIE LE : 21-03-2013 | 0:00
D.R

L’apport de la femme algérienne à l’économie a été réaffirmé mardi soir à Paris lors d’un colloque international ayant pour thème générique «Coopérer pour une gouvernance économique en promouvant la mixité». S’exprimant devant un panel de spécialistes arabes et africains des questions du genre et de la gouvernance, invité par l’Agence française de coopération technique internationale (Adetef), la députée à l’Assemblée populaire nationale, Chafia Mentalecheta, a affirmé que la représentativité de la femme est «en bonne voie» puisque, a-t-elle dit, «le Parlement est composé à 32 % de femmes». Pour elle, l’impact des femmes sur la gouvernance ne se pose pas seulement en termes d’apports philosophique, émotionnel ou même de compétences, mais il l’oblige à revisiter sa société, y compris ses politiques publiques, s’agissant de l’aménagement du territoire, de transport, de santé, d’éducation, de services etc. «Quand on a ces 145 femmes à l’Assemblée nationale, on ne peut que demeurer optimiste (...) il faut arrêter d’assener que quand il y a la parité (des sexes) c’est du maquillage et quand il y a de vrais mecs c’est très bien», a affirmé la représentante de l’immigration en France Nord, relevant des «signes positifs» en Algérie de la présence de la femme dans les sphères économique et politique.
Intervenant lors du débat, un représentant du ministère des finances, Mohamed Larbi Ghanem a relevé que l’évolution en matière d’éducation en Algérie (réduction de l’analphabétisme de la population féminine de plus de 10 ans de 56,7 % en 1987 à 29 % en 2008) et l’amélioration du taux de scolarisation ont nécessité un « effort financier (dépenses publiques) de 5 485 Mds de dinars, soit 54 % du PIB (12 050 Mds)». Pour les besoins du développent local, a-t-il ajouté, l’insertion de la femme en matière d’équipement a nécessité une dépense de 48 % des dépenses budgétaires globales, entre 2006 et 2010. M. Ghanem a, toutefois, noté que s’agissant du droit au travail, sur une population occupée de 9 735 000 âmes (37,6 %), les hommes représentent 63 % et les femmes 11,5 %. L’Adetef est une Agence française de coopération technique internationale des ministères en charge de l’économie et des finances, de l’industrie, de l’artisanat et du tourisme, du développement durable et de l’énergie, et de la réforme de l’Etat. Son colloque, quatrième du genre, est considéré comme un moment fort de témoignages et d’échanges sur la coopération internationale.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions